Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Tshisekedi au mémorial du génocide à Kigali

Félix Tshisekedi devant le mémorial du génocide en marge d'une visite au Rwanda, le 25 mars 2019. (Twitter/Kigali memorial genocide)

Le nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, s'est incliné lundi à Kigali devant le mémorial du génocide en marge d'une visite au Rwanda pour un forum économique, une première dans les relations complexes entre les deux pays depuis 1994.

"SE Félix Tshisekedi dépose une gerbe de fleurs au mémorial du génocide de Kigali", indique le commentaire d'une photo postée sur le compte Twitter du "Kigali memorial genocide", quinze jours avant les commémorations du 25e anniversaire du déclenchement du génocide le 7 avril.

Par une sorte de contre-choc, le génocide d'avril-juin 1994 a durablement déstabilisé jusqu'à présent l'Est de l'actuelle RDC.

Un million de réfugiés hutus y ont trouvé refuge en juin-août 1994 sous les auspices de l'opération française Turquoise qui avait Goma et Bukavu pour base arrière. Parmi eux figuraient des responsables du génocide d'au moins 800.000 Tutsis et des tueries des hutus modérés.

"A quand des mémoriaux et une commémoration officielle (pour les) millions de morts congolais, depuis Léopold II jusqu’aux guerres et violences de ces 25 dernières années ?", s'est interrogé le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

Lancé par des étudiants et des intellectuels de l'Est de la RDC, Lucha estime cependant que le président congolais honore "à juste titre" la mémoire des victimes du génocide des Tutsis.

Le geste de M. Tshisekedi a suscité la colère de plusieurs internautes congolais, qui accusent le Rwanda d'être à l'origine des millions de morts dans l'Est du Congo entre 1996 et 2003, ou de piller des minerais rares au Kivu.

"Une honte historique pour les dirigeants congolais. Le Rwanda a violé la souveraineté de la RDC. Comment un Congolais peut-il aller s'incliner au Rwanda, un pays qui a commis des graves crimes contre l'humanité ? À ce jour Kagame refuse d'accepter ses crimes en RDC, c'est grave", résume l'un d'eux, @f@ri@ mapy.

Toutes les actualités

Goma: une marche citoyenne contre l'Ebola

Goma: une marche citoyenne contre l'Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

RDC: Fin des consultations provinciales sur le document de politique foncière

RDC: Fin des consultations provinciales sur le document de politique foncière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

Des Chinois arrêtés et relâchés sur fond de contrôle d'un péage routier (avocat)

Un ingénieur congolais sur son ordinateur, le 25 février 2015 à Kinshasa.

Des Chinois travaillant pour un géant du BTP sont inquiétés depuis plusieurs jours dans le centre de la République démocratique du Congo avec pour véritable enjeu, d'après leur avocat, le contrôle d'un péage sur une route qu'ils réhabilitent au Kasaï.

Sept ressortissants chinois travaillant pour le conglomérat public China Railway Engineering Corporation (CREC) ont été relâchés après avoir été arrêtés la semaine dernière, a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat.

Ils avaient été accusés de séjour irrégulier par les autorités de la province du Kasaï central.

Après leur transfert à Kinshasa, la Direction générale des migrations (DGM) a estimé que "leur séjour est régulier et ils ont été immédiatement relaxés", a déclaré à l'AFP Mathieu Lukusa Lufukona, avocat de la société CREC.

La société, l'une des 20 plus importantes en Chine, assure la construction de routes à travers la RDC. Au Kasaï, le géant chinois de la construction réhabilite une route qui va de Kananga vers l'Angola. La CREC gère un péage à Matamba, à 20 km de Kananga.

Me Lukusa a accusé le gouverneur du Kasaï central "Martin Kabuya de (vouloir) faire venir sa propre société pour remplacer CREC pour la construction de la route de Kalamba-Mbuji et mettre la main sur les recettes du péage".

M. Kabuya n'a pu être joint par l'AFP.

Un responsable du service de migration du Kasaï central a indiqué à l'AFP que trois autres "Chinois, en situation irrégulière", ont été arrêtés à Kananga. Ils travaillent également pour la CREC.

Ils "se cachaient dans une maison, nous les avons dénichés et ils sont gardés au cachot des services des renseignements de la police", a-t-il affirmé sous couvert d'anonymat.

L'espoir fou d'un enseignement primaire gratuit dès septembre

L'espoir fou d'un enseignement primaire gratuit dès septembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

L'eau du lac Kivu essentielle pour freiner la propagation d'Ebola à Goma

L'eau du lac Kivu essentielle pour freiner la propagation d'Ebola à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG