Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Au moins 10 morts après trois attentats à Kaboul en Afghanistan

Des agents de sécurité afghans inspectent le site d'un attentat suicide à Kaboul, en Afghanistan, le 25 juillet 2019.

Au moins dix personnes ont été tuées et plus de quarante autres ont été blessées jeudi matin à Kaboul lors de trois attentats, la violence s'intensifiant ces dernières semaines à l'approche de la prochaine présidentielle, a-t-on appris auprès de responsables.

La branche afghane du groupe Etat islamique a revendiqué les deux premiers attentats, tandis que les talibans ont revendiqué le troisième, selon eux l'oeuvre d'un de leurs kamikazes qui s'est fait sauter contre un convoi de forces étrangères, d'après leur porte-parole Zabihullah Mujahid.

Responsables américains et afghans de la sécurité blâment toutefois les talibans pour ces trois attaques.

La violence s'est intensifiée ces dernières semaines en Afghanistan, alors que se profile l'élection présidentielle, prévue le 28 septembre. La campagne électorale doit officiellement démarrer dimanche.

Les précédents scrutins avaient été marqués par des attentats sanglants, les talibans et d'autres groupes extrémistes s'efforçant de déstabiliser la fragile démocratie afghane.

Selon des responsables de la sécurité et des images de vidéosurveillance vues par l'AFP, la première explosion s'est produite vers 08H10 (03H40 GMT) lorsqu'un kamikaze a pris pour cible un autobus à l'angle d'une rue de l'est de Kaboul.

Trois explosions à Kaboul à l'approche de l'élection présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:36 0:00

Les images montraient des civils courir pour aider les passagers blessés à descendre de l'autobus et transporter le corps d'un petit enfant hors du véhicule alors que de la fumée s'échappait par la lunette arrière. D'autres corps gisaient sur le bitume.

Environ 30 minutes plus tard, une seconde explosion provoquée par un engin dissimulé sur les lieux du premier attentat a visé les civils et les forces de sécurité qui intervenaient.

Une troisième attentat, qui ciblait apparemment un convoi militaire, s'est produit plus tard dans la matinée, également dans l'est de la capitale.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi, a indiqué que 11 civils avaient été tués, dont cinq femmes et un enfant, et 45 autres blessés.

Le porte-parole du ministère de la Santé Wahidullah Mayar a de son côté fait état de dix morts et 41 blessées.

- "Haine et dégoût" -

Ces attentats surviennent alors que les Etats-Unis mènent depuis des mois des pourparlers de paix pour tenter de parvenir à un accord après bientôt 18 ans de guerre. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'est fixé comme objectif d'y parvenir d'ici au 1er septembre.

Une nouvelle série de pourparlers entre l'envoyé spécial américain pour la paix en Afghanistan Zalmay Khalilzad et les talibans est prévue au Qatar dans les jours à venir. M. Khalilzad est actuellement à Kaboul.

Certains observateurs affirment que les insurgés multiplient les attaques afin d'augmenter leur pression à la table de négociations.

"Au cours du mois dernier, nous avons vu le nombre de victimes civiles augmenter. (Les talibans) ne visent pas les forces de la coalition, ils blessent des Afghans innocents", a déclaré le colonel Sonny Leggett, porte-parole des forces américaines en Afghanistan.

Mercredi, un soldat croate avait cependant été tué et deux autres blessés quand un kamikaze taliban s'était fait exploser dans Kaboul contre le véhicule blindé dans lequel ils circulaient.

"Les talibans mènent des pourparlers tout en multipliant de tels crimes contre l'humanité", a tonné le président Ashraf Ghani, qui s'agace régulièrement d'être tenu à l'écart de ces discussions.

"Mais ils doivent savoir qu'ils n'auront aucune influence sur les pourparlers de paix et qu'ils n'échapperont pas à la haine et au dégoût du peuple", a-t-il poursuivi dans un communiqué.

Le président Donald Trump a fréquemment répété qu'il voulait sortir les Etats-Unis de leur plus longue guerre.

Cette semaine, il a provoqué la colère de Kaboul quand il a déclaré que les Etats-Unis auraient facilement pu gagner ce conflit, mais qu'ils ne voulaient pas "tuer dix millions de personnes" ou "faire disparaître (l'Afghanistan) de la surface de la terre".

Les forces afghanes et les talibans continuent de leur côté de s'affronter quotidiennement et de s'infliger mutuellement de lourdes pertes. Des affrontements tuent et blessent des dizaines de civils.

Jeudi, une voiture transportant une famille se rendant à un mariage a sauté sur une mine artisanale dans le Nangarhar (Est), faisant neuf morts, dont six femmes et 3 enfants, a déclaré Attaullah Khogyani, le porte-parole du gouvernement de cette province instable.

Toutes les actualités

De jeunes kurdes profitent de leur mariage pour sensibiliser à l'environnement

De jeunes kurdes profitent de leur mariage pour sensibiliser à l'environnement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:37 0:00

Incertitudes en Israël au lendemain des élections législatives

Incertitudes en Israël au lendemain des élections législatives
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Le Japon accueille la Coupe du Monde du rugby

Des joueurs sud-africains de rugby lors d'un match entre l'Afrique du Sud et le Japon, Kumagaya, le 6 septembre 2019.

Pas de typhon à l'horizon, des stades remplis et un enthousiasme déjà bien palpable: le Japon est fin prêt pour "sa" Coupe du monde de rugby, dont le coup d'envoi sera donné vendredi à moins d'un an des Jeux olympiques.

"La Coupe du monde va rester gravée dans les mémoires du peuple japonais et ailleurs". Le président de la Fédération japonaise de rugby (JRFU) Shigetaka Mori a affiché sa confiance mardi lors de la présentation du trophée Webb-Ellis à Tokyo, à quelques mètres du stade olympique encore en construction pour les JO-2020, dont le Mondial de rugby sert de répétition générale.

Le début de semaine a en effet apporté aux dirigeants japonais des signaux très positifs quant au succès d'un tournoi qui s'annonce "très différent des autres", selon le directeur général de World Rugby, Brett Gosper. Les derniers doutes sont levés, même si l'engouement populaire dépendra aussi du parcours des "Brave Blossoms", l'équipe nationale qui devra battre la Russie vendredi en ouverture, puis les Samoa, l'Ecosse ou l'Irlande pour accéder aux quarts de finale.

- Le souvenir de 2011 -

Quasiment tous les billets (96%) pour les 48 matches, disputés dans 12 stades, ont été vendus et il en restait mardi moins de 100.000 disponibles sur un total de 1,8 million.

Même si les JO, qui auront lieu du 24 juillet au 9 août 2020, s'affichent davantage dans les rues et le métro de Tokyo, le Mondial de rugby suscite un bel enthousiasme. Ainsi, les Gallois se sont entraînés à Kitakyushu (sud) en début de semaine devant 15.000 personnes, toutes de rouge vêtues. "C'est révélateur", s'est réjoui le président de World Rugby, Bill Beaumont. "Le Japon prouve déjà qu'il est un hôte magnifique."

Autre symbole, les Argentins se sont, eux, préparés pendant une semaine au Village J près de Fukushima, qui avait servi de camp de base pour le personnel chargé de décontaminer la zone après l'accident nucléaire majeur de 2011, provoqué par un tsunami.

Une catastrophe qui avait fait plus de 18.000 morts et dévasté entre autres Kamaishi, bastion du rugby japonais qui s'est relevé avec la construction d'un nouveau stade en vue de la compétition. Le premier match qui y sera joué, Fidji-Uruguay le 25 septembre, constituera un moment fort des six semaines de compétition.

Pour l'heure, aucun phénomène météorologique (typhon) ne menace un archipel rompu aux désastres naturels et un tournoi qui pourrait pâtir de l'annulation de matches à enjeux. "On espère que ce ne sera pas un problème", dit prudemment Brett Gosper.

- Mieux que l'Angleterre -

Les menaces climatiques sont à la baisse, les perspectives économiques à la hausse: avec 260 millions de livres (293 M EUR) de revenus commerciaux attendus, le Japon devrait finalement faire mieux que l'Angleterre en 2015, jusqu'ici le Mondial le plus rentable (245 millions de livres), alors que World Rugby n'en espérait pas tant.

"On avait fait des prévisions d'à peu près 25% de moins en revenus commerciaux et en fait, on va dépasser les revenus commerciaux de l'Angleterre", s'est félicité Gosper.

Entre 400.000 et 500.000 visiteurs étrangers sont attendus dans le pays, soit un peu plus qu'en Grande-Bretagne (350.000), pour le premier Mondial organisé en Asie et en dehors du cercle des grandes nations de ce sport.

Assisteront-ils à un troisième triomphe consécutif de la Nouvelle-Zélande ? La concurrence s'est sérieusement renforcée ces derniers mois entre l'Afrique du Sud, l'Angleterre, l'Irlande et le pays de Galles. Même si les Gallois, éphémères numéro 1 mondiaux durant l'été, doivent se passer de leur entraîneur-adjoint Rob Howley, soupçonné de paris illégaux et renvoyé mardi dans la principauté.

Au Japon, de l'avis de tous, les paris sont plus ouverts que jamais. "Oui, une demi-douzaine d'équipes croit pouvoir gagner", dit Gosper qui se frotte les mains: relativement récente, l'incertitude sportive renforce l'intérêt de l'épreuve.

Le résultat du choc entre All Blacks et Springboks samedi à Yokohama sera une première indication. Mais il faudra attendre le 2 novembre, six semaines plus tard dans le même stade, pour avoir la réponse finale.

Hausse des prix du pétrole suite aux attaques de drones en Arabie Saoudite

Hausse des prix du pétrole suite aux attaques de drones en Arabie Saoudite
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:19 0:00

Au moins 48 morts suite à un double attentat en Afghanistan

Au moins 48 morts suite à un double attentat en Afghanistan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG