Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Boris Johnson ne demandera pas un nouveau report du Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson à Dublin, en Irlande, le 9 septembre 2019.

Boris Johnson a affirmé mardi qu'il ne demanderait pas un nouveau report du Brexit, après la promulgation d'une loi l'obligeant à solliciter auprès de l'Union européenne un report de trois mois du Brexit jusqu'à fin janvier 2020 si aucun accord n'est trouvé avec Bruxelles avant le 31 octobre.

Pour la deuxième fois en moins d'une semaine, les députés britanniques ont rejeté la proposition du gouvernement pour sortir de l'impasse en organisant des élections législatives anticipées.

Alors que l'avenir du Brexit est plongé dans l'incertitude, les travaux au Parlement ont été suspendus jusqu'au 14 octobre, provoquant des scènes de tension à la Chambre des communes, où des députés de l'opposition ont brandi des pancartes indiquant "réduits au silence" et scandé "honte à vous" aux parlementaires conservateurs.

Boris Johnson semble avoir perdu le contrôle sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE avec la promulgation lundi du texte donnant au gouvernement jusqu'au 19 octobre pour conclure un nouvel accord de divorce avec Bruxelles - la date retenue suit le prochain conseil européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles - ou pour obtenir l'aval du Parlement à une sortie sans accord, alors que la Chambre des communes a déjà voté à plusieurs reprises contre la perspective d'un "no deal".

Les dirigeants européens ont répété à plusieurs reprises qu'ils n'avaient pas reçu de propositions précises avant le prochain conseil européen, au cours duquel le Premier ministre espère parvenir à un accord.

"Ce gouvernement poursuivra les négociations en vue d'un accord, tout en se préparant à une sortie sans accord", a déclaré le Premier ministre à l'issue du vote dans la nuit de lundi à mardi.

"J'irai à ce sommet crucial le 17 octobre et peu importe le nombre de dispositifs que ce parlement inventera pour lier mes mains, je vais tout faire pour obtenir un accord dans l'intérêt national (...) Ce gouvernement ne reportera pas encore le Brexit."

Le chef de file de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a déclaré pour sa part que le Labour était impatient de participer à des élections, mais que son camp voulait d'abord qu'un report du Brexit soit validé.

"Malgré notre enthousiasme, nous ne sommes pas prêts à risquer d'infliger à notre communauté le désastre d'un no-deal", a-t-il indiqué. "PAS DE BACKSTOP, PAS D'ACCORD"

Plus de trois ans après le référendum du 23 juin 2016 par lequel un peu moins de 52% des électeurs ont opté pour une sortie de l'Union européenne, le divorce est comme figé, suspendu à l'issue du bras de fer que se livrent Johnson et les anti-No Deal en cette rentrée parlementaire.

Plus tôt lundi lors d'un déplacement à Dublin, Boris Johnson a assuré avoir "soigneusement examiné les conséquences" d'un Brexit sans accord, pour l'Irlande comme pour le Royaume-Uni.

Boris Johnson et plusieurs membres de son gouvernement affirment qu'ils sont en train de présenter de nouvelles propositions à l'Union européenne et que les négociations progressent avec Bruxelles.

L'un des principaux points d'achoppement des discussions concerne le filet de sécurité censé empêcher le rétablissement de contrôles à la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord.

Boris Johnson réclame la suppression de ce "backstop", hypothèse exclue par l'UE et Dublin. "En l'absence d'arrangements alternatifs, pas de backstop signifie pas d'accord pour nous", a rappelé lundi le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Bientôt un vaccin contre la maladie covid-19?

Bientôt un vaccin contre la maladie covid-19?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Présidentielle au Bélarus: manifestations après le rejet de la candidature du principal opposant

Présidentielle au Bélarus: manifestations après le rejet de la candidature du principal opposant
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:12 0:00

Fête du 14 juillet: mini-défilé militaire confiné place de la Concorde en France

Fête du 14 juillet: mini-défilé militaire confiné place de la Concorde en France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Après la crise du Covid en France, plan "historique" pour les hôpitaux"

Le musée du Louvre rouvre ses portes (AP Photo/ Thibault Camus)

Gouvernement et syndicats français ont signé lundi, après sept semaines de négociations, une série d'accords à 8 milliards d'euros pour les personnels hospitaliers, qualifiés d'"historiques" par le gouvernement.

Promis au plus fort de la crise du Covid-19 par le président Emmanuel Macron, ce plan "massif" en faveur de l'hôpital constitue "un moment historique pour notre système de santé", a déclaré le Premier ministre Jean Castex à l'issue d'une cérémonie de signature.

"Je m'y étais engagé, nous venons de le faire. Les carrières et salaires de nos personnels soignants qui ont tant donné pendant la crise sont revalorisés", a tweeté lundi Emmanuel Macron.

Ancien directeur de l'hospitalisation (2005-2006) au ministère des Solidarités, M. Castex, qui a pris début juillet les rênes du gouvernement, a reconnu "une forme de rattrapage par rapport à des années de retard où chacune et chacun, et peut-être moi-même, a sa part de responsabilité".

Ces "accords de Ségur" prévoient 7,5 milliards pour les personnels paramédicaux (infirmiers, aides-soignants) et autres non médicaux (agents techniques, administratifs...).

Cette somme servira en majorité à financer une hausse de salaire dite "socle" de 183 euros net mensuels pour l'ensemble des personnels des hôpitaux et des Ehpad (maisons de retraite) publics, mais aussi de nouvelles majorations pour les heures supplémentaires et le travail de nuit.

Concernant les médecins, 450 millions ont été mis sur la table, principalement pour revaloriser l'indemnité versée aux praticiens travaillant uniquement à l'hôpital public. Les internes et étudiants en médecine, eux, bénéficieront de 200 millions d'euros.

Au total, trois syndicats de la fonction publique hospitalière (FO, la CFDT et l'Unsa) ont accepté de signer l'accord sur les personnels non médicaux. Concernant les médecins, trois syndicats majoritaires (l'INPH, le CMH et le Snam-HP) ont également donné leur feu vert.

Ces négociations aboutissent à la veille d'une cérémonie d'hommage aux soignants organisée pour la fête nationale du 14 juillet.

Cette vaste concertation avait été inaugurée fin mai, après la période de confinement entraînée par l'épidémie de Covid-19.

Le coronavirus a fait quelque 30.000 morts en France depuis mars, un des pires bilans au monde.

Les soignants et les membres du personnel hospitalier, salués comme des "héros en blouse blanche", ont été en première ligne et durement éprouvés, mais la crise sanitaire n'a fait que mettre en évidence une situation déjà très dégradée depuis de nombreuses années à l'hôpital.

Retour au confinement pour contrer le coronavirus

Des gens assistent à un rassemblement , défiant les mesures de confinement du gouvernement, mis en place pour endiguer la propagation de l'épidémie de coronavirus à Belgrade, en Serbie.

Plusieurs pays ont ordonné des reconfinements dans la crainte d'une deuxième vague de nouveau coronavirus, tandis que l'Amérique latine est devenue la deuxième région du monde la plus touchée par la pandémie en nombre de morts, devant l'Amérique du nord.

En Espagne, le gouvernement régional de Catalogne s'est lancé dans un bras de fer avec la justice pour imposer sa décision de reconfiner chez eux les habitants de la ville de Lérida et de communes environnantes, déjà coupés du reste de la région depuis une semaine.

Alors que le tribunal de cette ville "a décidé de ne pas ratifier les mesures" prises par le gouvernement régional "car elles sont contraires au droit", le président régional indépendantiste catalan, Quim Torra, a affirmé lundi qu'il adopterait un décret-loi pour l'imposer.

Dans les rues de Lérida, les boutiques restaient souvent ouvertes tout comme les terrasses des cafés et les habitants, masqués, continuaient de sortir.

En Allemagne aussi, la "menace" d'une deuxième vague d'infections est "réelle", a mis en garde lundi le ministre de la Santé, Jens Spahn, appelant notamment ses compatriotes en vacances aux Baléares à respecter les gestes barrières.

Au Maroc, la ville de Tanger (nord), peuplée d'environ un million d'habitants, devait être reconfinée à partir de lundi midi après l'apparition de foyers épidémiques.

Les transports publics y seront suspendus, les cafés, centres commerciaux, marchés et espaces publics fermés, et les contrôles renforcés, afin que les habitants ne quittent leur domicile "qu'en cas de nécessité extrême", a précisé le ministère de l'Intérieur.

C'est le cas également aux Philippines où environ 250.000 habitants de Manille vont à nouveau être confinés après une flambée des cas.

- Couvre-feu -

En Afrique du sud, le président Cyril Ramaphosa a décidé de réimposer un couvre-feu en raison de la remontée des cas quotidiens de contamination. Les visites familiales seront aussi interdites.

Les restrictions imposées en mars pour tenter d'enrayer l'épidémie dans ce pays, le plus touché en Afrique, avaient été en partie levées en mai. L'Afrique du Sud a enregistré jusqu'à présent 264.184 cas de coronavirus dont 3.971 mortels.

L'inquiétude demeure aussi forte en Australie: après le reconfinement pour six semaines décidé jeudi dernier pour Melbourne, la deuxième ville du pays, les habitants de Sydney ont été priés lundi de limiter lundi les soirées festives après l'apparition d'un nouveau foyer épidémique dans un pub.

Aux Etats-Unis, le pays le plus lourdement touché, la pandémie continue de flamber particulièrement dans de grands Etats du sud, et un responsable du ministère de la Santé à Washington a estimé dimanche qu'un reconfinement dans ces zones n'était pas exclu.

"Tout devrait être envisagé", a déclaré Brett Giroir, secrétaire adjoint à la Santé, interrogé sur la chaîne de télévision ABC.

Les Etats-Unis ont recensé dimanche 59.747 nouvelles contaminations en 24 heures, selon le bilan quotidien de l'université Johns Hopkins. Le nombre de cas confirmés s'établit à 3.301.820 et le nombre de décès à 135.171.

A quatre mois de l'élection présidentielle, un débat y fait rage sur la réouverture des écoles, défendue par le président Donald Trump mais jugée dangereuse par ses adversaires du Parti démocrate.

"J'exhorte toutes les écoles à ouvrir et à proposer à leurs élèves des cours à plein temps", a déclaré dimanche sur CNN la ministre de l'Education Betsy DeVos. "Ils jouent avec la santé de nos enfants", a rétorqué la démocrate Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants.

- L'Amérique latine, deuxième région la plus touchée -

L'Amérique latine et les Caraïbes sont devenues lundi la deuxième région la plus touchée au monde par la pandémie, derrière l'Europe, avec plus de 144.000 décès officiellement recensés. Le Brésil est le pays le plus endeuillé de la région et dénombre à lui seul 72.100 décès. Elle dépasse ainsi les bilans des États-Unis et du Canada.

La pandémie a fait plus de 569.135 morts dans le monde depuis que le bureau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre.

Voir plus

XS
SM
MD
LG