Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Des familles syriennes victimes du groupe EI demandent des comptes à la coalition internationale

Des membres de la défense civile syrienne, connus sous le nom de Casques blancs, retirent une victime des décombres d'un bâtiment détruit suite à une attaque aérienne à Idlib, Syrie, 15 mars 2017

Plusieurs familles de Syriens portés disparus après être tombés aux mains de l'organisation Etat islamique (EI) se sont constituées en association pour réclamer à la coalition internationale ayant vaincu le groupe djihadiste en Syrie des informations sur le sort de leurs proches.

"Après avoir perdu pendant des années tout espoir d'obtenir des informations, nous demandons aux pays de la coalition de faire des recherches et de nous informer sur le sort des disparus, car l'effondrement territorial de l'EI offre une opportunité historique", a expliqué mardi, au cours d'une conférence de presse à Paris, Khalil Al Haj Saleh, le président de cette association.

Selon les estimations des ONG, plus de 8.000 personnes, dont de nombreux militants des droits de l'homme et journalistes, ont disparu dès 2013 dans les vastes territoires du nord de la Syrie contrôlés par l'EI.

La coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et les Forces démocratiques syriennes (FDS, dominées par les Kurdes) ont repris depuis 2015 une par une les villes conquises par l'EI, jusqu'à la chute en mars dernier de Baghouz, le dernier réduit du "califat", et la proclamation par la coalition de l'élimination territoriale "à 100%" de cette organisation djihadiste.

"Maintenant que la bataille territoriale contre l'EI est finie, la coalition doit s'attaquer au terrible héritage du groupe", a martelé Nadim Houry, une spécialiste de la région à Human Rights Watch (HRW), "c'est une responsabilité morale et juridique".

Les familles présentes à Paris ont perdu un frère, un mari, un père, enlevé par le groupe djihadiste, et n'en ont plus de nouvelles depuis des années. Elles ont été reçues lundi au ministère français des Affaires étrangères pour réclamer la mise en place d'un mécanisme permettant d'établir une base de données, de servir de liaison et de fournir aux autorités locales du nord-est de la Syrie les moyens de traiter ces informations.

"Tous les locaux, toutes les prisons, tous les documents que Daech (l'acronyme arabe de l'EI) a laissés sont entre les mains des services de renseignement des forces de la coalition. Ils doivent nous aider", a insisté M. Al Haj Saleh.

Evoquant les charniers qui renferment des milliers de corps découverts dans les régions de Raqqa et de Deir Ezzor, l'avocat et militant des droits de l'Homme syrien Anouar al Bouni a exhorté les pays de la coalition à fournir des moyens - médecins légistes, experts - nécessaires à l'identification des corps et à la prévention de la destruction de preuves.

"Aujourd'hui, c'est comme si Daech avait commis des crimes sans victimes", a déploré M. Houry.

Toutes les actualités

Nucléaire : Macron appelle l'Iran à être "patient et responsable"

Nucléaire : Macron appelle l'Iran à être "patient et responsable"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:19 0:00

Pékin appelle Washington et Téhéran à la retenue

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, le 8 mars 2018, à Pékin.

La Chine a appelé mardi Américains et Iraniens à la retenue, après l'annonce de l'envoi d'un millier de soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient et l'avertissement de Téhéran qu'il franchirait bientôt une limite prévue par l'accord international sur son programme nucléaire.

"Nous appelons toutes les parties à garder la tête froide (...) et à ne pas ouvrir la boîte de Pandore", a déclaré devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, interrogé sur les renforts américains.

"Les États-Unis notamment devraient changer leur pratique de pression maximale (...) Non seulement cela ne permet pas de résoudre le problème, mais cela aggrave la crise", a-t-il indiqué.

Washington a décidé d'envoyer environ 1.000 militaires supplémentaires au Moyen-Orient dans un contexte de tensions accrues avec l'Iran, a annoncé lundi le secrétaire américain à la Défense, Patrick Shanahan.

Cette annonce est intervenue peu après la publication par son ministère de nouveaux documents accusant l'Iran d'avoir attaqué deux pétroliers en mer d'Oman la semaine dernière.

Signé par l'Iran et le Groupe des Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie), l'accord de 2015 conclu à Vienne vise à limiter drastiquement le programme nucléaire de Téhéran en échange d'une levée des sanctions économiques internationales.

Mais Washington s'est retiré unilatéralement du pacte en mai 2018 et a rétabli de lourdes sanctions contre Téhéran, qui presse depuis des mois les autres signataires et partenaires de l'aider à en atténuer les effets dévastateurs.

Jusqu'ici, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a certifié que l'Iran agissait en conformité avec les engagements pris à Vienne.

Mais Téhéran a annoncé que ses réserves d'uranium enrichi passeraient à partir du 27 juin au-dessus de la limite prévue par l'accord de 2015.

"L'Iran doit prendre ses décisions avec précaution, il ne doit pas abandonner cet accord à la légère", a mis en garde Wang Yi lors d'un point presse avec le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moualem, en visite en Chine.

Semblant impuissants face aux sanctions américaines, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, signataires de l'accord de 2015, exhortent également Téhéran à continuer de respecter l'accord. Le chef de l'ONU a lancé un appel similaire.

Sur le dossier syrien, Wang Yi a indiqué à son homologue que la Chine soutenait "fermement" le pays dans "sa lutte contre le terrorisme" et "dans sa reconstruction économique".

A l'ONU, Pékin a toujours voté contre ou s'est abstenu lors de votes de projets de résolutions visant à sanctionner le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad.

"La Chine a toujours préconisé le règlement de la question syrienne par des moyens politiques", a souligné M. Wang.

Avec AFP

Donald Trump affirme que les attaques contre deux pétroliers portent la marque de l'Iran

Donald Trump affirme que les attaques contre deux pétroliers portent la marque de l'Iran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Frappes israéliennes sur Gaza après un tir de roquette palestinien

Frappes israéliennes sur Gaza après un tir de roquette palestinien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:32 0:00

Le chef de l'ONU «condamne» les attaques contre des navires civils dans le Golfe

Le chef de l'ONU «condamne» les attaques contre des navires civils dans le Golfe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG