Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunisie

Fin de campagne présidentielle mouvementée, un des favoris reste en prison

Vote municipal dans un centre de tri à Ariana, près de Tunis, le 7 mai 2018.

A deux jours du premier tour de l'élection présidentielle en Tunisie, la justice a décidé vendredi de maintenir l'un des favoris du scrutin en prison, ajoutant à la fièvre d'une fin de campagne mouvementée pour les 26 candidats en lice.

Le publicitaire controversé Nabil Karoui, emprisonné depuis le 23 août pour blanchiment d'argent, passera la journée électorale derrière les barreaux de sa prison de la Monarguia, près de Tunis: la cour de Cassation, se déclarant incompétente, a refusé le recours introduit contre son mandat de dépôt, a annoncé son parti Qalb Tounes (Au coeur de la Tunisie).

Si la décision ne constitue pas une surprise, elle pourrait galvaniser les partisans de l'homme d'affaires de 56 ans, qui accuse le pouvoir d'avoir instrumentalisé la justice pour l'écarter de la course et qui s'est qualifié de "prisonnier politique" dans des entretiens à la presse.

M. Karoui, accusé d'être un populiste ou un escroc par ses détracteurs, s'est construit une forte notoriété ces dernières années en organisant des distributions d'aide dans les régions défavorisées tunisiennes, opérations relayées par la chaîne de télévision Nessma, dont il est le fondateur et qui mène campagne tambour battant pour lui.

Derniers meetings

Les autres candidats jetaient vendredi leurs dernières forces dans la bataille, avant une journée de silence électoral samedi.

La célèbre avenue Bourguiba, "les Champs-Elysées de Tunis", doit notamment accueillir trois rendez-vous concurrents: un meeting d'Abdelfattah Mourou, le candidat du parti d'inspiration islamiste Ennahdha; un autre organisé par l'équipe de M. Karoui (qui depuis son incarcération mène campagne par le biais de sa famille); et un rassemblement autour du candidat de la gauche radicale Hamma Hammami.

Le Premier ministre Youssef Chahed effectue quant à lui une dernière tournée dans des quartiers de la capitale, tandis que d'autres candidats feront d'ultimes déplacements en région.

Signe de la nervosité et de la fatigue de fin de campagne, le candidat Moncef Marzouki, qui fut le premier président de la Tunisie post-révolutionnaire, a jeté son micro vendredi à la figure d'un journaliste de la chaîne Euronews, selon une vidéo relayée par la presse locale.

Incertitude

Rarement l'issue d'une élection n'aura été aussi incertaine que pour celle de dimanche, en raison du nombre pléthorique de candidats, de l'éclatement des familles politiques comptant plusieurs postulants rivaux et de la difficulté d'identifier des lignes de partage marquées.

Provocant, le Premier ministre libéral Youssef Chahed a lancé jeudi sur la radio Mosaïque que seuls trois partis --le sien, celui de Nabil Karoui et Ennahdha-- comptaient. "Tout le reste n'existe pas sur le terrain", a-t-il lancé.

Pourtant, d'autres candidats peuvent figurer dans le peloton de tête, comme l'avocate anti-islamiste Abir Moussi, le ministre centriste de la Défense Abdelkarim Zbidi, ou encore l'indépendant conservateur au visage impassible Kaïs Saïed, qui a multiplié les déplacements.

"Cette élection est vraiment celle de l'incertitude", résume le politologue Hatem Mrad.

Et il n'est pas sûr que la campagne ait répondu aux préoccupations majeures des Tunisiens: la crise sociale et économique et la cherté de la vie, entre autres, dans un pays où le chômage est de 15% et où l'inflation frôle les 7%.

La lutte antiterroriste, thème longtemps omniprésent dans une Tunisie traumatisée par les attentats de 2015-2016, n'est plus au coeur des débats.

Pour ajouter à la complexité de la scène politique tunisienne, et au risque de semer davantage la confusion chez les électeurs, une campagne se termine et une autre commence.

En effet, celle des législatives du 6 octobre débute vendredi à minuit. Ce qui fait que, même si samedi est une journée de "silence électoral" pour l'élection présidentielle, la politique continuera.

Le calendrier initial prévoyait la présidentielle en décembre, après les législatives, mais la mort du président Béji Caïd Essebsi en juillet a bouleversé les échéances, et les Tunisiens voteront donc pour élire leurs députés entre les deux tours de la présidentielle.

Toutes les actualités

Des médiations pour sortir le pays de l'impasse se multiplient

Des médiations pour sortir le pays de l'impasse se multiplient
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Les fans de football tunisiens organisent une sortie massive en Italie après une dispute entre les clubs

Les fans de football tunisiens organisent une sortie massive en Italie après une dispute entre les clubs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Discussions inter-libyennes en Tunisie: accord sur une feuille de route

Discussions inter-libyennes en Tunisie: accord sur une feuille de route
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Nouvelle série de pourparlers libyens en Tunisie sous l'égide de l'ONU

Nouvelle série de pourparlers libyens en Tunisie sous l'égide de l'ONU
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Nouvelle série de pourparlers libyens en Tunisie sous l'égide de l'ONU

L'envoyée intérimaire de l'ONU en Libye, Stephanie Williams, lors de l'ouverture du Forum de dialogue politique libyen organisé à Gammarth à la périphérie de la capitale tunisienne, en présence du président tunisien Kais Saied, le 9 novembre 2020.

Soixante quinze représentants libyens ont entamé des pourparlers politiques près de Tunis lundi, sous l'égide de l'ONU qui s'est dite "optimiste" d'aboutir à un accord sur un gouvernement unifié et l'organisation d'élections dans le pays en conflit.

Les pourparlers réunissent à Gammarth, au nord-est de Tunis, 75 Libyens de tous les bords sélectionnés par l'ONU, y compris parmi les principaux camps rivaux. Objectif: sortir leur pays du chaos dans lequel il a sombré après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, tué par des rebelles en 2011.

La Libye est aujourd'hui déchirée entre deux autorités rivales: le Gouvernement d'union nationale (GNA) dans l'Ouest, basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l'Est soutenu par une partie du Parlement élu et son président, Aguila Saleh.

"C'est un moment historique (...). Un rendez-vous avec l'Histoire", a déclaré le président tunisien Kais Saied à l'ouverture des pourparlers. Le consensus est réalisable "si les forces étrangères s'abstiennent de toute ingérence" en Libye.

Pour M. Saied, "ceux qui seront impliqués dans la phase de transition doivent s’engager à ne pas se présenter" aux élections générales, à "rédiger une Constitution provisoire" et à "fixer les dates des prochaines élections".

Depuis septembre, les deux camps rivaux, encouragés par l'ONU, sont retournés à la table des négociations avec des réunions thématiques au Maroc, en Egypte en Suisse et en Tunisie, pour tenter de mettre en place une feuille de route sur la transition dans le pays.

Ces séries de discussions ont été possibles après l'arrêt des combats entre les forces rivales en juin, après la mise en échec de l'offensive lancée par les pro-Haftar pour prendre le contrôle de Tripoli.

Le but des pourparlers de Tunisie est de choisir un conseil présidentiel de trois membres représentant la Cyrénaïque (Est), la Tripolitaine (Ouest) et le Fezzan (Sud) -les grandes régions libyennes-, et un chef de gouvernement chargé de former un cabinet unifié.

"Il y a là une occasion pour mettre fin au conflit tragique" et "façonner l'avenir de la Libye", a dit dans un discours enregistré le patron de l'ONU Antonio Guterres, diffusé au début des pourparlers.

En octobre, les parties en conflit ont signé un accord de cessez-le-feu historique en Libye, ouvrant la voie à une reprise de la production pétrolière, économiquement vitale, et à des progrès dans les négociations politiques.

"Les élections doivent être l'objectif ultime ici", a martelé dimanche la cheffe par intérim de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul), Stephanie Williams, présente aux négociations de Gammarth.

Voir plus

XS
SM
MD
LG