Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Washington accuse la Russie de harceler et d'intimider ses diplomates

Le président Vladimir Poutine lors d'un conseil de securité à Moscou, Russie, le 11 mars 2016.

Les Etats-Unis se sont plaints auprès de la Russie d'une campagne croissante de harcèlement et d'intimidation contre ses diplomates et leurs familles à Moscou, a affirmé le département d'Etat.

Le secrétaire d'Etat John Kerry avait déjà évoqué la question avec le président russe Vladimir Poutine en mars, a précisé la porte-parole du département d'Etat Elizabeth Trudeau.

"Ces deux dernières années, le harcèlement et la surveillance de notre personnel diplomatique à Moscou par des personnels de sécurité et des policiers locaux ont considérablement augmenté", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse lundi.

Elle était interrogée au sujet d'un article publié lundi par le Washington Post, selon lequel les services russes ont mené des filatures peu discrètes des diplomates et leurs familles, se sont invités à des soirées où ils se trouvaient et ont même payé pour obtenir des articles négatifs à leur sujet dans la presse.

Certains diplomates ont raconté au quotidien que des inconnus s'étaient introduits chez eux pendant la nuit, changeant les meubles de place, allumant des lumières ou même déféquant sur un tapis du salon. Le journal cite aussi des responsables affirmant que des agents russes du renseignement s'étaient introduits dans la maison moscovite de l'attaché de défense américain et tué son chien.

"Nous observons une augmentation et nous prenons cela au sérieux", a ajouté Mme Trudeau.

Moscou accuse Washington de harceler ses propres diplomates et dit se contenter d'engager des mesures réciproques.

"Nous avons récemment senti une augmentation significative de pression sur l'ambassade de Russie et les consulats généraux de notre pays aux Etats-Unis", a affirmé la semaine dernière la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova à l'agence TASS.

Les diplomates russes "font régulièrement l'objet de provocations par les services secrets américains, rencontrent des obstacles lors de contacts officiels et d'autres restrictions", notamment pour voyager, a-t-elle ajouté.

Mme Trudeau a démenti cette version des faits. "Les assertions de harcèlement de la Russie sont sans fondement", a-t-elle déclaré.

Selon des responsables du département d'Etat cités par le Washington Post, le harcèlement russe s'est intensifié depuis l'invasion russe en Ukraine en 2014, à l'origine de sanctions occidentales contre Moscou.

M. Kerry avait évoqué cette question avec M. Poutine en mars lors d'une visite à Moscou, après que Washington eut retiré leurs accréditation en janvier à cinq consuls honoraires russes, en réponse au harcèlement subi par ses diplomates.

Avec AFP

Toutes les actualités

La commission des débats va couper les micros des candidats

La commission des débats va couper les micros des candidats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:58 0:00

Le Sénat votera lundi sur la juge nommée par Trump à la Cour suprême

La juge Amy Coney Barrett, candidate du président Donald Trump à la Cour suprême, au centre, rencontre le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, au Capitole, le 29 septembre 2020 à Washington.

Le Sénat américain se prononcera lundi, huit jours avant l'élection présidentielle, sur la candidature de la juge Amy Coney Barrett nommée par Donald Trump à la Cour suprême, a annoncé mardi le chef de la chambre haute du Congrès.

"Nous voterons lundi prochain pour confirmer la juge Barrett", a déclaré le sénateur républicain Mitch McConnell lors d'un point-presse.

"Cela sera un autre accomplissement majeur dans notre effort pour nommer dans les tribunaux fédéraux des hommes et des femmes qui croient en la notion étrange que leur travail de juge est de suivre la loi", a-t-il ajouté.

La magistrate conservatrice de 48 ans a été désignée le 26 septembre par le président républicain pour succéder à l'icône progressiste et féministe Ruth Bader Ginsburg décédée huit jours plus tôt.

Malgré l'opposition des démocrates qui voulaient attendre le verdict des urnes, Donald Trump et ses alliés républicains ont avancé à marche forcée pour obtenir l'aval du Sénat - obligatoire en vertu de la Constitution - avant le scrutin du 3 novembre.

La juge Barrett a été entendue pendant trois jours la semaine dernière par la commission judiciaire du Sénat.

Cette brillante juriste, venue avec six de ses sept enfants, a reconnu que sa foi catholique jouait un rôle important dans sa vie, mais a juré la tenir à distance dans son travail de juge.

Sous un feu nourri mais courtois de questions, elle a toutefois refusé de révéler ses positions sur un certain nombre de sujets brûlants, à commencer par le droit à l'avortement.

La commission judiciaire doit se retrouver jeudi pour un premier vote de procédure qui permettra d'entamer le lendemain les débats en séance plénière. Plusieurs étapes seront nécessaires avant de passer au vote final, le lundi.

Compte-tenu de la majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100), et malgré la défection annoncée de deux sénatrices républicaines, la juge Barrett est quasiment assurée d'être confirmée.

Elle pourrait prêter serment dans la foulée et rejoindre le temple du Droit à la veille de l'élection.

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Course à la Maison Blanche: difficile d'être élu sans gagner la Floride

Course à la Maison Blanche: difficile d'être élu sans gagner la Floride
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG