Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Des Brazzavillois ne veulent plus de la statue de Pierre Savorgnan De Brazza


Un mémorial pour le colonisateur à Brazzaville, le 3 octobre 2020 (VOA/Arsène Séverin).

De nombreux Congolais de Brazzaville ont exprimé leur ras-le-bol, à l’occasion du 140e anniversaire de la fondation de Brazzaville, face à la célébration permanente du colonisateur français Pierre Savorgnan De Brazza.

Plusieurs cérémonies ont marqué la célébration des 140 ans de la fondation de Brazzaville. Partout, le nom de l’explorateur français Pierre Savorgnan De Brazza, son fondateur, a été magnifié. Or, depuis un moment, certains Congolais estiment que le pays a fait trop de la place à ce colonisateur.

Pour l’activiste Charlin Kinouani, il faut rebaptiser les espaces publics qui portent les noms des colons.

"On ne peut pas continuer à voir sur Brazzaville les noms de ceux qui nous ont colonisés, de ceux qui ont maltraité le peuple congolais. Les appellations comme ‘lycée Pierre Savorgnan De Brazza ou Square De Gaulle doivent cesser", s'insurge-t-il.

Le politologue Constant Ebara Pea, allant dans le même sens, estime que l’imposante statue de De Brazza en plein cœur de Brazzaville doit disparaître.

"Ce n’est que légitime parce que je pense qu’on pourrait voir en plein cœur de Paris qu’on élève une statue de Ngouabi, de Lissouba ou de Milongo", commente le politologue qui s’oppose contre toute forme "de domination".

Mais pour l’historien Melfon Kamba, le colonisateur Savorgnan De Brazza mérite encore de la reconnaissance et des éloges des Congolais.

"Quand il arrive ici, ce n’est pas pour Brazzaville, mais pour le Congo. Bien avant lui, il y avait des colons, mais personne n’a l’idée de nous réunir dans un espace comme celui-ci dans lequel nous vivons aujourd’hui", rappelle-t-il l’historien.

Le buste du roi Léopold II enlevé de la ville belge de Gand
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Le Congo a consacré depuis 2005 tout un mémorial à son colonisateur, un palais de marbre à coût de milliards de francs CFA. Sa directrice Belinda Ayessa défend que Savorgnan De Brazza fut un humaniste et que la population ne devrait pas déboulonner sa statue.

"Il faut dépassionner l’histoire, c’est très important. Que l’on ne déboulonne pas pour déboulonner parce que ces statues nous servent de repères dans notre histoire", affirme Belinda Ayessa.

Créée le 3 octobre 1880, Brazzaville a tour à tour été capitale du Moyen Congo, de l’Afrique équatoriale française et de la France libre. Elle s’apprête à célébrer, le 27 octobre prochain, malgré la protestation des activistes, le 80e anniversaire de l’appel à la résistance du général Charles de Gaule, lancé ici même.

Brazzaville: "Il faut déboulonner les statues"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00


XS
SM
MD
LG