Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Un opposant écroué pour avoir diffamé le ministre de la Justice

Affiche électorale du Parti démocratique du Guinée équatoriale (PDGE), dans une rue déserte de Malabo, le 25 avril 2016.

Un opposant guinéen a été inculpé et écroué vendredi à Conakry pour "diffamation" à l'encontre du ministre de la Justice, qu'il a reconnu avoir faussement accusé d'avoir fait partie de rebelles ayant attaqué la Guinée il y a une vingtaine d'années, a-t-on appris auprès de son avocat.

Faya Millimouno, chef du Bloc libéral (opposition), avait le 26 juillet, lors de l'inauguration du siège de son parti, accusé le ministre de la Justice, Mohamed Lamine Fofana, d'avoir fait partie des rebelles ayant mené des opérations en Guinée entre 2000 et 2002 et d'avoir été leur porte-parole.

Des hommes armés venus du Liberia et de la Sierra Leone voisins, alors en proie à des guerres civiles, avaient attaqué la Guinée, y faisant, officiellement, des centaines de morts.

M. Millimouno avait reconnu jeudi devant la presse avoir fait une erreur d'homonymie et présenté ses excuses au ministre qui, au moment de ces attaques, était enseignant à l'université de Dakar.

L'opposant avait été interpellé jeudi, auditionné pendant plusieurs heures puis placé sous contrôle judiciaire. Venu se présenter vendredi au tribunal, il a été placé sous mandat de dépôt et conduit à la prison civile de Conakry, selon un journaliste de l'AFP.

"Notre client a regretté les faits", a déclaré vendredi son avocat, Gabriel Kamano.

Avant cette nouvelle affaire, M. Millimouno était déjà sous contrôle judiciaire et "la loi ne permet pas deux contrôles judiciaires. C'est pourquoi il a été placé sous mandat de dépôt" vendredi, a expliqué à l'AFP une source judiciaire.

Faya Millimouno avait le 9 avril été placé sous contrôle judiciaire pour "attroupement illégal et troubles à l'ordre public". Il avait alors été arrêté avec 12 de ses partisans à Conakry alors qu'ils voulaient manifester devant le Parlement pour dénoncer la prorogation, en janvier, par le chef de l'Etat guinéen Alpha Condé, du mandat des députés.

L'installation d'une nouvelle Assemblée, initialement prévue en septembre-octobre 2018, a été reportée sine die.

Le Bloc libéral fait partie du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) qui veut empêcher M. Condé de briguer un troisième mandat.

M. Condé, 81 ans, n'a jusqu'à présent pas annoncé de modification de la Constitution afin de pouvoir se représenter en 2020, au terme de son deuxième mandat, mais plusieurs de ses déclarations ont été interprétées en ce sens.

Toutes les actualités

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Les autorités guinéennes allègent le couvre-feu à Conakry, les écoles vont rouvrir

Une route barrée à Cosa dans la banlieue de Conakry, Guinée, le 14octobre 2019. (VOA/Zakaria Camara)

Le président guinéen Alpha Condé a annoncé lundi soir un allègement du couvre-feu dans la capitale Conakry et la prochaine réouverture des lieux de culte et de certaines écoles, fermés pour contrer le Covid-19.

Le président guinéen a invoqué dans une allocution diffusée par la télévision nationale "des statistiques encourageantes" en ce qui concerne le taux de guérison des malades et la létalité de la maladie.

Il a cependant souligné les risques d'un relâchement et indiqué que, sous réserve d'approbation par le Parlement, l'état d'urgence décrété le 26 mars et permettant des mesures exceptionnelles serait prolongé de 30 jours à partir de ce lundi.

Les frontières restent fermées et le port du masque obligatoire dans l'espace public, parmi d'autres mesures en place, a-t-il dit.

Le couvre-feu en vigueur dans le Grand Conakry de 22H00 à 5H00 est raccourci, de 23H00 à 4H00. Il demeure entièrement levé dans le reste du pays.

Les classes primaires et secondaires devant passer un examen, ainsi que les universités, rouvriront le 29 juin, à condition de faire respecter la distanciation sociale, prendre systématiquement la température, instaurer un lavage systématique des mains et observer le port du masque.

Les mosquées et les églises rouvriront le 22 juin dans les préfectures qui n’ont pas enregistré de contamination pendant au moins 30 jours.

La Guinée, petit pays pauvre durement éprouvé par la fièvre Ebola par le passé, a déclaré 4.572 cas de contamination et 26 décès.

L'État guinéen signe un accord pour l'exploitation de la plus vaste mine de fer au monde

La brume enveloppe les montagnes de Simandou à Beyla, Guinée, 4 juin 2014. (Photo REUTERS/Saliou Samb)

La Guinée a signé mardi un accord avec un consortium pour le développement de sa gigantesque réserve de minerai de fer de Simandou.

L’accord marque une nouvelle étape vers la réalisation d'un projet qui devrait apporter une manne estimée à 15 milliards de dollars sur 25 ans.

Le projet comprend la construction d'une voie ferrée de 650 km de la région forestière montagneuse de Guinée jusqu'à la côte. Il est aussi question d'un port en eau profonde.

Simandou représente le plus grand projet d'exploitation minière industrielle de la Guinée depuis les indépendances.

"C'est une étape importante dans le développement du secteur minier guinéen", souligne le ministre des mines, Abdoulaye Magassouba. Il ajoute que ce projet contribuera à diversifier la production minière du pays qui, jusqu'à présent, dépend fortement de l'aluminium et de l'or.

Le consortium comprend la Société minière de Boké (SMB) et la compagnie maritime Winning Shipping basée à Singapour, ainsi que des intérêts du gouvernement guinéen.

Il a remporté un appel d'offres de 14 milliards de dollars en novembre dernier pour développer les blocs de Simandou.

Selon Bloomberg, Simandou est le plus vaste gisement connu de ce type dans le monde, avec plus de 2 milliards de tonnes de minerai à haute teneur.

Depuis des années, le projet suscite des controverses en Guinée, pour des raisons diverses.

Voir plus

XS
SM
MD
LG