Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

A Paris, les présidents français et ghanéens vantent le "rôle essentiel" des diasporas africaines

Nana Akufo-Addo et Emmanuel Macron à Paris en France le 11 juillet 2019.

Emmanuel Macron et Nana Akufo-Addo ont participé jeudi à une réunion avec des entrepreneurs, des représentants associatifs mais aussi des célébrités telles que l'ex-footballeur Lilian Thuram et l'animatrice Hapsatou Sy.

Les présidents français et ghanéen, Emmanuel Macron et Nana Akufo-Addo, ont vanté jeudi à Paris sous les ors de l'Elysée le "rôle essentiel" des diasporas africaines, devant un parterre de personnalités appelées à réinventer le lien avec le continent.

"Cette avant-garde que vous êtes j'en ai besoin pour réussir", a lancé M. Macron à l'assemblée qui comptait des entrepreneurs, des représentants associatifs mais aussi des célébrités telles que l'ex-footballeur Lilian Thuram, le rappeur Abd al Malik, l'animatrice Hapsatou Sy, le créateur de mode Youssouf Fofana et le meilleur sommelier de France, le Franco-Congolais Albert Malongo Ngimbi.

A l'issue d'une rencontre bilatérale, les deux chefs d'Etat se sont prêté à un échange de deux heures "à bâtons rompus" avec quelque 400 représentants des diasporas africaines de France dans la salle des fêtes du palais de l'Elysée.

"Notre principale tâche c'est de transformer notre continent", a lancé le président ghanéen. "Il faut qu'on arrête de penser que le père Noël va venir pour développer notre continent. Il n'y a que nous qui pouvons développer le continent, il n'y a pas de père Noël", a-t-il tonné en souhaitant impliquer les diasporas "dans le développement du continent".

"Les diasporas (...) sont un formidable levier parce qu'elles connaissent les codes, elles ont les accès. Elles sont en quelque sorte nos meilleurs ambassadeurs et la meilleure façon sur le plan culturel, sur le plan économique, sur le plan sportif, sur le plan politique, de dire comment la France et l'Europe peuvent mieux travailler avec l'Afrique et développer ces liens nouveaux", a renchéri Emmanuel Macron.

- "Ni Français en France, ni Africain en Afrique" -

"C'est la première fois que la diaspora est à l'Elysée. On a apprécie le geste", a salué Moussa Soumbounou, directeur général franco-malien de Universal Music Afrique. "Au quotidien, on n'est pas vraiment Français en France, ni vraiment Africain en Afrique. Ce signe de reconnaissance, d'appartenance à la France, c'est une bonne surprise".

Maguette Diakhaté, présidente de l'Association de coopération des femmes africaines (Acofa), se dit, elle, "un peu frustrée" malgré "des échanges très intéressants". "La plupart des participants étaient de très haut niveau, déconnectés de la base", a estimé cette Franco-Sénégalaise. "Il faudrait aussi faire venir des petites entreprises, des associations".

Le président Akufo-Addo a lancé fin 2018 "l'Année du retour", douze mois pendant lesquels le pays d'Afrique de l'Ouest organisent des festivals ou des événements pour commémorer les victimes de l'esclavage.

Une manière aussi de rappeler aux Africains de la diaspora, même plusieurs siècles après le départ forcé de leurs ancêtres, que leurs racines se trouvent sur le continent et les inciter à "rentrer à la maison".

En 2000, le Parlement ghanéen a voté une loi permettant à toute personne de la diaspora de s'installer et de travailler plus facilement dans le pays.

"Il y a une chose qu'il vous faut garder à l'esprit: le destin de toutes les personnes noires où qu'elles se trouvent dans le monde est lié à l'Afrique. Une Afrique qui réussit élève le statut de tous les citoyens du monde d'origine africaine et améliore la façon dont vous êtes perçus, dont on vous regarde", a conclu le président ghanéen.

Toutes les actualités

Le Premier ministre britannique dans la cour des grands au sommet du G7

Le Premier ministre britannique dans la cour des grands au sommet du G7
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:27 0:00

Biarritz et sa région se préparent à un G7

Biarritz et sa région se préparent à un G7
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:20 0:00

20 ans au pouvoir pour le président russe Vladimir Poutine

20 ans au pouvoir pour le président russe Vladimir Poutine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

Italie: Conte démissionne après un discours virulent contre Salvini

Le premier minitre italien, Giuseppe Conte.

Le président italien Sergio Mattarella a accepté mardi soir la démission du chef du gouvernement, Giuseppe Conte, et va entamer dès mercredi des consultations politiques resserrées dans le temps pour déterminer s’il est possible de mettre en place une nouvelle coalition.

Dans le cas contraire, il lui faudra dissoudre le Parlement et les Italiens retourneront aux urnes, trois ans et demi avant le terme théorique de la législature et en pleine période d’arbitrages budgétaires.

La démission de Giuseppe Conte, que Mattarella a chargé d’expédier les affaires courantes, est la conséquence de la crise ouverte le 8 août dernier par Matteo Salvini.

Le ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite), à la popularité florissante, a prononcé ce jour-là l’acte de décès de la coalition formée en juin 2018 avec le Mouvement 5 Etoiles de Luigi Di Maio.

Entre les législatives de mars 2018 et les sondages actuels, le rapport de force électoral entre les deux partenaires de la coalition s’est totalement renversé, et Salvini, dont la Ligue est mesurée autour de 34-39% dans les intentions de vote, espère pouvoir, à la faveur d’un retour aux urnes, gouverner seul ou avec l’apport de ses anciens alliés de Forza Italia et Fratelli d’Italia.

Le palais du Quirinal a annoncé que Mattarella entamerait ses consultations mercredi à 16h00. Le processus devrait s’achever jeudi dans l’après-midi.

BUDGET CRUCIAL

La crise politique déclenchée par Salvini intervient en plein milieu de l’été, à un moment charnière dans le fonctionnement des institution italiennes.

Dans son discours devant le Sénat, Giuseppe Conte a expliqué que la motion de censure déposée par la Ligue, et finalement retirée sans pour autant le dissuader de démissionner, risquait d’avoir pour conséquence des retards dans la préparation du budget.

Or la loi de finances 2020 sera cruciale car l’Italie pourrait subir, en application d’engagements pris auprès de la Commission européenne, une hausse automatique de la TVA dès le mois de janvier si elle ne parvient pas à trouver par d’autres moyens les 23 milliards d’euros de recettes attendues de cette hausse.

Avec une dette publique à 134% de son produit intérieur brut (PIB), l’Italie est, derrière la Grèce, le deuxième pays le plus endetté de la zone euro. Et la croissance de son économie est tombée à zéro.

Le président Mattarella a clairement fait savoir ces derniers jours qu’il voulait que l’Italie dispose d’un gouvernement à même d’approuver le budget 2020 cet automne, ce qui induit que d’éventuelles élections anticipées devraient être organisés avant la fin octobre ou attendre l’année prochaine.

Dans cette seconde éventualité, et s’il s’avère impossible de forger une coalition alternative, Mattarella pourrait mettre en place un gouvernement de “technocrates”, une formule déjà rodée au cours des 25 dernières années mais qui ne pourrait cependant se passer d’un vote de confiance au Parlement.

En l’état actuel des forces parlementaires, une alliance entre le M5S de Luigi Di Maio et le Parti démocrate (centre gauche) serait arithmétiquement possible. Les deux partis ont déjà eu des contacts ces derniers jours.

“ILS NE POURRONT PAS TOUJOURS FUIR LES ÉLECTIONS”

Face aux sénateurs, Giuseppe Conte, qui n’appartient ni à la Ligue, ni au Mouvement 5 Etoiles de Luigi di Maio, a accusé Matteo Salvini d’avoir sacrifié l’Italie à ses seuls intérêts personnels et partisans. “Sa décision pose un risque grave pour ce pays”, a-t-il dit. “Elle risque de plonger le pays dans une spirale d’incertitude politique et d’instabilité financière.”

“Nous n’avons pas besoin d’homme qui ont les ‘pleins pouvoirs’, mais de personnalités qui ont une culture des institutions et un sens des responsabilités”, a poursuivi Conte.

Face à ces accusations, Salvini a répliqué en fustigeant les partis qui, a-t-il dit, ont peur de se soumettre au vote populaire et de perdre de leur influence.

Son objectif politique, a-t-il dit, est de défier les règles budgétaires de l’Union européenne quant l’Italie, dit-il, aurait besoin d’un plan de relance de l’économie d’au moins 50 milliards d’euros.

“Je n’ai pas peur”, a affirmé Salvini. “Je ne veux pas que l’Italie soit l’esclave de qui que ce soit, je ne veux pas que l’Italie soit enchaînée comme un petit chien.”

Alors que Conte se trouvait dans la soirée au Quirinal, le palais présidentiel, Salvini a déclaré: “Ils ne pourront pas toujours fuir les élections.”

Avec Reuters

Voir plus

XS
SM
MD
LG