Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Togo

Fortes restrictions aux manifestations publiques au Togo

Le Parlement togolais, Lomé, 20 janvier 2019.

L'Assemblée nationale togolaise a adopté mercredi soir une nouvelle loi qui restreint la liberté de manifester, pour des raisons de "sécurité".

"Les réunions ou les manifestations pacifiques sur la voie publique et dans les lieux publics ne peuvent se tenir avant 11h00 et au-delà de 18h00", souligne la nouvelle loi qui modifie un précédent texte datant de 2011. La loi restreint également sévèrement les lieux publics où peuvent être organisées des manifestations.

"Pour des raisons stratégiques, économiques et sécuritaires, toutes les manifestations sont interdites sur certains axes et zones notamment toutes les routes nationales, les axes et zones où se déroulent de fortes activités économiques, dans les centres urbains, les axes et zones proches des institutions de la République, les axes et zones proches des chancelleries et résidences des ambassadeurs et représentants d'organisations internationales et les axes et zones proches des camps militaires et des camps de service de sécurité", souligne la loi.

Par ailleurs, le nombre de manifestations organisées par semaine dans une ville peut être limité par l'autorité administrative compétente en fonction de la disponibilité des forces de sécurité devant être affectées à leur encadrement.

Selon le ministre de l'administration territoriale Payadowa Boukpessi, la modification apportée à l'ancienne loi "s'est imposée au gouvernement pour adapter les instruments juridiques aux contextes nouveaux, marqués par des menaces terroristes dans la sous-région et aux portes de notre pays". "L'objectif est de parvenir à un meilleur encadrement des manifestations pacifiques publiques, afin d'offrir la sécurité aux riverains et surtout d'offrir la sécurité aux manifestants", a-t-il souligné.

Les députés ont également voté une autre loi qui permet au gouvernement de renforcer l'arsenal sécuritaire afin d'anticiper sur les menaces terroristes.

L'opposant Nathaniel Olympio, président du Parti des Togolais, a critiqué des mesures jugées liberticides. "le gouvernement togolais redoute les prochaines colères du peuple, alors il le bâillonne en interdisant les manifestations", a-t-il déclaré.

Toutes les actualités

Jean-Pierre Fabre de nouveau candidat à la présidentielle togolaise

Lors du congrès de l’ANC, à Lomé, le 18 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

L’Alliance nationale pour le changement de Jean-Pierre Fabre a tenu ce week-end à Lomé, son 2e congrès ordinaire. En plus du renouvellement des instances dirigeantes du parti, le congrès a investi son président comme candidat à la présidentielle de 2020.

Jean-Pierre Fabre est candidat pour la troisième fois, au moment où tout le monde se demande si Faure Gnassingbé va rempiler pour un 4e mandat.

C’est dans un discours qui pourrait s'intituler "J’accepte" que Jean-Pierre Fabre, président de l’ANC a accepté d’être candidat de son parti à la présidentielle de 2020.

Jean-Pierre Fabre candidat pour la présidentielle de 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00


"J’accepte la mission que vous me confiez. J’accepte d’être le porte-étendard de l’ANC et de l’ensemble des populations togolaises qui ont toujours soutenu notre combat", a-t-il déclaré devant le Congrès.

"J’accepte d’être le porte-étendard pour bâtir avec vous un Togo réconcilié avec lui-même, un Togo libre, digne et prospère. J’accepte d’être le porte-étendard pour restaurer avec vous l’état de droit, la démocratie et la bonne gouvernance dans notre pays. J’accepte d’être le porte-étendard pour réaliser avec vous l’alternance et le vrai changement, que le peuple togolais appelle de tous ses vœux. Oui, j’accepte d’être le porte-étendard de la victoire des Togolaises et des Togolais en 2020", a-t-il dit dans son allocution.

Quelques congressistes à Lomé, le 18 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Quelques congressistes à Lomé, le 18 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

Pour le candidat Jean-Pierre Fabre, "le plus grand programme au Togo, concerne l’instauration de l’Etat de droit".

"Si vous ne mettez pas en place l’état de droit, aucun investisseur, digne de ce nom, ne viendra engager ses capitaux au Togo. Donc première chose, il faut instaurer un état de droit qui attire les investisseurs et qui permet aux populations de vivre en sécurité", a-t-il détaillé.

Avec une élection à deux tours, l’opposition togolaise ne se focalise plus sur une éventuelle candidature unique. Le combat actuel est axé sur des réformes pour de meilleures conditions électorales.

David Dosseh, au congrès de l’ANC, Lomé, le 19 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
David Dosseh, au congrès de l’ANC, Lomé, le 19 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)


"2020 doit être une année incontournable de la victoire du peuple togolais. Cela signifie que nous devons nous battre pour obtenir un minimum de conditions. Nous n’irons pas aux élections dans n’importe quelles conditions", a laissé entendre le professeur David Dosseh, coordonnateur du front citoyen Togo debout.

"Nous allons obliger le pouvoir à accepter un minimum de conditions qui puisse nous garantir la vérité des urnes", a ajouté cet acteur de la société civile.

Pour pouvoir arracher des conditions pour une élection transparente, il faut relever le défi d’une unicité d’action des forces dites démocratiques, suggère la coordinatrice de la coalition politique C14, Brigitte Adjamagbo-Johnson.

"C’est ensemble que les forces démocratiques doivent aller chercher les conditions de transparence des élections. Il n’est plus question qu’on organise dans notre pays une parodie d’élection. C’est tout un défi, un grand défi", a-t-elle indiqué, devant des centaines de militants de l’ANC, tous vêtus d’orange, la couleur du parti.

La présidentielle de 2020 devrait se faire sans Faure Gnassingbé, insiste Jean-Pierre Fabre.

"Le chef de l’Etat, dont le père a modifié la constitution pour qu’il en profite, est à son 3e mandat. Et qu’il compte briguer un 4e mandat, et je lui dis Stop", a dit en substance celui qui est candidat pour la troisième fois à la magistrature suprême au Togo.

"Ce ne sont pas les artifices juridiques ou constitutionnels, ou encore l’invocation de dispositions constitutionnelles qui comptent. Mais plutôt l’addition des mandats. Monsieur Faure Gnassingbé en a déjà fait 3, il ne peut pas raisonnablement penser faire un 4e mandat", a expliqué le candidat de l'ANC.

Pour son investiture, Jean-Pierre Fabre a reçu de son parti, une bougie allumée, qui est l’emblème du parti, le drapeau togolais et une sculpture en bois du Togo.

La présidentielle devrait se tenir au 1er trimestre 2020. Les Togolais attendent que le président sortant, Faure Gnassingbé, se prononce sur son avenir politique, c’est-à-dire s’il sera candidat à sa propre succession pour un 4e mandat.

Jean-Pierre Fabre candidat pour la présidentielle de 2020

Jean-Pierre Fabre candidat pour la présidentielle de 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Un passeport pour la loterie de la Carte verte

Un passeport pour la loterie de la carte verte
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Depuis le démarrage du programme américain de la loterie du visa pour le compte de l’année 2021, l'unique service des passeports du Togo est submergé.

Parmi les conditions pour participer à la loterie du visa américain, figure la possession d’un passeport en cours de validité, un document dont ne dispose qu'une infime partie de la population togolaise.

Ils sont donc quotidiennement des milliers d'usagers à faire le pied de grue devant le service des passeports de Lomé dans l'espoir de se faire établir le précieux document de voyage.

Loterie américaine : le service des passeports submergé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:40 0:00


Avec la loterie du visa américain, le service des passeports se retrouve quotidiennement avec plus 2000 requérants. Les premiers venus étant les premiers servis, il faut arriver très tôt.

Certains usagers préfèrent venir dormir devant les locaux du service, comme le confie ce jeune étudiant à VOA Afrique. "Nous sommes venus pour faire le passeport. Nous étions là la veille à 23h. J’étais le 129e sur la liste", a-t-il témoigné.

Le passeport ne se délivrant qu’à Lomé, les requérants de l’intérieur du pays sont obligés de faire le déplacement jusqu'à la capitale togolaise. Doris est une jeune diplômée en gestion commerciale d'Aneho voulant tenter l’aventure américaine.

"Je suis venue depuis 3h du matin pour faire mon passeport. J’ai quitté Aného - Aného-Lomé, ça fait 50 kilomètres - pour venir faire le passeport. Et déjà à 1h30, j’ai quitté Aného pour ici. Je suis arrivée à 3h et voilà, je quitte à 13h", relate la jeune femme de 25 ans.

Déjà, à 5h du matin, les premiers requérants sortent des locaux du service des passeports le sourire aux lèvres. Après beaucoup de patience et des heures dans d’interminables queues, Isaac Nounifou, a réussi à déposer sa demande de passeport.

"Je suis arrivé pour faire mon passeport, j’ai pu faire le dépôt. Je suis arrivé à 3h du matin, il y avait déjà des listes. Ça n’a pas été facile, mais cela a abouti quand même", exhulte Isaax Nounifou.

Cette soudaine affluence a bousculé les habitudes au niveau du service des passeports. Les journées de travail y sont désormais de 4h à 20h. Entre 1.000 et 1.300 dossiers y sont enregistrés tous les jours ouvrables. 90% de ceux qui se bousculent devant les locaux font la requête pour pouvoir participer à la loterie du visa américain.

Une queue de requérants devant le service des passeports à 11h29, Lomé, le 14 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Une queue de requérants devant le service des passeports à 11h29, Lomé, le 14 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

La jeune Doris explique que les conditions de vie au Togo l’ont contrainte à se tourner vers le pays de l’oncle Sam.

"On n’arrive plus à supporter les conditions dans lesquelles nous vivons. On ne peut rien réaliser avec tous ces salaires minables qu’on nous donne. J’ai ma licence en gestion commerciale; je suis employée dans une agence de commerce et je gagne 35.000 francs CFA (environ 60$, ndlr)", explique-t-elle.

Pour d’autres, la loterie du visa américain est une chance à saisir. "J’aimerais faire le passeport pour aller aux Etats-Unis et continuer mes études et, pourquoi pas, travailler", explique Aline N’sougan. "L’étranger offre de meilleures chances pour trouver un emploi décent une fois qu’on décide de revenir s’installer au pays". soutient-elle.

Vue aérienne d’une partie des requérants, Lomé, le 14 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Vue aérienne d’une partie des requérants, Lomé, le 14 octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

L’affluence constatée au niveau du service des passeports contraste avec le "désert" observé du côté des kiosques et cybercafés qui offrent leur service aux postulants de la loterie du visa. Des structures qui, les années précédentes, était submergées à pareille époque.

"Cette année, il n’y a pas d’affluence comme les éditions précédentes. Tout cela est dû à l’introduction du passeport pour pouvoir candidater à la loterie du visa. Donc, depuis que ça a commencé, on reçoit 3 à 5 personnes par jour", constate Yaovi Egueh.

La validité d’un passeport au Togo est de 5 ans. Ceux qui ne pourront pas obtenir leur document de voyage avant le 5 novembre pourront toujours tenter leur chance à la loterie américaine de l’année prochaine.

Un passeport pour la loterie de la carte verte

Un passeport pour la loterie de la carte verte
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Loterie américaine : le service des passeports submergé

Loterie américaine : le service des passeports submergé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:40 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG