Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Une marche de la société civile interdite au Tchad


Les soldats tchadiens gardent un avion militaire à l'aéroport tchadien, le 2 novembre 2007.

Les autorités tchadiennes ont interdit une marche nationale de la société civile, prévue le 25 janvier dans les grandes villes du pays, mais qui a été maintenue par ses organisateurs dénonçant une interdiction "irrégulière".

"La marche de la société civile prévue le 25 janvier est strictement interdite sur l'ensemble du territoire national", a indiqué le ministère de l'Intérieur et de la sécurité dans un arrêté, rendu public dans la nuit sur les ondes de la radio nationale.

"Les forces de défense et de sécurité sont tenues de veiller à l'application de cette décision", a souligné le ministère. L'interdiction a été relayée par SMS aux utilisateurs de téléphone portable.

>> Lire aussi : Les élèves dans la rue pour soutenir leurs enseignants au Tchad

Prévue de longue date par des organisations de la société civile, la marche du 25 janvier vise à protester contre les mesures d'austérité et la hausse du prix du carburant, dans un contexte de sévère récession économique depuis deux ans.

"Nous considérons cette interdiction comme arbitraire, irrégulière et injuste", a réagi à l'AFP le secrétaire général de la Convention tchadienne pour La Défense des droits de l'homme (CTTDH), Mahamat Nour Ahmed Ibedou.

"Cette interdiction aurait dû nous parvenir six jours après le dépôt de notre demande de manifestation, elle ne nous a pas été notifiée de façon formelle, pour nous elle est donc irrégulière", a poursuivi M. Ibedou, qui a réitéré l'appel à manifester.

>> Lire aussi : Interdiction de manifestations anti-Déby au Tchad

Huit organisations de la société civile prévoient cette marche pour protester contre "la mauvaise gouvernance, les injustices de toutes sortes et les mesures anti-sociales prises par le gouvernement".

Les mouvements de grève et de protestation sociale sont rarement autorisés au Tchad, les autorités avançant des "raisons de sécurité".

Régulièrement concernées par ces interdictions, les organisations de la société civile avaient décidé début décembre 2017 de "ne plus accepter les interdictions systématiques de (leurs) préavis de marche pacifique".

>> Lire aussi : Le gouvernement évoque la "sécurité" pour justifier les interdictions de certaines manifestations au Tchad

Lundi, une grève massive des transporteurs, qui protestaient contre la hausse des carburants, a paralysé la capitale, où plus d'une centaine de personnes ont été arrêtées après des incidents.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG