Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Une maladie bactérienne contagieuse décime les ânes au Niger

Un âne au Niger, le 8 mars 2019. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa)

Au Niger, une maladie bactérienne contagieuse décime depuis plus de six mois des ânes dans presque tout le pays. Il s'agit de la gourme équine ou angine du cheval. Elle a fait jusqu'ici environs 4000 morts. Les autorités ont lancé la riposte.

C'est au mois d'août 2018 que les premiers cas ont été enregistrés à Zinder, dans l'Est du pays. Le temps de faire les prélèvements et analyser pour confirmation, elle s'est répandue dans presque toutes les autres régions du pays.

"C'est très grave, c'est presque à un ravage de cette race que nous assistons", prévient Dodo Boureima, secrétaire-exécutif de l'association pour la redynamisation de l'élevage au Niger AREN.

Une maladie bactérienne contagieuse décime les ânes au Niger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Jusqu'à 4.000 ânes morts ont été enregistrés du fait cette la maladie d'origine bactérienne.

"Le laboratoire a diagnostique que c'est la gourme", explique le directeur de la santé animale au ministère de l'élevage Dr. Malik. La maladie se propage rapidement. En un mois, de Zinder où la maladie est apparue, elle a gagné presque tout le pays. Elle se transmet seulement entre animaux. "Il faut que les gens soient 'tranquilles'", ajoute Dr Malik.

Face à la maladie, un antibiotique est le moyen de lutte. Le gouvernement a lancé des commandes en quantité pour vacciner gratuitement les animaux.

Un âne au Niger, le 8 mars 2019. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa)
Un âne au Niger, le 8 mars 2019. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa)

Des caravanes de vaccination sont en cours et "la situation commence a se stabiliser'', a déclaré Mohamed Boucha, le ministre de l'Elevage. Les autorités prévoient également d'aider les éleveurs victimes à travers des appuis pour se relever de cette situation.

''Nous la prenons au sérieux parce que si un éleveur n'a pas d'âne, il n'y a pas de déplacement, ils ne peuvent pas abreuver, ils ne peuvent pas transhumer'', rassure le ministre.

Environs deux millions de têtes d'ânes sont répertoriés au Niger par les services du ministère de l'Elevage.

Récemment, face à l'exportation massive d'ânes vers le Nigeria et la Chine notamment, le gouvernement nigérien a formellement interdit l'abattage et la commercialisation vers l’étranger de ces équidés .

Toutes les actualités

Les autorités nigériennes enquêtent sur les tueries de Kouré

Les autorités nigériennes enquêtent sur les tueries de Kouré
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

Massacre des humanitaires: les Nigériens réagissent

Massacre des humanitaires: les Nigériens réagissent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:19 0:00

Les organisations humanitaires présentes dans le pays sont inquiètes

Les organisations humanitaires présentes dans le pays sont inquiètes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Les humanitaires resteront "aux côté des populations", malgré les meurtres de Kouré

Des responsables de l'ONG française ACTED en conférence de presse au siège du groupe à Paris, le 10 août 2020.

La communauté des humanitaires intervenant au Niger ont affirmé mardi leur "détermination" à "rester aux côtés des populations nigériennes", même après l'assassinat dimanche de huit personnes dont six humanitaires français à Kouré à 60 km au (sud-est)de Niamey.

Les six Français, leur guide et leur chauffeur nigériens, dont la plupart sont des employés de l'ONG Acted, ont été froidement abattus lors d'une excursion touristique dans la localité de Kouré, une zone très boisée où vivent les dernières girafes d'Afrique de l'Ouest à 70 km de Niamey.

"Loin de nous décourager, ces assassinats renforcent notre détermination à poursuivre notre mission et à rester aux côtés des populations nigériennes", a assuré dans un communiqué, Khardiata Lo Ndiaye, la coordonnatrice humanitaire pour le Niger, s'exprimant au nom de toutes les ONG internationales au Niger.

Dénoncée comme "terroriste" par Niamey et Paris, l'attaque a été perpétrée dans un pays où les activités sur le terrain des ONG internationales étaient déjà affectées par les violences jihadistes, rendant difficile l'assistance à des milliers de réfugiés et de déplacés.

"Je réitère notre engagement à poursuivre nos activités humanitaires en appui au gouvernement, partout où les besoins existent, surtout en ces moments extrêmement difficiles", a tranché Mme Ndiaye, dans ce communiqué transmis à l'AFP.

Selon elle, "rien ne peut justifier le lâche assassinat" de personnes qui, "au prix de sacrifices incommensurables ont choisi de servir les plus démunis". "Je suis indignée et attristée par ces assassinats".

"Nous espérons vivement que tout sera mis en oeuvre par le gouvernement pour appréhender les auteurs de cette attaque afin de les traduire devant les juridictions compétentes pour qu’ils répondent de leurs actes et qu’ils subissent la rigueur de la loi", a souligné la Coordonnatrice humanitaire pour le Niger.

"Les humanitaires sont très utiles, ils apportent quelque chose. On a besoin de leur présence, on ne souhaite pas qu'ils quittent" le pays à cause de l'insécurité, avait souligné Moussa Tchangari, le responsable d'Alternative espace citoyen (AEC), une des plus importantes ONG nigériennes.

D'autant plus que "par rapport au budget d'investissement de l'Etat nigérien, l'apport de l'extérieur est énorme et représente près de 80%", pointe Moussa Tchangari.

Rage et consternation au Niger après l'assassinat d'agents humanitaires

Rage et consternation au Niger après l'assassinat d'agents humanitaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:26 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG