Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Tshisekedi débauche un des cinq dirigeants de l'opposition pour la BAD

Freddy Matungulu à Genève en Suisse le 11 novembre 2018.

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a désigné un des cinq dirigeants de la coalition d'opposition Lamuka à un poste d'administrateur de la Banque africaine de développement (BAD), ce qui, reconnait-il, va l'éloigner de ses "activités militantes".

"Il a plu au chef de l'Etat de me désigner pour assumer le mandat confié à la RDC", a indiqué vendredi dans un communiqué l'économiste et ex-ministre Freddy Matungulu, ancien fonctionnaire du Fonds monétaire international (FMI).

"J'ai répondu favorablement à l'appel", ajoute-t-il en disant sa "gratitude" envers le chef de l'Etat pour "cet acte d'ouverture" politique.

Sa candidature doit être validée par les ministres des Finances des pays d'Afrique centrale qu'il doit représenter à la BAD (Burundi, Cameroun, Congo, Centrafrique, RDC) lors d'une réunion en août.

"Ce nouvel engagement international me réimpose des devoirs de réserve. J'entends dès lors prendre une distance conséquente de mes activités militantes, y compris dans Lamuka", a-t-il ajouté.

M. Matungulu est l'un des six fondateurs de la coalition Lamuka constituée le 11 novembre à Genève autour de la candidature de Martin Fayulu à l'élection présidentielle du 30 décembre.

La coalition ne comprend plus que quatre dirigeants: Martin Fayulu, qui revendique la victoire et la "vérité des urnes", l'ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi, l'ex-chef de guerre et ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, et l'ex-Premier ministre Adolphe Muzito.

Un autre dirigeant, Antipas Mbusa Nyamwisi, avait annoncé fin juin qu'il quittait Lamuka pour aider le chef de l'Etat dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola dans son fief de Beni-Butembo.

Des divergences traversent Lamuka entre les tenants de la contestation de la victoire de Félix Tshisekedi autour de Martin Fayulu et les partisans d'un rapprochement prôné par Moïse Katumbi.

Convoquée le 20 juillet, une réunion des dirigeants de Lamuka a été reportée au 24 juillet à Lubumbashi.

Toutes les actualités

Des milliers de réfugiés centrafricains vivent dans des abris de fortune

Des milliers de réfugiés centrafricains vivent dans des abris de fortune
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:04 0:00

Modeste Bahati élu président du Sénat

Modeste Bahati élu président du Sénat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Le Sénat congolais se dote d'un bureau pro-Tshisekedi

Le Sénat congolais se dote d'un bureau pro-Tshisekedi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Modeste Bahati Lukwebo élu président du Sénat de la RDC

Modeste Bahati Lukwebo, leader de l'AFDC-A (Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés), Kinshasa, 5 décembre 2018. (Facebook/Bahati Lukwebo).

Modeste Bahati Lukwebo, leader de la deuxième plateforme majoritaire au parlement, l’Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC) a été élu mardi président de la chambre haute de la RDC. C'est lui qui a fait basculer la majorité en faveur du président Félix Tshisekedi.

Une victoire sans surprise car M. Bahati, 65 ans, était le candidat unique au poste du chef du Sénat congolais.

Sur les 98 sénateurs présents, 89 ont voté en sa faveur.

Nommé "informateur" après les consultations au terme desquelles le président Félix Tshisekedi a proclamé la rupture de l’alliance de gouvernement conclue avec le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila, M. Bahati est parvenu à se positionner comme un incontournable dans la classe politique congolaise.

Comme informateur, sa tâche était d’identifier la nouvelle majorité. Ce qu’il a fait en permettant à l’Union sacrée, chère au chef de l'État, d'asseoir son emprise sur l'échiquier politique national.

Ancien du FCC, M. Bahati était en fait l’un de tous premiers transfuges à changer de bord.

Son départ avait déclenché l’avalanche d’autres traversées des Kabilistes qui jusque là avaient fait voeu de fidélité à l'ex-président.

Des indiscrétions du FCC affirment que M. Bahati avait demandé à M. Kabila le fauteuil du Premier ministre et s'était aussi proposé comme candidat à M. Kabila à la succession de M. Kabilia lors de la présidentielle de décembre 2018. En vain.

Frustré, M. Bahati, ancien syndicaliste et membre de la société civile, a bataillé dur et s’est fait allié au président Tshisekedi.

Cette alliance a même donné des ailes au président Tshisekedi qui, n’ayant pas la majorité, y a vu une opportunité de faire basculer le poids au parlement en sa faveur.

M. Bahati, pour sa part, confirmait ses appétits et ses ambitions.

Comme président du Sénat, M. Bahati devient la deuxième personnalité du pays et à ce titre, la Constitution lui accorde de remplacer le chef de l’Etat en cas d’empêchement.

L’élection de M. Bahati est le tout dernier mouvement dans le cadre de la vague de l’Union sacrée qui a fait tomber le bureau définitif de deux chambres, jusqu'ici dominées par des Kabilisites.

Trois nouveaux cas d'Ebola confirmés en RDC

Trois nouveaux cas d'Ebola confirmés en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG