Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

L'armée ougandaise attaque des camps d'un groupe rebelle en RDC

Des militaires de l’armée congolaise à Beni, dans le Nord-Kivu, 31 décembre 2013.

L'armée ougandaise (UPDF) a annoncé avoir lancé vendredi des attaques contre des camps, dans l'est de la RDC, de rebelles ougandais musulmans du groupe Allied Defence Forces (ADF) accusés d'avoir tué 14 casques bleus début décembre dans cette région.

Les ADF "prévoyaient de mener des actions hostiles contre l'Ouganda", a expliqué l'UPDF dans un communiqué, disant se baser sur des "informations partagées entre l'Ouganda et la République démocratique du Congo (RDC)".

"Par mesure préventive, l'UPDF a cet après-midi (vendredi) conduit des attaques contre leurs camps dans l'est de la RDC", a ajouté l'armée ougandaise.

>> Lire aussi : Les Nations unies ont subi une de leur "pire attaque" en RDC

Dans la nuit du 7 au 8 décembre, 14 Casques bleus tanzaniens avaient été tués dans un raid contre leur base de Semuliki, dans la province du Nord-Kivu en RDC, non loin de la frontière avec l'Ouganda.

Hommage aux Casques bleus tanzaniens tués en RDC (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Il s'agissait de l'attaque la plus meurtrière contre une force onusienne dans le monde depuis 24 ans.

Elle a été attribuée aux ADF, un groupe présent dans l'est de la RDC depuis 1995, qui lutte contre le régime du président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 31 ans en Ouganda.

Créées pour défendre les droits de musulmans s'estimant bafoués par l'homme fort de Kampala, les ADF avaient été progressivement repoussées vers l'Ouest par l'armée ougandaise, jusqu'à s'installer en RDC.

Les autorités congolaises et la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) accusent les ADF d'avoir tué plus de 700 civils depuis octobre 2014 dans la région de Beni et ses environs, dans le nord du Nord-Kivu.

Les autorités ougandaises, puis de RDC, ont tenté de lier les ADF - coutumières d'une violence aveugle - à l'internationale jihadiste, mais aucun expert travaillant sur la RDC n'a réussi à établir un tel lien.

Les ADF sont l'un des nombreux groupes armés actifs dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, les deux provinces orientales de la RDC frontalières de quatre pays (Ouganda, Rwanda, Burundi, Tanzanie) et de trois grands lacs (Édouard, Kivu et Tanganyika).

Avec AFP

Toutes les actualités

Combats entre des rebelles du Soudan du sud et des forces gouvernementales

Les combats au Soudan du Sud sont les premiers depuis la signature de l'accord de paix en septembre dernier.

Des combats ont éclaté mardi non loin de la capitale du Soudan du Sud entre les forces gouvernementales et des rebelles qui ont refusé l'accord de paix signé il y a quelques mois, a annoncé le groupe rebelle.

Les mesures de sécurité ont été renforcées à Juba, la capitale, selon le correspondant de l'AFP, au moment où les combats ont commencé à 100 kilomètres de là, à Lobonok. Ces combats sont les premiers depuis la signature de l'accord de paix en septembre dernier.

Le Front national du salut (NAS), lancé par l'ancien général Thomas Cirillo Swaka en 2017 qui voulait renverser le régime du président Salva Kiir, a annoncé qu'il avait subi une attaque mardi matin.

Le NAS a précisé dans un communiqué avoir tué huit "soldats ennemis", information qui n'a pu être confirmée de source indépendante.

"Le commandement du NAS à Lobonok s'attend à plus d'attaques," selon le communiqué.

Lobonok se trouve près de la ville natale de l'ex-général Cirillo et a longtemps été un bastion des rebelles. Les derniers combats dans cette zone remontent à juin 2018.

"Depuis ce matin, nous n'arrivons pas à contacter nos commandants sur le terrain [à Lobonok] et nous n'avons pas d'informations fraîches de là-bas," a déclaré à l'AFP Lul Ruai Koang, porte-parole militaire sud-soudanais.

Cependant, des soldats ont été déployés à Juba, effectuant plus de contrôles de sécurité que d'habitude, selon le correspondant de l'AFP.

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 lorsque M. Kiir, un Dinka, a accusé M. Machar, son ancien vice-président et membre de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État.

Le conflit, marqué par des atrocités et le recours au viol comme arme de guerre, a fait plus de 380.000 morts selon une étude récente, et poussé plus de quatre millions de Sud-Soudanais, soit près d'un tiers de la population, à quitter leurs foyers.

L'accord de paix a entraîné une forte décrue des combats, même s'ils n'ont pas complètement cessé. Cet accord prévoyait la formation d'un gouvernement transitoire d'union nationale au plus tard le 12 mai.

Avec AFP

La rubrique économie du 23 juillet avec Eric Manirakiza

La rubrique économie du 23 juillet avec Eric Manirakiza
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:45 0:00

La page des sports du 23 juillet 2019 avec Yacouba Ouédraogo

La page des sports du 23 juillet 2019 avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Le Maroc s'engage pleinement dans la lutte contre le terrorisme

Le Maroc s'engage pleinement dans la lutte contre le terrorisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Epidémie Ebola : un centre de triage pris d'assaut

Epidémie Ebola : un centre de triage pris d'assaut
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG