Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Interdiction de manifestations anti-Déby au Tchad


Une manifestation de la coalition "Touche pas à mes acquis" à N'Djamena, le 26 novembre 2017. (VOA/André Kodmadjingar)

A N'Djamena, toutes les manifestations hostiles au régime de Deby au pouvoir depuis 27 ans sont systématiquement interdites par le ministère en charge de la Sécurité publique. Sauf, celles tendant à soutenir la politique du gouvernement.

Face à la décision du gouvernement d'interdire les manifestants anti-Déby mais de laisser les manifestations de soutien au parti présidentielle, la société civile dénonce la politique de deux de poids, deux mesures.

Reportage d'André Kodmadjingar, correspondant à N'Djamena pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

L’article 27 de la loi fondamentale qui garantit les libertés d’opinion, d’expression et de manifestation n’est pas appliqué à tous.

Toutes manifestations qui n’arrangent pas le parti au pouvoir sont interdites ou réprimées.

Contre toute attente, le même gouvernement a autorisé une société civile proche du pouvoir "Touche pas à mes acquis", d’organiser une manifestation hostile aux Américains, le 26 novembre dernier.

En réaction, six organisations de la société civile se constituent en un collectif et entendent descendre dans la rue.

Mahamat Nour Ibédou, porte-parole du collectif de la société civile tchadienne, à N'Djamena, le 10 décembre 2017. (VOA/André Kodmadjingar)
Mahamat Nour Ibédou, porte-parole du collectif de la société civile tchadienne, à N'Djamena, le 10 décembre 2017. (VOA/André Kodmadjingar)

"Le fait d'avoir autorisé cette manifestation grotesque montre une injustice flagrante et arbitraire contre nos préavis de marche systématiquement interdits", a déclaré Mahamat Nour Ibedou, porte-parole.

"La société civile a décidé d'organiser des marches pacifiques et des actions citoyennes contre les mesures antisociales", a-t-il ajouté.

Avec cette situation, le Tchad est en train de basculer vers un régime totalitaire, estime le politologue et enseignant chercheur, le docteur Evariste Ngarlem Tolde.

"Nous sommes face à un régime totalitaire car nous voudrions bien savoir qui a autorisé la coalition Touche pas à mes acquis de manifester et quel ministre qui interdit aux autres de ne pas manifester".

Le ministre de la Sécurité publique Ahamat Mahamat Bachir ne reconnait pas avoir autorité une manifestation publique et menace de réprimer toute personne qui tenterait de troubler l’ordre public.

"Aucun autorisation de marcher sur la voie publique a été délivrée à qui que ce soit", a déclaré le ministre à VOA Afrique.

"La manifestations dont on parlé la société civile était dans une salle fermée", a expliqué le ministre.

Evariste Ngarlem Toldé, politologue et enseignant chercheur à l'université de N'Djamena, le 10 décembre 2017. (VOA/André Kodmadjingar)
Evariste Ngarlem Toldé, politologue et enseignant chercheur à l'université de N'Djamena, le 10 décembre 2017. (VOA/André Kodmadjingar)

Pour Evariste Ngarlem Tolde, le ministre de la Sécurité publique est en train de provoquer les Tchadiens.

"La société civile sera obligée de braver l'interdiction et d'exprimer son mécontentement face à ses mesures antisociales", a-t-il souligné.

Les syndicalistes, quant à eux, se réservent le droit de descendre dans la rue si le président Déby maintient sa décision de geler les avantages de tous travailleurs pour les ramener aux années d’avant pétrole.

André Kodmadjingar, correspondant à N’Djamena

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG