Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Une vingtaine de migrants interceptés dans la Manche

Des migrants sur le pont du navire de l'ONG française Aquarius, un navire de recherche et de sauvetage, le 10 mai 2018.

Les autorités britanniques ont intercepté dans la Manche, en zone anglaise, une vingtaine de migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord d'une embarcation motorisée, a indiqué lundi la préfecture maritime française.

"Un navire de pêche a donné l'alerte un peu après 8h" (07h GMT), après avoir repéré ce groupe de "18 à 20 migrants" au large du Cap Gris-Nez, sur la côte française, a-t-on précisé de même source.

Anticipant un possible sauvetage dans une eau "a sept ou huit degrés", les autorités françaises ont déployé d'importants moyens, notamment un hélicoptère de la marine nationale, un remorqueur, deux vedettes de la gendarmerie maritime, un patrouilleur des douanes et des spécialistes du sauvetage en mer.

Mais "le temps que le dispositif rejoigne la position des migrants", proches de la frontière maritime, "ils avaient basculé côté anglais", où ils ont été secourus en fin de matinée, a précisé la préfecture.

"Il y a probablement des enfants a bord", a-t-elle ajouté.

Le Home Office a simplement fait part dans l'immédiat d'un "incident en cours avec un petit bateau" au large du Kent (sud-est de l'Angleterre).

Depuis octobre, les tentatives de traversée, jusque-là marginales, se sont multipliées entre la France et l'Angleterre, à bord de petites embarcations, voire de bateaux volés dans les ports de pêche, une traversée particulièrement risquée en raison de la densité du trafic maritime sur le "rail de la Manche", des forts courants et de la température hivernale de l'eau.

Fin janvier, le Royaume-Uni a annoncé le financement du déploiement d'équipements de surveillance en France, dans le cadre d'un accord de coopération signé entre Paris et Londres visant à renforcer la lutte contre ces traversées clandestines.

Toutes les actualités

"Taxi volant", testé sur la Seine, offre un futur de transport parisien

"Taxi volant", testé sur la Seine, offre un futur de transport parisien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Tapis rouge pour Félix Tshisekedi en Belgique

Tapis rouge pour Félix Tshisekedi en Belgique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Suspension du Parlement britannique: la Cour suprême rendra sa décision "en début de semaine prochaine"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson au Parlement

La Cour suprême du Royaume-Uni espère rendre sa décision sur la suspension controversée du Parlement "en début de semaine prochaine", a annoncé sa présidente Brenda Hale à l'issue de trois jours d'audience.

La Cour devra trancher sur la "légalité" de la décision du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement, a insisté Lady Hale, reconnaissant que ce n'est "pas une question simple". "Mais nous savons aussi que ce dossier doit être résolu aussi vite que possible et nous espérons être en mesure de rendre notre décision en début de semaine prochaine", a-t-elle ajouté.

Paris et Dakar militent ensemble pour les JO de 2024

Paris et Dakar militent ensemble pour les JO de 2024
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Manifestation contre le meurtre d'une femme par son conjoint en France

Bannières dédiées à la mémoire des femmes tuées par leurs partenaires étalées dans un squat d'artiste à Paris le 6 septembre 2019.

Près de mille personnes se sont rassemblées au Havre, demandant justice pour une jeune femme tuée par son conjoint devant leurs trois enfants. La victime avait porté plainte en août.

"Brisons le silence", "Stop aux féminicides", "Stop à la violence", pouvait-on lire sur des pancartes dans le cortège. Nombre de manifestants scandaient "Justice pour Johanna".

Sur les quelque 800 personnes qui se sont rassemblées devant la mairie, environ 600 ont défilé dans les rues de la ville, selon la police, indiquant que le cortège était à 70% composé de femmes et d'enfants.

L'homme de 37 ans qui a poignardé sa conjointe de 27 ans devant leurs enfants de six, quatre et deux à la sortie d'une grande surface, "devrait être déféré au parquet pour être mis en examen", a annoncé le parquet du Havre mardi soir.

Interpellé peu après les faits, il a porté 14 coups de couteaux à sa conjointe, a reconnu la matérialité des faits et dit avoir agi par crainte que la victime ne le prive de ses fils, a précisé le parquet.

Le 11 août, la victime avait déjà porté plainte. La police était alors intervenue au domicile du couple, que "la jeune femme disait avoir quitté en passant par la fenêtre de l'appartement (...) ayant été menacée par son compagnon à l'aide d'un couteau ainsi que d'étouffement avec un sac en plastique". Le conjoint avait alors été interpellé puis relâché.

La jeune femme avait depuis quitté le domicile commun pour s'installer dans un foyer et "les enfants étaient pris en charge tour à tour par chacun des parents" dans l'attente d'un jugement sur leur garde. C'est alors que la victime allait chercher ses enfants que son conjoint l'a poignardée.

Voir plus

XS
SM
MD
LG