Liens d'accessibilité

Trump affirme s'attendre très bien avec Poutine


Le président américain Donald Trump discute avec son homologue russe Vladimir Poutine en marge du sommet de G20, à Hambourg, Allemagne, 7 juillet 2017.

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi dans une interview qu'il s'entendait "très, très bien" avec son homologue russe Vladimir Poutine, qu'il a vu vendredi dernier lors d'un sommet du G20 en Allemagne.

"Les gens disent, +oh il ne faut pas qu'ils s'entendent+. Qui sont ces gens-là? Je pense qu'on s'entend très, très bien", a-t-il déclaré dans un entretien à la chaîne de télévision Christian Broadcasting Network (CBN) enregistré mercredi matin à la Maison Blanche.

"Nous sommes une puissance nucléaire extrêmement puissante, et eux aussi. Ce ne serait pas logique de n'avoir aucune relation avec eux", explique Donald Trump.

Il a mis en valeur le cessez-le-feu récent dans le sud de la Syrie comme étant le fruit de leur rencontre de deux heures et quinze minutes à Hambourg la semaine dernière.

"Le cessez-le-feu tient depuis quatre jours. Les (autres) cessez-le-feu n'ont jamais tenu. C'est parce que le président Poutine et le président Trump se sont mis d'accord, et ça tient", a-t-il dit.

"Il est important d'avoir un dialogue, car sans dialogue, c'est beaucoup de problèmes pour notre pays et pour leur pays", a ajouté le président Trump.

Puis il a souligné que Vladimir Poutine aurait préféré qu'Hillary Clinton ait été élue présidente, car contrairement à lui, elle n'aurait pas cherché à augmenter les dépenses militaires ni à développer les exportations d'hydrocarbures.

"Dès le début j'ai dit que je voulais une armée forte, et cela il n'en veut pas", a déclaré le dirigeant républicain.

Cette interview a été accordée à Pat Robertson, une figure de la droite chrétienne américaine de 87 ans qui anime une émission sur la chaîne chrétienne CBN, dont il est le fondateur.

C'est la première interview du président depuis son retour du G20 samedi, et depuis la révélation que son fils aîné, Donald Jr., a rencontré l'an dernier une avocate russe dont il croyait qu'elle pouvait lui transmettre des informations compromettantes sur Hillary Clinton. Il ne semble pas avoir commenté l'affaire directement lors de cette interview, selon une retranscription partielle fournie par la chaîne.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG