Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump estime que les accusations visant le juge Kavanaugh sont "totalement politiques"

Le président des États-Unis, Donald Trump, au siège des Nations Unies lors de la 73ème Assemblée générale à New York, le 24 septembre 2018.

Les accusations d'agressions sexuelles visant le juge Brett Kavanaugh, candidat nommé par Donald Trump à la Cour suprême des Etats-Unis, sont "totalement politiques", a dénoncé à New York le président américain.

"C'est un homme parfait avec un passé irréprochable", "un homme remarquable", a déclaré M. Trump à propos du magistrat conservateur. "Tout cela sort soudainement, à mon avis c'est totalement politique", a déclaré le président Trump, en relevant que ces allégations ont été dévoilées trois décennies après les faits présumés.

Dimanche, le magazine New Yorker a publié le témoignage d'une ancienne camarade d'université du juge, Deborah Ramirez, 53 ans, qui l'accuse de s'être exhibé lors d'une soirée arrosée dans les années 80.

Selon elle, le jeune Kavanaugh a sorti son sexe devant elle, la contraignant à le toucher alors qu'elle le repoussait, ce que le juge a vigoureusement démenti.

Une semaine plus tôt, une ancienne connaissance de lycée, Christine Blasey Ford, 51 ans, avait affirmé dans le Washington Post avoir été agressée au début des années 80 par le futur magistrat, qui l'aurait plaquée sur un lit tout en essayant de la déshabiller. Là encore, l'accusé nie fermement.

La commission judiciaire du Sénat, chargée d'examiner les candidatures à la Cour suprême, doit auditionner publiquement jeudi le juge et Mme Blasey Ford, chercheuse en psychologie.

A quelques semaines des élections de mi-mandat, que les démocrates souhaitent transformer en référendum anti-Trump, ces auditions pourraient peser sur le scrutin.

Au-delà de cette échéance, la confirmation du juge Kavanaugh ancrerait pour de longues années dans le conservatisme la Cour suprême, la plus haute juridiction américaine chargée d'arbitrer les questions de société les plus épineuses (armes à feu, mariage homosexuel, droits à l'avortement, discrimination positive...).

Avec AFP

Toutes les actualités

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Comprendre la fête de Thanksgiving

Comprendre la fête de Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

Thanksgiving: les aéroports grouillent de monde

Thanksgiving: les aéroports grouillent de monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Joe Biden ramène des anciens cadre de l'administration Obama

Joe Biden ramène des anciens cadre de l'administration Obama
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Donald Trump accorde une grâce présidentielle à son ancien collaborateur Michael Flynn

Le conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn, fait une déclaration lors d'un briefing quotidien à la Maison Blanche à Washington, le 1er février 2017.

Le président américain Donald Trump a gracié mercredi son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn qui avait plaidé coupable d'avoir menti au FBI lors de l'enquête sur l'ingérence russe dans les élections présidentielles de 2016.

"C'est un grand honneur pour moi d'annoncer que le général Michael T. Flynn a obtenu une grâce complète. Félicitations à @GenFlynn et à sa merveilleuse famille, je sais que vous allez maintenant passer un Thanksgiving vraiment fantastique !", a écrit M. Trump sur Twitter.

Général d'armée à la retraite, M. Flynn a plaidé coupable en 2017 d'avoir menti au FBI sur les interactions qu'il a eues avec l'ambassadeur de Russie aux États-Unis dans les semaines précédant l'inauguration de Trump en janvier 2017.

Il a depuis lors cherché à retirer son plaidoyer, arguant que les procureurs avaient violé ses droits et l'avaient dupé pour qu'il accepte de plaider coupable. Sa condamnation a été reportée à plusieurs reprises.

Il s'agit de la grâce la plus médiatisée accordée par M. Trump depuis son entrée en fonction. Entre autres controverses, le président américain avait auparavant suscité un tollé en graciant les militaires accusés de crimes de guerre en Afghanistan. Il a aussi essuyé des critiques en accordant la grâce présidentielle à Joe Arpaio, ancien shérif du comet de Maricopa, en Arizona, accuse de racism notoire.

Le général Flynn, 61 ans, a été le premier conseiller à la sécurité nationale du président Trump. Il est limogé en 2017 après 24 jours à son poste à cause d’une controverse liée aux contacts de l'ancien général avec l'ambassadeur russe à Washington de l'époque, Sergei Kislyak.

Avant d’intégrer l’équipe de M. Trump, Michael Flynn était à la tête de l'Agence de renseignement du Pentagone, un poste qu’il est contraint de quitter en 2014, en partie à cause de son style de gestion et de ses opinions sur la manière de lutter contre le militantisme islamiste.

C’est en 2016 qu’il entre dans l’équipe de campagne de M. Trump.

Outre le general Flynn, d'autres anciens collaborateurs du president ont été condamnés pour divers crimes à l’échelle fédérale, notamment Roger Stone, conseiller et ami de longue date de M. Trump, et Paul Manafort, son ancien directeur de campagne.

Selon le quotidien USA Today, la grâce accordée à M. Flynn a suscité une réaction rapide de la famille du général qui a salué cette decision, que l'opposition démocrate a vite fait de condamner.

Voir plus

XS
SM
MD
LG