Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Deuil national et destitution du gouverneur de Mopti

Le premier Ministre du Mali, Boubou Cissé et le président Ibrahim Boubakar Keita.

Le gouvernement malien a révoqué le gouverneur de la région de Mopti (centre) et décrété trois jours de deuil à compter de jeudi à la suite d'une tuerie dans un village dogon, lors du Conseil des ministres mercredi.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta a proclamé un deuil national de trois jours "en hommage aux victimes de l'attaque terroriste perpétrée le 10 juin 2019 contre les populations du village de Sobane Da", selon le communiqué du Conseil des ministres, lu au journal du soir de la télévision publique ORTM.

"Tirant les leçons de ce drame, le Conseil des ministres a procédé à la révocation du gouverneur de la région de Mopti", le général Sidi Alassane Touré, selon le texte.

Le gouvernement avait annoncé auparavant mercredi que cette attaque dimanche soir, non revendiquée, avait fait 35 morts, dont 24 enfants.

Les violences intercommunautaires dans le centre du Mali ont culminé le 23 mars avec le massacre à Ogossagou, près de la frontière burkinabè, de quelque 160 villageois peuls, attribué à des chasseurs dogons.

Les villages de Sobane Da et d'Ogossagou se trouvent tous les deux dans la région de Mopti, où se concentre l'essentiel des violences au Mali.

Depuis l'apparition en 2015 dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs "groupes d'autodéfense".

Avec AFP

Toutes les actualités

Les femmes en conclave à Bamako pour un retour de la paix

Les femmes en conclave à Bamako pour un retour de la paix
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:49 0:00

Présidentielle malienne en février 2022: "les inquiétudes sont fondées", selon David Dembele

Présidentielle malienne en février 2022: "les inquiétudes sont fondées", selon David Dembele
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:23 0:00

La sécurité se dégrade au nord et à l’est du Burkina

Les soldats burkinabè affrontent au quotidien les assauts des terroristes Dori, le 8 avril 2021. (VOA/Kader Traoré)

La situation sécuritaire semble se détériorer au Burkina Faso avec une recrudescence des attaques terroristes sur la partie Est et Nord du pays. La situation a poussé le Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement à faire une sortie pour proposer des pistes de solution.

Après une accalmie, les actions imputées aux groupes terroristes se sont accrues au Burkina avec des attaques dans toute la zone du Sahel et de l’Est. Une situation qui endeuille les communautés vivant dans ces régions, malgré la présence des forces de défense et de sécurité, et renforcée par endroit par les volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

Selon le CISAG, une institution indépendante d’information et de suivi des actions du gouvernement, la recrudescence des activités des terroristes est à craindre.

"Depuis 4 à 5 mois, nous avons vu une recrudescence de l’activité des terroristes, ce qui fait que ça devient très inquiétant. On ne peut pas faire 10 jours sans voir nos soldats, nos VDP ou nos vaillantes populations mourir sous les balles assassines des terroristes", a indiqué le président du CISAG, Issiaka Ouédraogo.

La question que certains se posent est de savoir si les soldats ne sont pas fatigués de se battre contre un ennemi sans visage.

Chérif Sy, le ministre de la Défense, vient de rentrer d’une tournée dans les casernes de Dori, Djibo, Gorom-Gorom et bien d’autres localités.

Il soutient que le moral des soldats ont toujours haut.

"Au-delà des difficultés traditionnelles qui nous ont été exposées, nous avons constaté que le moral des troupes est grand et nous avons été aussi surpris par une revendication à la fois sur la résilience des populations, mais à la fois des forces de défense et de sécurité", a-t-il dit à la fin de sa tournée.

Comme solution pour ramener l’accalmie au Nord et à l’Est, le CISAG a sa petite idée.

"La première, est le recrutement des soldats. Nous avons demandé à ce que l’on puisse recruter assez d’hommes de rang contre ce phénomène-là. On sait que le gouvernement fait des efforts, mais c’est de propositions en propositions que l’on viendra à bout de ce phénomène", a suggéré Louis Wendkouni Ouédraogo, le chargé des questions publiques.

Le conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement espère une augmentation des troupes du terrain pour venir à bout du terrorisme.

La situation sécuritaire semble se détériorer au Faso
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

A travers le festival du Wassoulou, Oumou Sangaré prône l'entente communautaire

A travers le festival du Wassoulou, Oumou Sangaré prône l'entente communautaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

Sahel: "l'approche militaire a échoué", selon Assitan Diallo

Sahel: "l'approche militaire a échoué", selon Assitan Diallo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG