Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Affaire Merveille Bazonzila: la société civile scandalisée par le rapport d'autopsie

Manifestation des populations à Nkayi après le décès de Merveille Bazonzela, le 30 septembre 2020. (VOA/Arsène Séverin)

Les résultats de l'expertise médicale sur le corps de Merveille Bazonzila, décédée à Nkayi après une détention à la gendarmerie, indique qu'elle est décédée d'une asphyxie due à une convulsion. La société civile parle d'un scandale et appelle la justice à faire son travail pour la manifestation de la vérité.

L’expertise médicale a été effectuée le 5 octobre dernier par un médecin du service d’hygiène de Nkayi, Bienvenu Nkaya Bazounguila, pris comme corps de service litigieux. Il en ressort que Merveille Bazonzila est morte d’une asphyxie due à un état convulsif. On sait que la victime souffrait d’épilepsie depuis son enfance.

Cette jeune femme de 27 ans avait été battue par les gendarmes qui l’avaient interpellée pour non-port de masque. L’expertise médicale relève également un choc sur le crâne de la victime, soupçonnant une chute libre.

Des conclusions que rejette en bloc la société civile. Trésor Nzila Kendet, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme, réclame une contre-expertise.

"Au regard des témoignages que nous avons reçus, ce rapport ne nous convainc pas. Il est très scandaleux et visiblement le médecin a dû être sous pression", dénonce-t-il.

Le directeur exécutif de l’OCDH estime que la justice gagnerait si tout le monde s’impliquait dans la manifestation de la vérité. "Le devoir de transparence doit animer tout le monde. Les autorités doivent accepter qu’il y ait une vraie autopsie pour faire la lumière sur ce drame", indique Trésor Nzila Kendet.

Joint par VOA Afrique, le procureur de la République de Madingou, Casir Makaya, n’a pas souhaité commenter cette nouvelle pièce versée au dossier. Il a cependant rassuré que "cette expertise qui ne s’est faite que sur la partie externe du cadavre, n’était pas une autopsie" en tant que telle.

Mais, a-t-il, souligné, "elle s’est déroulée dans les règles de l’art, en présence de toutes les parties" dont la famille. Le procureur de la République a enfin appelé la population à être calme, en attendant les actes du procès à venir.

Alors que l’instruction judiciaire est en cours, Merveille Bazonzila a été inhumée mardi à Boko Songho, loin de l’agitation des jeunes de la ville de Nkayi.

Toutes les actualités

Plus de 25.000 autochtones sont menacés d'apatridie au Congo

Plus de 25.000 autochtones sont menacés d'apatridie au Congo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

La déforestation fait disparaître les chenilles, aliment cher aux populations autochtones

Femmes pygmées à Sembe, dans la Sangha, au nord Congo, le 30 octobre 2021.

Dans les villages des districts de Sembe, de Souanké et de Mokeko, dans la Sangha, au nord Congo, les populations autochtones constatent la rareté des chenilles suite au changement climatique. Faute de solution, il se plaignent de la déforestation.

La population autochtone, considérée comme gardienne de la forêt, subit depuis un moment les effets du changement climatique. Cela impacte leur mode de vie, notamment dans la production de la nourriture où les saisons deviennent de plus en plus courtes.

La situation inquiète. Les pygmées de la Sangha regrettent les temps anciens où il y avait de la nourriture pour tous.

"Aujourd’hui, tout a changé. On court après la pluie. On est souvent surpris par le rythme des pluies qui s’arrêtent", témoigne Simon Koumou, autochtone de Sembé.

Les pygmées du nord Congo vivent particulièrement de la collecte des chenilles, "Mbinzo". Cet aliment riche en protéine est quasiment en voie de disparition, à cause de la déforestation. C’est ce que rapportent les femmes autochtones du village Mokeko.

"La présence humaine au cœur de nos forêts fait disparaître de la nourriture ", affirme Jacqueline Moutoukou, autochtone.

Même constat fait par Bastos, un autochtone de Sembe. " Avant, la collecte des chenilles était bonne. Mais, je n’arrive pas à expliquer pourquoi il y a ce changement. Aujourd’hui, il n’est pas facile d’avoir les chenilles, parce qu’il y a la déforestation", dit-il.

" La nuit à la maison, il y a une grande chaleur, il y a un changement vraiment. Aujourd’hui, on peut faire le tour de la forêt sans trouver une petite quantité de chenilles pour manger avec les enfants", déplore Frédéric Tadinga, autochtone de Mokeko.

Il demande aux sociétés forestières qui exploitent le bois dans leur contrée de respecter les forêts communautaires.

Le président Denis Sassou N’Guesso devrait rentrer bientôt de Glasgow, en Écosse, où il participe à la conférence sur le climat. Avec son homologue de la République démocratique du Congo voisine, Félix Tshisekedi, il tente d'attirer plus d’attention sur la nécessité d'investir dans la préservation des forêts du Bassin du Congo.

Le Festival Congo in Harlem marque son retour à New York

Le Festival Congo in Harlem marque son retour à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:39 0:00

Décès en France de l'ancien Premier ministre Clément Mouamba

Décès en France de l'ancien Premier ministre Clément Mouamba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:22 0:00

Brazzaville: les ministres ont déclaré leur patrimoine à la Cour suprême

Brazzaville: les ministres ont déclaré leur patrimoine à la Cour suprême
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG