Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

"Impeachment": la Maison blanche qualifie l'enquête d'anticonstitutionnelle

Le président Donald Trump, bureau ovale de la Maison-Blanche, le 8 octobre 2019.

La Maison blanche a dénoncé mardi l'enquête lancée par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, dans le cadre de la procédure de destitution ("impeachment") entamée contre Donald Trump qu'elle a qualifiée d'anticonstitutionnelle.

La présidence américaine a indiqué qu'elle ne coopérerait pas avec l'enquête selon elle "illégitime" menée par trois commissions de la Chambre des représentants, sauf si cette dernière organise un vote sur une éventuelle mise en accusation de Donald Trump.

Cette annonce intervient après que le département d'Etat a interdit dans la journée à Gordon Sondland, ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Union européenne, de témoigner dans le cadre de cette enquête parlementaire.

Une lettre de huit pages, signée par l'avocat de la Maison blanche Pat Cipollone, a été adressée à la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ainsi qu'aux présidents démocrates des trois commissions de la Chambre menant l'enquête (Renseignement, Surveillance, Affaires étrangères).

Cette enquête a été ouverte après qu'un membre des services du renseignement américain a lancé l'alerte sur une conversation téléphonique en juillet dernier entre Donald Trump et son homologue ukrainien Volodomir Zelenski, accusant le président républicain d'avoir fait pression pour que Kiev enquête sur Joe Biden, favori de la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de novembre 2020.

Dans la lettre transmise aux démocrates, la Maison blanche souligne que les trois autres enquêtes pour destitution dans l'histoire des Etats-Unis - visant Andrew Johnson, Richard Nixon et Bill Clinton - ont été menées sur un vote de la Chambre.

Un haut représentant de l'administration Trump, s'exprimant au moment de la publication de la lettre, a déclaré que la manoeuvre des démocrates était "sans précédent dans l'histoire de notre nation".

Donald Trump a été privé de ses droits fondamentaux dans le cadre de cette procédure, comme la possibilité d'interroger des témoins, de recevoir la retranscription de témoignages ou d'avoir accès à des preuves, est-il écrit dans la lettre.

"Tout cela viole la Constitution", dit la Maison blanche dans le document.

La lettre estime qu'il s'agit d'une manoeuvre politique destinée à influencer l'élection présidentielle de l'an prochain, ce que les démocrates rejettent.

Toutes les actualités

Ouverture du procès de Trump mardi

Ouverture du procès de Trump mardi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Le guide suprême iranien discrédite les manifestations anti-pouvoir

Le guide suprême iranien discrédite les manifestations anti-pouvoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Le procès du président Donald Trump reprend la semaine prochaine devant le Sénat

Le procès du président Donald Trump reprend la semaine prochaine devant le Sénat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Destitution: le célèbre avocat Alan Dershowitz défendra Trump

L'avocat Alan Dershowitz

L'avocat Alan Dershowitz, célèbre constitutionnaliste, fera partie de l'équipe de défense de Donald Trump dans son procès en destitution devant le Sénat la semaine prochaine, a-t-il annoncé vendredi.

L'ex-procureur Kenneth Starr, qui s'est fait connaître mondialement dans les années 1990 pour son enquête sur la relation extra-conjugale entre Bill Clinton et Monica Lewinsky, stagiaire à la Maison Blanche, devrait également rejoindre cette équipe, selon plusieurs médias américains.

"Le professeur Dershowitz s'exprimera en défense durant le procès au Sénat pour présenter les arguments constitutionnels contre la destitution", a indiqué son cabinet.

C'est Pat Cipollone, avocat de la Maison Blanche, qui sera en première ligne.

Plutôt discret, peu habitué des plateaux de télévision, ce fils d'immigrés italiens ayant grandi dans le Bronx, fervent catholique et père de 10 enfants, a peu de choses en commun avec le tempétueux magnat de l'immobilier.

"Il est du genre solide et silencieux", soulignait il y a quelques semaines Donald Trump lors d'une cérémonie à la Maison Blanche ne tarissant pas d'éloge sur "Pat" et son "équipe extraordinaire".

Il va devoir s'adapter à un nouveau rôle, en pleine lumière, devant les sénateurs et des millions de téléspectateurs,

Il s'est jusqu'ici surtout fait remarquer par sa plume incisive: c'est lui qui a rédigé les courriers dénonçant la procédure de mise en accusation du président, à la tonalité très agressive et où l'on sentait le souffle de Donald Trump.

Après un courrier particulièrement agressif daté du 15 mai 2019, il s'était attiré les foudres de Nancy Pelosi. "Cette lettre qui a été envoyée depuis la Maison Blanche était une blague, indigne de la présidence des Etats-Unis (...) Honte à eux".

Ce procès au Sénat prend un relief particulier: la Maison Blanche avait en effet décidé de ne pas participer à l'enquête sur la mise en accusation, conduite à la Chambre des représentants, dominée par les démocrates. Le procès au Sénat, dominé par les républicains, donnera pour la première fois l'occasion aux avocats du président de présenter leurs arguments.

Une caravane de migrants honduriens progresse au Guatemala

Une caravane de migrants honduriens progresse au Guatemala
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG