Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Destitution: deux proches de l'avocat de Trump arrêtés, les démocrates exigent leur coopération

Lev Parnas et Igor Fruman ont été interpellés mercredi soir à l'aéroport international de Washington, munis d'un aller simple pour une destination à l'étranger, a révélé la police fédérale.

Les démocrates qui supervisent l'enquête en vue d'une procédure de destitution contre Donald Trump ont exigé jeudi la coopération de deux hommes d'affaires proches de l'avocat du président, arrêtés dans une procédure distincte alors qu'ils allaient quitter les Etats-Unis.

Lev Parnas et Igor Fruman, des citoyens américains nés en Ukraine et en Biélorussie, ont été interpellés mercredi soir à l'aéroport international de Washington, munis d'un aller simple pour une destination à l'étranger, a révélé la police fédérale.

Ils sont soupçonnés d'avoir servi d'émissaires à Rudy Giuliani, l'avocat personnel du président, dans ses efforts pour convaincre l'Ukraine de livrer des informations compromettantes sur Joe Biden, possible adversaire de Donald Trump lors de la présidentielle de 2020.

Ils intéressent à ce titre beaucoup les élus démocrates qui accusent le président républicain d'avoir abusé de ses pouvoirs en sollicitant l'aide d'une puissance étrangère dans sa campagne de réélection.

Leur arrestation s'inscrit toutefois dans le cadre d'une enquête distincte, ouverte par des procureurs new-yorkais et qui porte sur des violations des lois de financement des campagnes électorales.

Les deux hommes sont accusés d'avoir dissimulé l'origine de dons octroyés en 2018 à plusieurs candidats à des élections locales et fédérales aux Etats-Unis, dont une partie venait de Russie, selon l'acte d'inculpation.

D'après les médias américains, les deux entrepreneurs ont contribué à hauteur de 325.000 dollars à la campagne de Donald Trump pour 2020 et ont participé mi-2018 à un dîner à la Maison Blanche.

"Je ne connais pas ces messieurs, je ne sais pas ce qu'ils font, peut-être qu'il faut demander à Rudy", a pourtant déclaré à la presse le locataire de la Maison Blanche après leur arrestation.

- Caution -

Un juge fédéral a accepté jeudi après-midi de les remettre en liberté provisoire à condition qu'ils versent chacun une caution d'un million de dollars, ont rapporté les médias.

Un peu plus tôt, des élus démocrates de la Chambre des représentants ont adressé une injonction formelle à leur avocat pour obtenir, d'ici six jours, une série de documents utiles à leur enquête contre Donald Trump.

"Nous espérons entendre vos clients à une date ultérieure", ont ajouté les parlementaires, qui les avaient déjà invités à faire une déposition au Congrès ces jeudi et vendredi.

MM. Parnas et Fruman avaient décliné en s'abritant derrière un courrier de la Maison Blanche, qui a refusé de coopérer à une enquête jugée "partisane et anticonstitutionnelle".

Ils "sont des citoyens privés, ils ne sont pas employés de l'administration et ne peuvent pas se dérober", ont rétorqué les parlementaires, qui s'intéressent à leurs liens avec Rudy Giuliani.

Les deux hommes auraient notamment aidé l'ancien maire de New York à rencontrer Iouri Loutsenko, alors procureur général ukrainien, pour tenter de le convaincre d'ouvrir une enquête sur les affaires du fils de Joe Biden, Hunter, en Ukraine.

Lors d'un échange téléphonique fin juillet, Donald Trump avait demandé à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de "se pencher" sur ce dossier et d'entrer en contact avec Rudy Giuliani.

Cet appel, rendu public après l'intervention d'un lanceur d'alerte, a justifié la décision des démocrates d'initier une enquête pouvant mener à une rarissime procédure d'"impeachment".

- "Ambassadrice" -

L'acte d'accusation contre MM. Parnas et Fruman n'évoque pas Rudy Giuliani, mais fait bien référence à l'Ukraine.

Selon ce document, les deux hommes ont commencé au début de l'année 2018 à "faire des contributions substantielles" à des hommes politiques, afin de "favoriser leurs intérêts financiers mais aussi les intérêts politiques d'au moins un membre du gouvernement ukrainien pour lequel ils travaillaient".

Des parlementaires qui avaient reçu des donations de MM. Parnas et Fruman ont pris leurs distances par rapport aux suspects.

"La tromperie qui est exposée dans l'acte d'accusation d'aujourd'hui n'a pas de place dans notre pays", a déclaré un porte-parole du chef de la minorité républicaine à la Chambre des représentants Kevin McCarthy. Il a annoncé que les Républicains allaient donner ces fonds à des organisations de bienfaisance.

Les deux suspects sont accusés d'avoir dissimulé le "vrai donateur", un mystérieux "individu 1" russe, avec lequel ils voulaient ouvrir une entreprise de marijuana dans le Nevada.

En mai 2018, ils avaient promis de lever des fonds pour un élu du Congrès, tout en lui demandant de convaincre "le gouvernement américain de rappeler l'ambassadrice des Etats-Unis en Ukraine".

La diplomate, Marie Yovanovitch, a été rappelée à Washington un an plus tard. Les élus démocrates espèrent l'entendre vendredi au Congrès.

Ils ont par ailleurs également adressé une injonction au ministre de l'Energie Rick Perry pour qu'il fournisse d'ici au 18 octobre des documents qui pourraient faire avancer leur enquête.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Donald Trump accorde une grâce présidentielle à son ancien collaborateur Michael Flynn

Le conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn, fait une déclaration lors d'un briefing quotidien à la Maison Blanche à Washington, le 1er février 2017.

Le président américain Donald Trump a gracié mercredi son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn qui avait plaidé coupable d'avoir menti au FBI lors de l'enquête sur l'ingérence russe dans les élections présidentielles de 2016.

"C'est un grand honneur pour moi d'annoncer que le général Michael T. Flynn a obtenu une grâce complète. Félicitations à @GenFlynn et à sa merveilleuse famille, je sais que vous allez maintenant passer un Thanksgiving vraiment fantastique !", a écrit M. Trump sur Twitter.

Général d'armée à la retraite, M. Flynn a plaidé coupable en 2017 d'avoir menti au FBI sur les interactions qu'il a eues avec l'ambassadeur de Russie aux États-Unis dans les semaines précédant l'inauguration de Trump en janvier 2017.

Il a depuis lors cherché à retirer son plaidoyer, arguant que les procureurs avaient violé ses droits et l'avaient dupé pour qu'il accepte de plaider coupable. Sa condamnation a été reportée à plusieurs reprises.

Il s'agit de la grâce la plus médiatisée accordée par M. Trump depuis son entrée en fonction. Entre autres controverses, le président américain avait auparavant suscité un tollé en graciant les militaires accusés de crimes de guerre en Afghanistan. Il a aussi essuyé des critiques en accordant la grâce présidentielle à Joe Arpaio, ancien shérif du comet de Maricopa, en Arizona, accuse de racism notoire.

Le général Flynn, 61 ans, a été le premier conseiller à la sécurité nationale du président Trump. Il est limogé en 2017 après 24 jours à son poste à cause d’une controverse liée aux contacts de l'ancien général avec l'ambassadeur russe à Washington de l'époque, Sergei Kislyak.

Avant d’intégrer l’équipe de M. Trump, Michael Flynn était à la tête de l'Agence de renseignement du Pentagone, un poste qu’il est contraint de quitter en 2014, en partie à cause de son style de gestion et de ses opinions sur la manière de lutter contre le militantisme islamiste.

C’est en 2016 qu’il entre dans l’équipe de campagne de M. Trump.

Outre le general Flynn, d'autres anciens collaborateurs du president ont été condamnés pour divers crimes à l’échelle fédérale, notamment Roger Stone, conseiller et ami de longue date de M. Trump, et Paul Manafort, son ancien directeur de campagne.

Selon le quotidien USA Today, la grâce accordée à M. Flynn a suscité une réaction rapide de la famille du général qui a salué cette decision, que l'opposition démocrate a vite fait de condamner.

Correspondant VOA: Décrets présidentiels

Correspondant VOA: Décrets présidentiels
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:00 0:00

Melania Trump reçoit le sapin de Noël de la Maison Blanche

Melania Trump reçoit le sapin de Noël de la Maison Blanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Un mystérieux objet métallique apparait dans le désert

Un mystérieux objet métallique apparait dans le désert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG