Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Violents affrontement interethniques dans le centre du pays

Un ouvrier dans une culture de hévéas, près d'Abidjan, le 7 novembre 2007.

De violents affrontements mercredi entre populations autochtones (Baoulé) et allogènes (Dioula, ressortissant du Nord) ont fait des dizaines de blessés, dont six membres des forces de l'ordre, à Béoumi (à 60 km à l'ouest de Bouaké, centre) où plusieurs maisons et véhicules ont été incendiés

La gendarmerie a dû intervenir en faisant usage de gaz lacrymogène et en chargeant pour séparer les deux camps qui se sont affrontés en raison d'une vieille querelle entre les transporteurs (taxi brousse) d'ethnie dioula et les pilotes de moto-taxis d'ethnie baoulé.

"Une altercation entre un chauffeur de taxi brousse et un conducteur de moto taxi qui se trouvait à la gare des taxis brousses" a ravivé la tension lundi avant de dégénérer en bataille rangée, selon Innocent Koffi, agriculteur baoulé à Béoumi.

Les affrontements intercommunautaires, parfois meurtriers, sont fréquents en Côte d'Ivoire, pays d'environ 22 millions d'habitants qui compte plusieurs dizaines d'ethnies et une importante communauté étrangère. Ces heurts sont souvent liés à la propriété foncière mais aussi aux transports.

Toutes les actualités

Alassane Ouattara va briguer un 3e mandat à la tête de la Côte d'Ivoire

Le président ivoirien Alassane Ouattara lors de la cérémonie des voeux, à Abidjan, le 4 janvier 2018. AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara a annoncé jeudi qu'il briguerait un troisième mandat.

M. Ouattara, âgé de 78 ans, est arrivé au pouvoir à la suite d'une élection très contestée en 2010. Il s'était initialement engagé à ne pas briguer un troisième mandat, mais a été contraint de faire marche arrière après le décès inopiné, le 8 juillet, du candidat de son parti RHDP, l'ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

"Par devoir citoyen, j'ai décidé de répondre favorablement à l'appel de mes concitoyens me demandant d'être candidat à l'élection présidentielle", a déclaré M. Ouattara lors d'un discours télévisé à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire de l'indépendance du pays. "L'homme propose, Dieu dispose", a-t-il ajouté.

Au moins trois autres figures politiques ont déjà déposé leurs candidatures : l'ancien président Henri Konan Bédié (PDCI), Pascal Affi N'Guessan (FPI), et Albert Mabri Toikeusse (UDPCI).

Plus tôt dans la journée de jeudi, des partisans de l'ancien président Laurent Gbagbo ont manifesté à Abidjan. Ils réclamaient la réintégration de l'ancien chef de l'Etat, dont le droit de vote a été révoqué suite à sa condamnation par contumace.

M. Gbagbo, 75 ans, a été acquitté par la Cour pénale internationale, après avoir passé près d'une décennie en détention à La Haye. Il a récemment fait une demande de passeport, indiquant qu'il a l'intention de rentrer en Côte d’Ivoire.

La présidentielle est prévue le 31 octobre prochain.

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00


Une "armée verte" ivoirienne contre la déforestation

Un soldat ivoirien se tient près des agriculteurs en train de casser des cabosses de cacao, le 19 mai 2011, alors que gouvernement ivoirien veut chasser les agriculteurs de 231 réserves forestières.

La Côte d'Ivoire a présenté jeudi à Abidjan sa première "armée verte". C'est une brigade de 650 soldats chargés de lutter contre la déforestation et la criminalité forestière, dans un pays qui a perdu en un demi-siècle la quasi-totalité de ses forêts.

La première promotion de la Brigade spéciale de surveillance et d'Intervention (BSSI) est "une unité inédite dans l'histoire des Eaux et forêts en Côte d'Ivoire, par son caractère de Force spéciale" a déclaré le ministre ivoirien des Eaux et forêts, Alain Richard Donwahi, parrain de cette cérémonie.

La BSSI "est le fer de lance de la lutte contre toutes les formes de criminalité liée à la forêt, à la faune et aux ressources en eau. Elle se distingue par sa spécificité d'intervention (...) à savoir une compagnie forêt, une compagnie eau et une compagnie faune".

Les officiers et sous-officiers commandos de la BSSI se sont donnés comme slogan: "la forêt est sacrée, je dois la protéger et m'engager à la défendre, même au péril de ma vie".

Les autorités ivoiriennes ont présenté le 25 juillet le bilan d'une ambitieuse opération de plantation de plus de 5 millions d'arbres en 2020 pour lutter contre la déforestation, après la plantation en 2019 de plus d'un million d'arbres.

Premier producteur mondial de cacao avec 40% du marché, la Côte d'Ivoire, qui comptait 16 millions d'hectares de forêts dans les années 1960, a vu leur superficie fondre à trois millions d'hectares, selon les chiffres officiels, à cause notamment du développement des plantations de cacao.

Le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles, l'appauvrissement des sols et des migrations des populations ont également participé à la disparition du couvert forestier.

La nouvelle politique forestière ivoirienne vise à recouvrer "six millions d'hectares en 2030, soit 20% du territoire national et un accroissement de 3 millions d'hectares de forêts".

Elections 2020: 900.000 nouveaux électeurs ivoiriens

Elections 2020: 900.000 nouveaux électeurs ivoiriens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:13 0:00

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Laurent Gbagbo et Guillaume Soro rayés de la liste des électeurs ivoiriens

Un agent électoral appose le sceau sur le bulletin d’un électeur qui vient de voter lors des législatives à Abidjan, Côte d’Ivoire, 18 décembre 2016. REUTERS/Thierry Gouegnon

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales, sauf l'ancien président Laurent Gbagbo. Guillaume Soro n'apparait pas non plus.

En Côte d'Ivoire, plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales, pour participer à l’élection présidentielle d'octobre. C’est ce qu’a annoncé mardi le président de la Commission électorale.

La révision des listes menée du 10 juin au 5 juillet a permis "l’inscription de 904.956 nouveaux électeurs, ce qui porte le total d'électeurs inscrits à 7,5 millions", a expliqué Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, le président de la Commission électorale indépendante.

Selon lui, ces chiffres sont quasi-définitifs, mais peuvent encore évoluer légèrement à l'issue de la période de contentieux, qui permet aux électeurs de contester une inscription ou une absence d'inscription.

Les partisans de l'ancien président Laurent Gbagbo protestent contre son absence des listes électorales. Aussi Guillaume Soro, ancien président de l’assemblée nationale ne figure pas sur la liste. M. Coulibaly-Kuibiert a expliqué que toute personne condamnée pour un délit ou un crime à une privation de ses droits civiques est rayée des listes révisées.

Le président de la CEI relève un "bond quantitatif" dans la révision de 2020. Celle de 2018 n'avait permis d'enrôler que 277.000 nouveaux électeurs. En 2019, il n'y avait pas eu de révision, bien qu'elle doive être menée chaque année selon la loi.

Les scrutins municipaux et régionaux de 2018 avaient été marqués par des violences et des fraudes.

La liste électorale ivoirienne s'élargit à 904.956 nouveaux électeurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00


Voir plus

XS
SM
MD
LG