Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Après un Grammy Award, l'Ivoirienne Dobet Gnahoré veut séduire son pays

La musicienne Dobet Gnahore, à Abidjan, le 9 mai 2010.

Lauréate d'un Grammy Award en 2010, prestigieuse récompense musicale américaine, la chanteuse, danseuse et percussionniste ivoirienne Dobet Gnahoré reste peu connue en Côte d'Ivoire.

"Je rêvais de venir jouer en Côte d'Ivoire!", a confié Dobet Gnahoré, qui vit en France depuis 20 ans et ne cache pas sa joie d'un retour au pays natal pour se faire connaître à travers des projets culturels.

L'artiste est revenue au pays en février pour une tournée promotionnelle de son dernier album "Afro électro Moziki!", et pour un concert à l'Institut français d'Abidjan, qui a remporté un grand succès.

Véritable bête de scène, elle déploie son agilité par la danse en même temps que son endurance sur les planches. Elle va jusqu'à moduler sa douce voix pour imiter le son des pygmées d'Afrique centrale, comme dans le titre "Youkouli", sur son dernier album.

"Dobet Gnaoré a du talent (...) mais il n'est pas perçu comme tel dans son propre pays. Il est temps que la Côte d'Ivoire sache ce qu'elle vaut vraiment", explique Salif Traoré, dit A'Salfo, leader du groupe ivoirien Magic System dont la structure de production (Gaou Productions) a organisé la venue de la percussionniste à Abidjan.

La musicienne n'a pas caché sa joie. "C'est vraiment un plaisir de jouer à Abidjan, chez moi ! De montrer aux Ivoiriens, à ma famille, comment je me bats (...) pour parler de notre culture, qu'elle soit ivoirienne ou africaine". "Je veux jouer plus en Côte d'Ivoire", dit-elle.

"La compassion, l'amour, la paix, l'éducation" sont les thèmes abordés dans son dernier album, qu'elle qualifie de "plus personnel".

- Le panafricain et l'électro -

Son séjour en France a déteint sur son genre musical, avec un fond d'acoustique. "J'ai des influences qui viennent de l'Europe, du côté électro, avec mon dernier album", mais dans "mes quatre premiers albums, c'est le panafricain devant".

"Complètement ouverte à tous les styles de musique", elle veut "nager dans le style afro-pop-électro", peut se lever un matin en imaginant un air aux accents reggae et le lendemain matin "une chanson qui n'a rien à voir", résume celle qui chante en bété, en dioula ou dans un mélange de français et de langue ivoirienne.

"J'ai grandi dans un village panafricain... où j'ai appris la percussion, la danse, le théâtre, la musique et le chant en différentes langues africaines". "J'aime être libre, je n'aime pas qu'on me colle une étiquette", raconte cette artiste, mère de deux enfants.

Bon sang ne saurait mentir, dit le proverbe: Dobet est la fille aînée de Boni Gnahoré, maître percussionniste de la compagnie de théâtre Ki Yi M'Bock d'Abidjan -dirigée par l'écrivaine, dramaturge et chorégraphe Werewere Liking- et a grandi avec la musique depuis son plus jeune âge.

"Werewere Liking est une femme spéciale qui m'a toujours inspirée. Je suis une enfant de Werewere, tout ce que je fais, c'est elle qui m'en a donné la base", affirme l'artiste qui été admise dans la compagnie à l'âge de 9 ans.

Ses deux mentors ne tarissent pas d'éloges sur son parcours. "Je suis fière d'elle. Gamine, je l'avais encouragée quand elle voulait embrasser cette carrière, alors que ses parents s'y opposaient", raconte Werewere Liking, diva majestueuse avec sa canne à la main.

- "Ma boussole et ma thérapie" -

Boni Gnahoré témoigne de la vocation musicale de sa fille: "Quand elle nous voyait prester (jouer) au village, elle pleurait. Elle a abandonné l'école pour entrer dans cette école de la vie".

Dobet Gnahoré estime qu'avant de découvrir la musique, elle n'était "rien". "La musique est ma boussole et ma bouée de sauvetage. Elle me permet de vivre, déjà. D'évacuer aussi, c'est une thérapie. Elle me permet de chanter, de pleurer, de rigoler et de partager avec le public..."

"Dobet est une artiste pétrie de talents qui a su faire le maillage entre la musique traditionnelle et la musique moderne, notamment la techno. C'est un modèle pour les jeunes qui veulent se lancer dans la musique", estime Xavier Effoué, spécialiste de la musique ivoirienne soulignant la réussite de sa synthèse musicale.

Dobet Gnahoré envisage une série de projets en Côte d'Ivoire pour inciter les jeunes artistes à explorer d'autres styles de musiques. Elle souhaite créer un centre à vocation socio-culturelle qui accuieillerait notamment des orphelins afin de les former avec d'autres artistes.

Toutes les actualités

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Laurent Gbagbo et Guillaume Soro rayés de la liste des électeurs ivoiriens

Un agent électoral appose le sceau sur le bulletin d’un électeur qui vient de voter lors des législatives à Abidjan, Côte d’Ivoire, 18 décembre 2016. REUTERS/Thierry Gouegnon

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales, sauf l'ancien président Laurent Gbagbo. Guillaume Soro n'apparait pas non plus.

En Côte d'Ivoire, plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales, pour participer à l’élection présidentielle d'octobre. C’est ce qu’a annoncé mardi le président de la Commission électorale.

La révision des listes menée du 10 juin au 5 juillet a permis "l’inscription de 904.956 nouveaux électeurs, ce qui porte le total d'électeurs inscrits à 7,5 millions", a expliqué Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, le président de la Commission électorale indépendante.

Selon lui, ces chiffres sont quasi-définitifs, mais peuvent encore évoluer légèrement à l'issue de la période de contentieux, qui permet aux électeurs de contester une inscription ou une absence d'inscription.

Les partisans de l'ancien président Laurent Gbagbo protestent contre son absence des listes électorales. Aussi Guillaume Soro, ancien président de l’assemblée nationale ne figure pas sur la liste. M. Coulibaly-Kuibiert a expliqué que toute personne condamnée pour un délit ou un crime à une privation de ses droits civiques est rayée des listes révisées.

Le président de la CEI relève un "bond quantitatif" dans la révision de 2020. Celle de 2018 n'avait permis d'enrôler que 277.000 nouveaux électeurs. En 2019, il n'y avait pas eu de révision, bien qu'elle doive être menée chaque année selon la loi.

Les scrutins municipaux et régionaux de 2018 avaient été marqués par des violences et des fraudes.

La liste électorale ivoirienne s'élargit à 904.956 nouveaux électeurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00


La liste électorale ivoirienne s'élargit à 904.956 nouveaux électeurs

La liste électorale ivoirienne s'élargit à 904.956 nouveaux électeurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Un nouveau gouvernement ivoirien sans grand changement

Un nouveau gouvernement ivoirien sans grand changement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Le nouveau gouvernement ivoirien reconduit l'essentiel des ministres

Hamed Bakayoko, Premier ministre de Côte d'Ivoire, le 13 janvier 2016. REUTERS/Joe Penney

En Côte d’Ivoire le président Alassane Ouattara a nommé un nouveau gouvernement sans grand changement, à trois mois de la présidentielle et quelques jours après la nomination d'Hamed Bakayoko comme Premier ministre.

L'essentiel des ministres de la précédente équipe conservent leurs portefeuilles. Le Premier ministre Hamed Bakayoko conserve le ministère de la Défense qu'il occupe depuis 2017.

Il a été désigné le 30 juillet chef du gouvernement pour remplacer Amadou Gon Coulibaly, dont le décès a bouleverse la donne politique a trois mois de la presidentielle. Alassane Ouattra, qui avait renoncé à briguer un troisième mandat, est désormais pressé par son parti de se présenter, mais a différé sa décision.

Le seul changement concerne deux ministres délégués auprès du Premier ministre dans le précédent gouvernement sont promus ministres de plein exercice, avec les mêmes portefeuilles. Moussa Sanogo devient donc ministre du Budget, chargé du portefeuille de l'Etat, et Emmanuel Esmel Essis, ministre la Promotion de l'Investissement privé.

"Les autres ministres et secrétaires d’Etat sont maintenus dans leurs fonctions respectives", a annoncé le secrétaire général de la présidence, Patrick Achi, promu de son côté au titre de ministre d'Etat, donnant lecture du communiqué présidentiel.

Le jeu politique en Côte d'Ivoire a été bouleversé par le décès inattendu le 8 juillet d'Amadou Gon Coulibaly.

Au pouvoir depuis 2011, Alassane Ouattra, qui avait renoncé à briguer un troisième mandat, est désormais pressé par son parti de se présenter, mais a différé ces derniers jours sa décision.

Dimanche, l'ex-ministre Albert Mabri Toikeusse, 58 ans, ancien allié du président Ouattara, s'est déclaré candidat. Pascal Affi N'Guessan, 67 ans, qui dirige une aile du FPI, s'est lui aussi déclaré candidat. L'ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, a été désigné candidat du PDCI, ancien allié du président Ouattara, devenu le principal mouvement d'opposition.

L'opposant Pascal Affi N'Guessan, 67 ans, ancien proche du président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, s'est lui aussi déclaré candidat . Il affirme vouloir "fermer la sanglante parenthèse" des crises politico-militaires des deux dernières décennies en Côte d'Ivoire.

L'ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, qui a dirigé le pays entre 1993 et 1999, a été désigné le 27 juillet avec 99,7% des voix candidat de son Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), ancien allié du président Ouattara, devenu le principal mouvement d'opposition.

La présidentielle s'annonce tendue en Côte d'Ivoire, dix ans après la crise post-électorale qui avait fait plus de 3.000 morts.

Voir plus

XS
SM
MD
LG