Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

L'accusatrice du candidat de Trump à la Cour suprême témoignera au Sénat

Le candidat de la Cour suprême, Brett Kavanaugh, témoigne devant le Comité judiciaire du Sénat à Capitol Hill, à Washington, le 5 septembre 2018.

Républicains et démocrates ont chacun cherché dimanche à garder la main avant l'audition cruciale jeudi de la femme qui accuse d'agression sexuelle le juge Kavanaugh, candidat de Donald Trump à la Cour suprême.

Après des jours de négociations et de bras de fer entre les républicains de la commission judiciaire du Sénat et les avocats de Christine Blasey Ford, un accord a été scellé dimanche sur la date et l'heure de l'audition publique, qui promet d'attirer tous les regards.

"Malgré les menaces actuelles pour sa sécurité et sa vie, le Dr Ford croit qu'il est important pour les sénateurs de l'entendre directement", ont indiqué les conseils de Christine Blasey Ford, cités par des médias.

Bien qu'ayant initialement demandé à être entendue après son agresseur présumé, Mme Blasey Ford a finalement accepté d'être auditionnée la première, jeudi à 10 heures (14 heures GMT).

A quelques semaines des élections de mi-mandat, que les démocrates souhaitent transformer en référendum anti-Trump, l'enjeu de ces auditions est double.

Les témoignages de Christine Blasey Ford et de Brett Kavanaugh pourraient ainsi, in fine, peser sur le scrutin, mais aussi sur la désignation du magistrat à la Cour suprême, qui ferait basculer à droite la plus haute juridiction américaine.

"Histoire crédible"

Dans son témoignage initialement paru dans le Washington Post, Christine Blasey Ford avait expliqué que Brett Kavanaugh et un ami, "complètement ivres", l'avaient coincée dans une chambre, plaquée sur un lit et avait cherché à la déshabiller, avant qu'elle ne parvienne à s'enfuir.

L'agression se serait déroulée au début des années 80, lors d'une soirée arrosée entre lycéens dans la banlieue de Washington. Elle était âgée de 15 ans, lui en avait 17.

Des accusations vigoureusement démenties par Brett Kavanaugh, qui a accepté d'être entendu lui aussi par le Sénat.

Influence sur les mid-terms ?

La question du calendrier du vote pour la confirmation de la nomination du juge Kavanaugh fait l'objet de tractations tendues, avec les élections de mi-mandat dans le viseur.

Les républicains pourraient perdre leur majorité au Congrès et risqueraient alors d'avoir des difficultés à faire confirmer le candidat de M. Trump pour la Cour suprême. L'objectif est donc de voter avant le 6 novembre.

Les démocrates, eux, soutiennent le souhait de Mme Blasey Ford d'être entendue par le FBI, ce qui retarderait le processus de confirmation.

Dans une lettre adressée dimanche à Donald Trump, le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, et celle des démocrates à la commission judiciaire, Dianne Feinstein, ont demandé au président d'ordonner au FBI l'ouverture d'une enquête sur l'agression présumée de Christine Blasey Ford.

Ils ont souhaité que les conclusions de cette enquête puissent être communiquées aux sénateurs avant les auditions, comme cela avait été le cas en 1991 lorsque le juge Clarence Thomas, candidat de George Bush à la Cour suprême, avait été accusé de harcèlement sexuel par une ancienne collègue.

Donald Trump s'est jusqu'ici opposé à l'intervention du FBI dans ce dossier.

Dimanche, les républicains membres de la commission judiciaire, qui la contrôlent, ont contre-attaqué en révélant avoir déjà mené leur propre enquête sur l'affaire. Dans un communiqué, ils citent les noms de trois personnes qui auraient été présentes lors de l'agression, selon Mme Blasey Ford.

Contactés par les sénateurs républicains, tous ont affirmé n'avoir aucun souvenir non seulement des faits, mais aussi de la soirée en elle-même. Ils soulignent que l'ancienne camarade de classe de Mme Blasey Ford qui avait posté mercredi sur Facebook un message affirmant que l'incident avait bien eu lieu, même si elle n'était pas présente, s'est depuis rétractée.

Jeudi, elle a déclaré à la radio publique NPR n'avoir "aucune idée" si l'agression avait bien eu lieu ou non.

"Tout ce que je sais du juge Kavanaugh va à l'encontre de ces allégations. Je veux écouter le Dr Ford. Je me sens désolé pour elle. Je pense qu'on l'utilise", a dénoncé M. Graham, dans une accusation à peine voilée contre les démocrates.

D'abord sur la réserve, Donald Trump est venu à la rescousse de son candidat vendredi, mettant en doute la véracité des accusations de Mme Blasey Ford, s'en prenant à son silence de plus de trente ans.

"Si les attaques avaient été aussi graves que ce que dit le Dr Ford, il y aurait eu une plainte d'elle ou de ses parents", a tweeté le président.

Tollé immense outre-atlantique, où des milliers de personnes, rassemblées derrière la bannière #WhyIDidntReport sur Twitter ("Pourquoi je n'ai pas porté plainte"), se présentant comme victimes d'agression sexuelle, ont expliqué les raisons de leur silence.

Les accusations contre le juge Kavanaugh pèseront-elles sur les résultats des "mid-terms"?

Avec l'éclosion du mouvement #MeToo, le record de femmes se présentant cette année aux élections de mi-mandat, cette affaire a un écho particulier.

Deux tiers des Américains disent suivre au moins d'un peu près ces allégations selon le sondage YouGov.

Avec AFP

Toutes les actualités

Passe d'armes en direct entre Trump et l'ex-ambassadrice à Kiev

L'ancienne ambassadrice américaine en Ukraine, Marie Yovanovitch, témoigne devant la commission du renseignement de la Chambre des représentants de Capitol Hill à Washington, le vendredi 15 novembre 2019, à l'occasion de la deuxième audience publique de mise en accusation.

L'ex-ambassadrice américaine à Kiev a jugé vendredi "intimidantes" les flèches décochées à son encontre par Donald Trump au moment même où elle livrait un témoignage édifiant au Congrès dans le cadre de l'enquête en destitution qui menace le président.

Les démocrates ont dénoncé une pression sur un témoin qui pourrait alimenter le dossier d'accusation contre le président des Etats-Unis, déjà soupçonné d'abus de pouvoir pour avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur un de ses rivaux.

"Partout où Marie Yovanovitch est passée, les choses ont mal tourné", a tweeté Donald Trump une heure après le début de l'audition de la diplomate. "Elle a débuté en Somalie, et regardez comment ça s'est terminé", a-t-il ajouté en référence au chaos dans ce pays de la Corne de l'Afrique.

Mme Yovanovitch, diplomate depuis 33 ans jouissant d'une réputation de grande intégrité, avait été rappelée en urgence à Washington en mai sur ordre du président. Les démocrates le soupçonnent d'avoir voulu laisser le champ libre à des proches pour qu'ils puissent faire pression sur l'Ukraine.

Dans ses tweets, le président a défendu "son droit absolu" de choisir ses ambassadeurs.

A la Chambre des représentants, sa salve n'est pas passée inaperçue. L'élu démocrate Adam Schiff, qui dirige l'enquête contre le président, a lu ses messages et demandé à la diplomate de réagir.

Après un moment de recul, elle a pesé ses mots: "C'est très intimidant".

Lors d'une pause, Adam Schiff a dénoncé "une intimidation de témoin en direct", qui pourrait constituer une "entrave" à l'enquête.

Ce "n'était pas de l'intimidation de témoins, c'était juste l'opinion du président", a réagi la Maison Blanche. "J'ai le droit de m'exprimer", a renchéri le président devant la presse.

- "Forces de l'ombre" -

Donald Trump est visé par une procédure de destitution parce qu'il a demandé le 25 juillet à son homologue ukrainien d'enquêter sur le démocrate Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020.

Dans cet appel, rendu public en septembre après l'intervention d'un lanceur d'alerte, il avait cité Mme Yovanovitch. "Il va lui arriver des choses", avait-il déclaré.

"J'ai été choquée" d'entendre ça", "Cela ressemblait à une menace diffuse", a-t-elle commenté vendredi.

La diplomate, restée très digne malgré une émotion évidente, a également confié avoir été perturbée par la campagne de dénigrement menée contre elle pendant des mois par l'avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani.

"Je n'ai pas compris pourquoi il m'attaquait", a-t-elle déclaré, en confiant s'être "inquiétée" de voir "le président et son fils" relayer ses attaques.

Jurant n'avoir "aucun parti-pris politique", Mme Yovanovitch a assuré que son rappel avait "porté un coup au moral" des diplomates américains à Kiev et dans l'ensemble du réseau américain.

Sans citer le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, elle a critiqué les responsables du département d'Etat pour ne pas l'avoir défendue. "Dans le monde entier, les forces de l'ombre auront compris qu'il ne faut pas grand-chose pour obtenir la tête d'un ambassadeur", a-t-elle souligné.

Après cinq heures d'audition, ponctuées par des marques de respect unanimes pour l'ancienne ambassadrice, elle a quitté la salle sous des applaudissements nourris.

- Aide bloquée -

Les républicains n'ont pas mis en cause son intégrité, mais ont relevé qu'elle restait employée du département d'Etat à un poste prestigieux dans une université.

Ils l'ont assaillie de questions sur les affaires du fils de Joe Biden en Ukraine au moment où son père était vice-président des Etats-Unis. Elle a reconnu que cela "pouvait ressembler à un conflit d'intérêt".

Les parlementaires républicains ont également insisté sur le fait qu'elle n'avait aucun élément factuel à apporter à l'enquête, puisqu'elle avait quitté l'ambassade au moment des principaux épisodes contestés.

Elle n'a en effet rien pu dire sur une aide militaire de 400 millions de dollars destinée à l'Ukraine, qui avait été gelée sur ordre du président au début de l'été.

William Taylor, le chargé d'affaires qui l'a remplacée à Kiev, avait déclaré mercredi lors des premières auditions publiques au Congrès, avoir appris par l'entremise d'un autre ambassadeur que Donald Trump avait conditionné le déblocage des fonds à l'ouverture d'une enquête sur Joe Biden.

Le président nie avoir lié les deux et se dit victime d'une chasse aux sorcières". Compte-tenu de la majorité républicaine au Sénat, qui sera chargé de le juger, il devrait échapper à la destitution.

Mais sa très probable mise en accusation (impeachment) à la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates jettera une ombre sur sa campagne.

Mo'Nique poursuit Netflix pour discrimination salariale

Mo'Nique poursuit Netflix pour discrimination salariale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:16 0:00

Passe d’armes en direct entre Trump et l’ex-ambassadrice à Kiev

Passe d’armes en direct entre Trump et l’ex-ambassadrice à Kiev
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Nouvelle phase de l'enquête parlementaire pour la mise en accusation du président Donald Trump

Nouvelle phase de l'enquête parlementaire pour la mise en accusation du président Donald Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:19 0:00

Enquête parlementaire: les audiences publiques continue

Enquête parlementaire: les audiences publiques continue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG