Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Une femme à la tête de l’Assemblée nationale en RDC

Jeanine Mabunda, élue présidente de l'Assemblée nationale, à Kinshasa, RDC, le 24 avril 2019. (Facebook/Paulette Kimuntu)

Jeanine Mabunda, députée du parti de l’ancien président Joseph Kabila, a été élue présidente de l’Assemblée nationale. La coalition Lamuka de l'opposition a boycotté ce vote, contestant la répartition des postes au sein du bureau. le poste du rapporteur lui est attribué.

Mme Mabunda a, plusieurs fois, occupé des postes ministériels. Elle était aussi fonctionnaire de la Banque centrale et conseillère de l’ancien président Kabila en matière de violences sexuelles et de recrutement d’enfants dans les groupes armés, jusqu’aux élections de décembre 2018.

Elle est un des cadres du PPRD, parti de Joseph Kabila, et de sa coalition politique, le Front Commun pour le Congo.

Jeannine Mabunda, nouvelle présidente de l’Assemblée nationale en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Elle était retenue comme seule candidate pour diriger cette institution à l’issue d’âpres négociations avec les autres familles politiques. Mme Mabunda est la deuxième femme à diriger la chambre basse du parlement. La première était Philomène Omatuku, qui avait dirigé l'Assemblée Constituante et Législative - Parlement de Transition (ACL-PT) comme présidente intérimaire de février à août 2003.

Avec elle, cinq autres membres du bureau définitif ont été élus, à l’exception du poste de rapporteur réservé à l’opposition Lamuka. Jean Marc Kabund du camp du président Félix Tshisekedi a, lui, été élu premier vice-président.​

Dans son premier discours, Mme Mabunda a invité à mots couverts le président de la République Félix Tshisekedi a nommé un gouvernement avant le 15 juin. "Avec tout le respect et esprit de collaboration, il revient donc aux institutions compétentes de faire la diligence voulue afin de permettre l'investiture du gouvernement avant la clôture de la présente session", a-t-elle précisément déclaré.

En déplacement à Kisangani, M.Tshisekedi a promis de nommer un gouvernement "dans les prochains jours". Investi il y a trois mois le 24 janvier, il applique pour l'instant son programme des "100 jours" avec des ministres intérimaires ou nommés par son prédécesseur.

-Une élection boycottée par Lamuka-

L’opposition a boycotté mercredi l'élection au "perchoir" de l'Assemblée pour protester contre la "coalition majoritaire" qui réunit les partisans du président Félix Tshisekedi et du "président honoraire" Joseph Kabila.

Cette élection "rappelle le beau vieux temps du stalinisme et des partis-Etats", ont déclaré les députés de l'opposition issus de la coalition Lamuka, qui a soutenu Martin Fayulu à la présidentielle.

L'opposition parlementaire indique qu'elle a demandé au Conseil d'Etat d'annuler la décision d'attribuer "injustement à la majorité six postes au bureau définitif contre un seul, celui de rapporteur adjoint, à l'opposition".

Elle refuse "une démocratie de pacotille que le peuple congolais n'a cessé de combattre même au prix du sang", ajoutent-ils dans une déclaration lue par l'un d'entre eux, Christophe Lutundula.

Toutes les actualités

Ebola perturbe les examens de fin d'année scolaire

Ebola perturbe les examens de fin d'année scolaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Retour de Jean-Pierre Bemba à Kinshasa

Retour de Jean-Pierre Bemba à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00

Bemba fait son second "come-back" à Kinshasa

Bemba fait son second "come-back" à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:47 0:00

La CPI rend son jugement sur l'ex-chef de guerre Ntaganda le 8 juillet

L'ancien chef de guerre congolais Bosco Ntaganda, à droite, salue son avocat Stéphane Bourgon, à gauche, dans la salle d'audience de la Cour pénale internationale (CPI) lors des déclarations finales de son procès à La Haye, le 28 août 2018.

La Cour pénale internationale (CPI) rendra le 8 juillet son jugement sur l'ancien chef de guerre congolais Bosco Ntaganda, détenu à La Haye depuis 2013 pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Surnommé "Terminator", Bosco Ntaganda est accusé d'avoir recruté des enfants soldats et d'avoir commandité des meurtres, pillages et viols commis par ses troupes en 2002 et 2003 en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC).

La Chambre de première instance rendra son jugement en l'affaire "lors d'une audience publique le 8 juillet 2019 à 10 heures (8 heures GMT) au siège de la Cour à La Haye", a annoncé lundi la CPI.

"Lors de l'audience, la Chambre de première instance annoncera si elle déclare l'accusé innocent ou coupable, au-delà de tout doute raisonnable, des charges portées à son encontre", a-t-elle précisé dans un communiqué.

Aujourd'hui âgé de 45 ans, l'ancien général redouté de l'armée congolaise doit répondre de 13 crimes de guerre et de cinq crimes contre l'humanité, pour lesquels il a plaidé non coupable en 2015.

Selon des ONG, plus de 60.000 personnes ont perdu la vie depuis l'éclatement en 1999 de violences sanglantes en Ituri, région instable et riche en minéraux.

Bosco Ntaganda a joué un rôle central dans la planification des opérations de l'Union des patriotes congolais et de son bras armé, les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), avait martelé en août l'accusation lors de la dernière phase de son procès, qui s'est ouvert en septembre 2015.

Né au Rwanda, où il a fait ses armes avec le Front patriotique rwandais (FPR), Ntaganda, issue d'une famille tutsie, général de l'armée congolaise de 2007 à 2012, avait la réputation d'être un leader charismatique avec un penchant pour les chapeaux de cow-boy et la gastronomie.

Fondée en 2002 pour juger des pires atrocités commises dans le monde, la CPI a subi une série de revers ces dernières années, avec l'acquittement de plusieurs suspects. Certains pays d'Afrique reprochent également à la Cour de principalement viser des suspects africains.

En mars 2012, la CPI avait condamné à 14 ans de prison Thomas Lubanga, ancien chef de M. Ntaganda dans les FPLC.

L’opposant Jean-Pierre Bemba a regagné Kinshasa

L’opposant Jean-Pierre Bemba a regagné Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG