Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Des proches réclament "la vérité" sur les victimes du régime de Yahya Jammeh

L’ex-président Yahya Jammeh déclare avoir accepté de céder le pouvoir au président élu Adama Barrow, à Banjul, Gambie, 21 janvier 2017. Image du discours diffusé sur la télévision d’Etat gambien.

Des familles de victimes du régime de l'ex-président gambien Yahya Jammeh ont manifesté mardi à Banjul pour réclamer aux nouvelles autorités "la vérité" sur leurs morts et disparus, plus d'un après son départ du pays au terme de 22 ans de pouvoir.

"Nous voulons la justice maintenant", ont scandé une trentaine de manifestants dans la capitale gambienne lors de cette marche pacifique, a rapporté un correspondant de l'AFP.

L'an dernier, les autorités avaient annoncé que des dépouilles de Gambiens tués en luttant pour la fin du régime de Jammeh avaient été exhumées.

>> Lire aussi : Report au 25 avril du procès de deux généraux de Jammeh inculpés de désertion en Gambie

"Une année plus tard, leurs familles et amis n'ont pas d'information sur leur sort", a déclaré Zainab Lowe, une sœur d'un membre de la garde présidentielle disparu en 2006.

"Le temps d'attente est terminé. La vérité doit être dite. Nous avons besoin de justice", a-t-elle ajouté, au nom des familles des victimes de M. Jammeh, accusé de disparitions forcées et d'exécutions extra-judiciaires par des opposants et défenseurs des droits de l'homme.

Ancien militaire parvenu au pouvoir par un putsch sans effusion de sang en 1994, Yahya Jammeh s'était fait largement élire et réélire sans interruption jusqu'à sa défaite en décembre 2016 face à Adama Barrow, candidat de l'opposition.

>> Lire aussi : Inculpation d'anciens espions accusés de meurtre en Gambie

Après six semaines d'une crise à rebondissements provoquée par son refus de céder le pouvoir, il avait finalement quitté le pays le 21 janvier 2017 pour la Guinée équatoriale, à la suite d'une intervention militaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et d'une ultime médiation guinéo-mauritanienne.

Avec AFP

Toutes les actualités

11 personnes en garde à vue décédées à l'unité antidrogue en une nuit

Adama Pamtaba, chargé de communication de la police municipale de Ouagadougou, au Burkina, le 12 novembre 2018. (VOA/Lamine Traoré)

Onze personnes détenues en garde à vue sont décédées dans la nuit de dimanche à lundi dans les locaux de l'Unité antidrogue de Ouagadougou, a annoncé la procureure du Burkina Faso, Maiza Sérémé.

"Le procureur du (Burkina) Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou a été informé, ce jour 15 juillet 2019, par la directrice de la police judiciaire de la police nationale de ce que onze personnes gardées à vue à l'Unité antidrogue (UAD) pour des infractions relatives à la législation des stupéfiants sont décédées dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019", a écrit Mme Sérémé dans un communiqué.

Une "enquête a été ouverte",a indiqué la procureure qui s'est rendue sur les lieux accompagnée de ses substituts et de membres des services techniques.

"Des médecins légistes ont été requis" pour procéder à des examens et aux autopsies nécessaires pour déterminer les raisons des décès qui sont encore inconnues, a-t-elle souligné.

La société civile a par le passé souvent dénoncé les violences des forces de sécurité.

Le Burkina Faso, pays pauvre, est une des plaques tournantes du trafic de drogue vers l'Europe. La drogue arrive au Burkina Faso en provenance des ports d'Afrique de l'Ouest et prend ensuite la direction du nord vers le désert malien et libyen, selon une source sécuritaire.

En juin dernier, les autorités ont procédé à l'incinération de 35.300 tonnes de drogue, représentant le quart des saisies de l'année 2018, selon le secrétariat permanent du comité national de lutte contre la drogue.

Finale CAN-2019: 28 avions pour transporter les fans algériens

Un Boeing Boeing 737-8D6 immatriculé 7T-VKQ d'Air Algérie débarque à l'aéroport de Genève, le 20 novembre 2017.

Les autorités algériennes ont annoncé lundi avoir mobilisé 28 avions afin de transporter, via un pont aérien, 4.800 fans des "Fennecs" pour assister à la finale de la CAN-2019 face au Sénégal, vendredi au Caire.

Selon des sources concordantes, il y aura 13 avions d'Air Algérie, six de Tassili Airlines et neuf avions militaires. Ces avions décolleront des quatre coins du pays.

Le ministère algérien de la Défense avait annoncé dimanche par communiqué qu'il allait mettre à disposition neuf avions de transport militaire au profit de 870 supporters algériens.

La décision du pont aérien a été prise par le Premier Ministre, Noureddine Bédoui, lors d'un conseil du gouvernement tenu lundi.

Le pays est secoué depuis le 22 février d'un mouvement de contestation qui demande la fin du régime en place. Le Premier ministre fait partie des personnes dont le départ est réclamé par la rue.

Depuis le début de la CAN, 2.275 supporters sont partis d'Algérie. Plus de 1.200 d'entre eux sont restés au Caire pour assister jusqu'au bout aux matchs des verts, selon des sources concordantes.

Ebola fait son entrée à Goma

Ebola fait son entrée à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:52 0:00

Afrotech

Afrotech
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:07:34 0:00

L’Algérie et le Sénégal en finale de la 32e édition de la CAN Egypte 2019

L’Algérie et le Sénégal en finale de la 32e édition de la CAN Egypte 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:22 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG