Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Togo

Des jeunes entrepreneurs togolais se lancent dans la lutte antipaludique

Pommade Solim anti-moustique, exposée à la foire Made in Togo, 3 août 2019. (VOA/Kayi Lawson)

Pour soutenir les autorités sanitaires dans la lutte contre le paludisme, de jeunes entrepreneurs togolais développent des produits, essentiellement naturels, pour des traitements préventifs et curatifs.

Bien que des progrès aient été réalisés dans la lutte contre la maladie dans le pays, le paludisme est la première cause de mortalité infantile, de consultation médicale et d’absentéisme scolaire et professionnel.

Création de nouveaux produits de lutte contre le paludisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

D’un point de vue économique, cette maladie, dont le vecteur est le moustique, est responsable d’une perte supérieure à 1% du PIB au Togo.

Pour intensifier la lutte contre le paludisme, l’accent est ainsi mis sur la prévention et une prise en charge rapide et efficace du malade. Parmi les produits antipaludéens en vogue dans le pays, on cite fréquemment la plante Artémisia.

Tisane Artémisia, exposée à la foire made in Togo, 3 août 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Tisane Artémisia, exposée à la foire made in Togo, 3 août 2019. (VOA/Kayi Lawson)

L'artémisia pour combattre le paludisme

La ferme-école Sichem propose l’Artémisia en une tisane qui prévient, mais traite également le paludisme, affirme Jérôme Mawussi, distributeur de la tisane Artémisia.

"A titre préventif, prenez une tasse par jour, mais si vous êtes déjà atteint du paludisme, vous prenez une tasse trois fois dans la journée", explique M. Mawussi en terme de posologie.

L’Artémisia n’est pas méconnue de la médecine moderne affirme Sélom Atsu, responsable d’une unité de production de cette boisson naturelle. De cette plante est soustrait le principal actif pour fabriquer des produits antipaludéens, soutient-il.

"L’Artémisia, c’est l’Artémisinine qui est soustrait pour fabriquer les autres produits. Alors que l’expérience a montré que la plante complète est plus efficace que l’actif lui-même", explique M. Atsu.

Depuis sa mise sur le marché, la tisane Artemisia a des adeptes qui ne jurent que par elle pour être à l’abri du paludisme. C’est le cas d'Emmanuel Emesina, qui assure ne plus avoir fait de crise de paludisme depuis qu’il l'utilise.

"J’avais des doutes, mais j’ai utilisé la tisane quand j’étais malade. Quand j’ai commencé à boire le médicament, j’ai vu que les douleurs et la fièvre ont commencé par être réduits. En une à deux semaines d’utilisation, je me suis retrouvé en bonne santé", témoigne-t-il.

L’une des mesures préventives homologuées par l’Organisation Mondiale de la Santé est la moustiquaire imprégnée d’insecticide. Une pratique qui connaît des limites que propose de repousser la pommade Solim.

Eyabana Hassikpessi à la foire made in Togo, 3 août 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Eyabana Hassikpessi à la foire made in Togo, 3 août 2019. (VOA/Kayi Lawson)

"C’est lorsqu’on est dans la chambre qu’on peut se protéger contre les moustiques avec notre moustiquaire. Dès 18 heures, il y déjà les moustiques qui dérangent", explique Eyabana Hassikpessi, directeur général de Tradi-Naturelle Africa, l’unité de production de la pommade antipaludéen Solim.

Il indique que cette pommade est faite à base d’une plante qui était utilisée pour chasser naturellement les moustiques.

"Lorsque j’étais enfant, nos mères utilisaient une plante naturelle et ça chassait les moustiques et je me suis dit que si je prenais cette plante, je pourrais la transformer en pommade qu’on peut passer sur le corps et éloigner les moustiques", dit-il fièrement.

Depuis le 6 mai dernier, le diagnostic du paludisme par le Test de diagnostic rapide (TDR) et le traitement des cas graves par l'Artesunate et l'Artéméther injectables sont désormais gratuits dans les centres de santé publique sur toute l'étendue du territoire togolais.

Toutes les actualités

La présidentielle est fixée au 22 février 2020

La présidentielle est fixée au 22 février 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

La présidentielle fixée au 22 février 2020 au Togo

Le président Faure Gnassingbé lors d'un sommet à Abuja, le 16 décembre 2017.

L’élection présidentielle au Togo, à laquelle Faure Gnassingbé devrait être candidat pour un quatrième mandat, se tiendra le 22 février 2020, a annoncé le gouvernement dans un décret pris en conseil des ministres.

Le décret publié jeudi soir "fixe la date du 1er tour de l’élection présidentielle au 22 févier 2020". Si aucun des candidats n'obtient de majorité à plus de 51%, un second tour sera organisé.

"Les bureaux de vote sont ouverts de 07H00 à 16H00 (heure locale et GMT) sur toute l’étendue du territoire national et en heure locale pour les bureaux de vote dans les ambassades retenues pour le vote des Togolais vivant à l’étranger", indique le texte.


C’est la première fois que la diaspora togolaise votera, suite à une loi votée le 5 novembre par l’Assemblée nationale.

D’autres décrets ont été adoptés par le gouvernement en conseil des ministres et portent sur l’ensemble du processus électoral. Ainsi, la campagne électorale pour ce scrutin sera ouverte le jeudi 6 février pour prendre fin le jeudi 20 février.

Les forces de défense et de sécurité iront aux urnes 72 heures avant la date du scrutin général, une vieille tradition au Togo afin de leur permettre d’assurer la sécurité le jour du vote.

Plusieurs partis d'opposition et des responsables de la société civile, dont les évêques du Togo, ont demandé le 13 novembre la "suspension" du processus électoral et l'ouverture d'un dialogue avec le pouvoir pour permettre la recomposition de la Cour constitutionnelle, l'établissement d'un fichier électoral fiable et le réaménagement de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Le président Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005 après avoir succédé à son père, devrait être candidat à un quatrième mandat, malgré de nombreux appels de l'opposition à la démission.

Début mai, les députés togolais avaient voté une révision constitutionnelle qui permet non seulement au président Gnassingbé de se représenter en 2020 et 2025, mais aussi de bénéficier d'une immunité à vie "pour les actes posés pendant les mandats présidentiels".

Ces dernières semaines, plusieurs associations proches de l’Union pour la République (Unir) au pouvoir), ainsi que certains cadres de ce parti, ont ouvertement invité Faure Gnassingbé à briguer un quatrième mandat.

"Nous appelons notre champion Faure Gnassingbé à être candidat à la présidentielle de 2020. Il est aujourd’hui l’homme de la situation. C’est lui qui peut gouverner notre pays dans la paix", a déclaré mercredi Noël de Poukn, président de la Nouvelle Jeunesse pour le Soutien au Président Faure (NJSPF), lors d’un meeting de ce mouvement.

La semaine mondiale du bon usage des antibiotiques

La semaine mondiale du bon usage des antibiotiques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

Gendarmes agressés au Togo : 18 assaillants présumés interpellés

Des policiers sur une route à Lomé, Togo, 6 septembre 2017.

La police togolaise a arrêté 18 personnes soupçonnées d’avoir participé le 23 novembre à des agressions contre des gendarmes à Lomé et à Sokodé, dans le centre du pays, a indiqué mardi le directeur de la police.

Des individus armés de machettes et de gourdins avaient attaqué des gendarmes à Agoè, dans la banlieue nord de Lomé, et à Sokodé, blessant cinq gendarmes dont un a depuis succombé à ses blessures.

"L’enquête nous a permis à ce jour d'interpeller 18 personnes : 15 à Lomé, 2 à Sokodé et 1 à Sogankopé (Ghana). Elles appartiennent à un mouvement dénommé +Tigre révolution+, créé il y a environ un an par un Togolais résidant en Belgique", a déclaré le directeur de la police, le lieutenant-colonel Yaovi Okpaoul, devant des journalistes.

Selon lui, les membres du mouvement sont recrutés lors des réunions du Parti National Panafricain (PNP), l’un des principaux partis de l’opposition dont le leader, Tikpi Atchadam, vit en exil et dit craindre pour sa sécurité.

Le PNP est le parti à l'origine de récentes grandes manifestations contre le régime.

Les 18 présumés assaillants ont été présentés aux journalistes ainsi que des machettes, gourdins et amulettes saisis lors des perquisitions.

Ces nouveaux heurts et arrestations interviennent à quelques mois de la présidentielle prévue début 2020.

Le président Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005 après avoir succédé à son père, devrait être candidat à un quatrième mandat, malgré de nombreux appels de l'opposition à la démission.

Début mai, les députés togolais avaient voté une révision constitutionnelle qui permet au président Gnassingbé de se représenter en 2020 et 2025, et de bénéficier d'une immunité à vie "pour les actes posés pendant les mandats présidentiels".

La beauté naturelle mise en exergue à Lomé

La beauté naturelle mise en exergue à Lomé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:46 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG