Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Abandon des poursuites contre six gardes de Katumbi

Moïse Katumbi na lisanga na ye "Ensemble pour le changement" na Johannesburg, Afrique du Sud, le 12 mars 2018.

La justice militaire de la République démocratique du Congo a décidé d'abandonner des poursuites contre six ex-gardes de corps de l'opposant en exil Moïse Katumbi dans le cadre d'une affaire de recrutement de mercenaires pour renverser l'ancien président Joseph Kabila en 2016.

Les six gardes du corps de M. Katumbi étaient accusés par le régime du président Kabila d'avoir participé au recrutement des mercenaires, notamment américains, pour déstabiliser les institutions. En détention depuis avril 2016, ils ont été libérés en mars en la faveur d'une mesure de grâce du nouveau président congolais, Félix Tshisekedi.

"Le parquet près la haute cour militaire a décidé d'abandonner les poursuites engagées contre les six policiers, anciens gardes du corps de l'ex-gouverneur Moïse Katumbi dans l'affaire de recrutement des mercenaires", a déclaré à l'AFP Me Joseph Mukendi, membre du collectif d'avocats de l'opposant.

Dans une décision consultée par l'AFP, le chef du parquet militaire congolais, le lieutenant-général Tim Mukunto a ordonné que le dossier à charge de ces six ex-gardes de M. Katumbi dans l'affaire de recrutement des mercenaires "soit classé sans suite pour inopportunité des poursuites".

"Les enquêtes qui ont été ouvertes autour du dossier du recrutement des mercenaires par Monsieur Moïse Katumbi n'ont pas établi la présence effective de ces mercenaires au Katanga à l'époque des faits", a estimé la justice militaire dans sa décision.

Le 19 avril, dans une autre affaire de spoliation immobilière, la condamnation à trois ans de prison de M. Katumbi avait été annulée par la justice.

Toujours dans cette affaire, un ancien soldat américain, Darryl Lewis, et ex-garde du corps de M. Katumbi, accusé par les autorités d'appartenir à un "réseau" d'infiltration d'agents armés en RDC avait été détenu en 2016 pendant un mois et demi avant d'être remis aux autorités américaines pour son retour dans son pays.

Ex-allié puis adversaire de l'ex-président Kabila, M. Katumbi avait quitté la RDC en mai 2016 pour l'Afrique du Sud puis la Belgique, pour raisons de santé. Il avait été ensuite condamné en juin.

Toutes les actualités

Des villages incendiés par des milices au Sud-Kivu

Des policiers à Goma, Nord-Kivu, DRC, 29 décembre 2018.

Des milices fuyant une contre-offensive de l'armée congolaise ont incendié et pillé des villages dans la province du Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Mercredi matin, "des maisons ont été incendiées dans le village Nyamulongwe par des miliciens qui fuient l’offensive de l’armée régulière. Ces miliciens ont aussi volé plusieurs vaches dans leur fuite", a déclaré à l'AFP Gadi Mukiza, bourgmestre de la commune rurale de Minembwe dans la province du Sud-Kivu.

Nyamulongwe est le septième village du territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu, à être ainsi incendié en l'espace de cinq jours, a-t-il expliqué.

Les villages de Kalonge, Lubemba, Kalongozi, Kyanama, Muganwa et Muburungu avaient précédemment subi le même sort, donnant lieu à des "déplacements massifs de populations", selon M. Mukiza.

Depuis cinq jours, des milices lancent des attaques contre les positions de l'armée, ont indiqué des sources militaires. "Ils nous ont provoqué, nous avons réagi", a dit à l'AFP le capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole de l'armée dans la zone.

Mardi, "des affrontements ont éclaté entre des Maï-Maï et les Twigwaneho (communauté locale d'origine rwandaise) du village Kalonge" à environ 15 km à l’est de Minembwe, a indiqué mercredi la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

"En réaction à l’attaque des Maï-Maï, une opération des FARDC [armée congolaise] a été déclenchée contre le village de Kalongozi" situé à 7 km à l’ouest de la base de déploiement de Minembwe, ajoute la Monusco dans un compte rendu.

La région de Minembwe est le théâtre de violences depuis début mai après la mort d'un notable de la communauté Banyamulenge, tué par des membres d'une communauté rivale.

Début septembre, le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, s'y était rendu et avait plaidé sur en faveur de "la prévention et la résolution des conflits intercommunautaires".

Crash de l'Antonov 72 : les investigations se poursuivent

Crash de l'Antonov 72 : les investigations se poursuivent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

45 prisonniers morts depuis le début de l'année faute de soins

45 prisonniers morts depuis le début de l'année faute de soins
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Marche des enseignants grévistes à Goma

Marche des enseignants grévistes à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

Une embuscade attribuée aux rebelles ougandais ADF fait 3 morts

Une embuscade attribuée aux rebelles ougandais ADF fait 3 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG