Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Au moins 15 civils tués dans un village peul dans le centre du Mali

Les personnes fuyant la violence dans le centre du Mali se réfugient à Dialokorobougou, près de Bamako, le 3 mai 2018.

Au moins 15 civils ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans un village peul du centre du Mali, une région marquée par des violences intercommunautaires ayant fait des centaines de morts ces dernières années mais qui avait connu une accalmie depuis six mois.

"Quinze civils peuls ont été tués par des hommes armés à Sinda, village situé à 12 km de Douentza", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire malienne, sans identifier les assaillants.

"Au moins 15 civils peuls ont été tués. Certains ont été égorgés dans leur sommeil, d'autres après avoir été arrêtés par de présumés chasseurs traditionnels communément appelés +dozos+, ou en tout cas ils étaient habillés comme eux", a précisé un élu de Douentza ayant requis l'anonymat pour des raisons de sécurité.

Les victimes ont été inhumées jeudi par les habitants du village, "la peur au ventre", a déclaré un enseignant de Sinda contacté par l'AFP.

Depuis l'apparition en 2015 dans le centre du Mali du groupe du prédicateur radical Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs "groupes d'autodéfense" en s'appuyant sur les groupes de chasseurs traditionnels dozos.

Les violences qui déchirent cette région depuis cinq ans ont culminé avec le massacre le 23 mars 2019, attribué à des chasseurs dogons, de quelque 160 Peuls dans le village d'Ogossagou, près de la frontière avec le Burkina Faso. En juin dernier, quelque 35 Dogons ont été tués à Sobane Da et une quarantaine dans les villages de Gangafani et Yoro, pour ne citer que les attaques les plus meurtrières.

L'association de chasseurs dogons Dan Nan Ambassagou, officiellement dissoute au lendemain du massacre d'Ogossagou, reste l'une des mieux organisées et est régulièrement accusée par les associations peules d'être responsable de ces attaques, ce qu'elle dément.

Une accalmie avait été enregistrée depuis la signature en août d'accords "de cessation des hostilités" par des groupes armés peuls et dogons du centre du pays, en marge d'une visite du Premier ministre, Boubou Cissé.

Toutes les actualités

Il y aura un second tour des législatives maliennes

Il y aura un second tour des législatives maliennes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Les Maliens ont participé timidement aux législatives

Les Maliens ont participé timidement aux législatives
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Les Maliens ont voté malgré le coronavirus et l'insécurité

Les Maliens ont voté malgré le coronavirus et l'insécurité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Le chef de l'opposition Soumaïla Cissé serait entre les mains de jihadistes

Le chef de file de l'opposition au Mali, Soumaïla Cissé, en campagne à Mopti pour l'élection présidentielle de juillet 2018. (Photo: Twitter/ Soumaïla Cissé)

Le chef de l'opposition au Mali, Soumaïla Cissé, enlevé mercredi alors qu'il faisait campagne dans son fief du nord du pays pour les législatives de dimanche, est "vraisemblablement" aux mains d'un groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda, ont indiqué samedi un élu du centre du pays et une source sécuritaire.

"A l'heure actuelle, d'après nos informations, le chef de l'opposition a été vraisemblablement enlevé par des jihadistes du centre du Mali se revendiquant d'Amadou Koufa", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire malienne.

Amadou Koufa est un prédicateur peul qui dirige la katiba du Macina, apparue dans le centre du Mali en 2015 et qui constitue l'une des branches du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste du Sahel affiliée à Al-Qaïda.

L'élu de Niafounké, dans la région de Tombouctou, âgé de 70 ans, et les six membres de sa délégation enlevés en même temps que lui "ont probablement changé de zone et sont loin du lieu du rapt", selon la même source.

"Selon les dernières informations, notre président (Soumaïla Cissé) est entre les mains de la katiba du Macina", a dit à l'AFP un élu du centre proche du chef de l'opposition.

"Non seulement nous avons des indices certains par nos propres sources, mais également par les enregistrements diffusés par les jihadistes", a-t-il ajouté.

Jeudi et vendredi, dans des enregistrements qui ont beaucoup circulé sur les réseaux sociaux en langues peule et sonrhai, parlées dans le centre et le nord du Mali, des hommes se présentant comme des fidèles d'Amadou Koufa, ont revendiqué le rapt, a constaté un correspondant de l'AFP.

Le parti de M. Cissé a installé à Bamako une cellule de crise pour suivre les événements. Le Premier ministre Boubou Cissé et deux de ses prédécesseurs, Moussa Mara et Soumeylou Boubeye Maïga, ont notamment rendu visite à cette cellule de crise.

Le parti de M. Cissé, l'Union pour la République et la Démocratie (URD), a appelé samedi à une "participation massive" aux législatives de dimanche, malgré l'enlèvement de son chef. "Nous devons faire en sorte que le parti sorte encore plus grandi de cette épreuve", a affirmé sa direction dans un communiqué.

Scrutin malien maintenu malgré la pandémie de COVID-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00


Premier mort du coronavirus en territoire malien, les législatives maintenues

Un agent de la circulation routière dirige les véhicules à Bamako. (Photo: Kassim Traore/VOA)

Le Mali a enregistré samedi son premier décès dû au coronavirus, à la veille d'élections législatives maintenues malgré la progression de la maladie dans ce pays en proie aux violences et aux attaques jihadistes, ont indiqué les autorités sanitaires maliennes.

"Mes services m'ont informé depuis 06 heures du matin du décès d'un malade parmi les personnes testées positives au coronavirus", a déclaré à l'AFP le ministre de la Santé, Michel Sidibé.

Après des analyses approfondies effectuées dans la journée, "on a un décès aujourd'hui", "parce que le virus de la maladie était dans son poumon", a dit M. Sidibé.

A la mi-journée, le ministère malien de la Santé avait fait état d'un bilan de 18 personnes infectées mais n'avait pas évoqué de décès.

En fin d'après-midi, le secrétaire général du ministère de la Santé, Mama Coumaré, a toutefois indiqué sur une radio locale que l'un d'entre eux était décédé du Covid-19.

"Nous avons 18 cas, 14 importés, quatre locaux, un mort, dont je me garde de dire le nom, et personne n'est guéri pour le moment au Mali", a dit le Dr Coumaré.

Malgré l'appartion mercredi des premiers cas de coronavirus au Mali, le président Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé le soir même le maintien ce dimanche des législatives, "dans le respect scrupuleux des mesures barrières".

Voir plus

XS
SM
MD
LG