Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Trudeau évoque une "grande possibilité" d'un accord sur l'Alena

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Donald Trump, Washington, le 13 février 2017

Le Premier ministre canadien a évoqué une "grande possibilité" que le Canada, les Etats-Unis et le Mexique puissent s'entendre dans les prochains jours sur les grandes lignes d'un Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) renégocié.

Il y a "une grande possibilité d'arriver à un accord gagnant-gagnant-gagnant pour le Canada, les Etats-Unis et le Mexique", a dit à la presse le chef du gouvernement. "Si l'on pouvait annoncer quelque chose au sommet des Amériques", les 13 et 14 avril au Pérou, "ce serait très bien".

"On voit clairement l'occasion d'avancer pour renforcer l'Amérique du Nord comme espace de commerce uni sous l'Aléna, c'est très positif, surtout quand on regarde les défis, comme la Chine, auxquels les Américains font face", a dit M. Trudeau.

Après huit mois de discussions sans progrès majeurs entre les trois pays pour moderniser cet accord de libre-échange conclu en 1994, un déblocage serait en vue dans le dossier crucial de l'automobile.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a souligné mercredi les "bons progrès" accomplis "sur les règles d'origine dans l'industrie de l'automobile".

Une rencontre est prévue vendredi à Washington entre Mme Freeland, le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer et le ministre mexicain de l'économie, Ildefonso Guajardo, ont indiqué les services de la ministre canadienne.

M. Lighthizer s'était déjà entretenu mercredi avec M. Guajardo et une rencontre entre le représentant américain et Mme Freeland est également prévue jeudi.

Tous trois devaient se retrouver pour un dîner de travail jeudi soir à Washington, selon les chaînes publiques canadiennes CBC/Radio-Canada.

Dans le crucial dossier de l'automobile, l'accord actuel spécifie qu'au moins 62,5% des composants d'un véhicule doivent être fabriqués dans l'un des trois pays signataires de l'Aléna pour que celui-ci soit exonéré de droits de douane.

Les Etats-Unis veulent faire passer ce pourcentage à 85%, et que 50% des pièces soient d'origine américaine, une proposition rejetée par le Mexique et le Canada.

La presse canadienne a récemment évoqué la possibilité que les Etats-Unis renoncent à cette demande sur les règles d'origine. Mais cette information n'a pas été confirmée par Washington.

De nombreux points d'achoppement persistent dans les discussions entre les trois pays.

Le quotidien canadien Globe and Mail, citant des sources anonymes, indiquait jeudi que des divergences persistent entre les Etats-Unis et le Canada sur l'accès aux marchés publics américains que Washington souhaite restreindre et sur le système canadien de "gestion de l'offre" dans la production du lait, des oeufs et de la volaille, jugé protectionniste par les Américains.

Le Mexique résisterait de son côté aux demandes des Etats-Unis qui voudraient voir les salaires des travailleurs mexicains de l'automobile augmenter de 3 à 15 dollars de l'heure afin de les rapprocher de ceux payés au Canada et aux Etats-Unis.

Le Canada et le Mexique souhaitent parvenir à un accord de principe sur la modernisation de l'Aléna le plus rapidement possible, d'autant que le président Donald Trump en a fait une condition pour exempter ces deux voisins des taxes sur les importations américaines d'acier et d'aluminium qu'ils comptait leur imposer à partir du 1er mai.

Le calendrier presse alors que le Mexique est déjà en campagne électorale pour la présidentielle du 1er juillet et que les Etats-Unis se préparent aux élections de mi-mandat le 6 novembre.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

"Ne laisser personne de côté "

"Ne laisser personne de côté "
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:28 0:00

L'appel à la prière diffusé vendredi dans toute la Nouvelle-Zélande

L'appel à la prière diffusé vendredi dans toute la Nouvelle-Zélande
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Journée mondiale de l’eau

Journée mondiale de l’eau
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:19 0:00

Accès à l'eau potable : l'Onu dresse le bilan des oubliés

2019 UN World Water day campaign.

Alors que l'eau va se raréfier, la demande pour cette ressource vitale va exploser: comment gérer cette contradiction ? Devant ce défi majeur, L'ONU fait le bilan des laissés pour compte.

Conséquence de la croissance démographique, du développement économique et de l'évolution des modes de consommation, la demande mondiale en eau devrait augmenter de 20 à 30% par rapport au niveau actuel d'ici 2050, constatent ONU-Eau et l'Unesco dans leur rapport annuel sur l'eau. Dans le même temps, le changement climatique risque de compliquer l'accès à l'eau potable avec les sécheresses et les inondations.

L'accès insuffisant à une eau potable de qualité et le manque de services d'assainissement des eaux usées coûtent cher en vie humaine, avec 780.000 décès causés par la dysenterie et le choléra chaque année, bien plus que les victimes de conflits, de séismes et d'épidémie, selon le rapport.

En 2015, environ 844 millions de personnes n'avaient pas accès à un service d'eau potable sûr et seuls 39% de la population mondiale disposait de services d'assainissement sûrs.

"L'accès à l'eau est un droit humain vital pour la dignité de chaque être humain. Pourtant, des milliards de personnes en sont toujours privées", regrette Audrey Azoulay, directrice générale de l'Unesco, dans un communiqué.

L'objectif de développement durable défini par le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), qui prévoit "d'ici à 2030 un accès universel et équitable à l'eau potable, à un coût abordable", pourrait ne pas être atteint.

Les sources de pollution sont les matières fécales, les pesticides ou nitrates issus de l'agriculture, mais aussi les "polluants émergents" comme les résidus de médicaments.

Qui sont les personnes qui souffrent le plus de cette situation? Les situations divergent beaucoup d'une région du monde à l'autre, mais les auteurs ont relevé un point commun: "Les plus démunis sont assujettis le plus à la discrimination", constate le rédacteur en chef du rapport Richard Connor.

- Investir plus -

Le rapport distingue "la situation des pauvres en milieu urbain, des pauvres en milieu rural et les personnes déplacées de force".

"Dans les pays les moins avancés, 62% des citadins vivent dans des bidonvilles et n'ont très souvent pas accès aux services d'eau ou d'assainissement", indique M. Connor. Ces habitants doivent s'approvisionner en eau auprès de vendeurs ambulants et de camions citernes et peuvent payer leur eau "dix fois plus cher" que leurs concitoyens plus riches qui ont l'eau du robinet, selon M. Connor.

Pour autant, "la majorité des personnes ayant accès à des sources d'eau potables non améliorées et qui n'ont pas accès à des services élémentaires d'assainissement vivent dans des zones rurales", précise le rapport. Les infrastructures y sont en effet insuffisantes.

Les femmes sont souvent désavantagées dans l'accès à l'eau. Dans des milieux ruraux, "la charge d'aller chercher de l'eau incombe aux femmes et aux filles de manière disproportionnée", "un travail non rémunéré et non reconnu", souligne le rapport.

Une situation particulière est celle des réfugiés. Fin 2017, 68,5 millions de personnes étaient déplacées de force à cause de conflits ou de persécutions. Ces populations "se heurtent souvent à des obstacles pour accéder aux services élémentaires en approvisionnement en eau et d'assainissement" et "les déplacements de masse exercent une pression sur les ressources et sur les services qui s'y rapportent", ajoute le rapport.

Pour répondre à ces défis, l'ONU n'apporte pas de solutions miracles, mais esquissent quelques pistes. "Les gens fortunés qui payent très peu doivent commencer à payer plus pour que l'accès soit universel", suggère Richard Connor.

Les Etats, mais aussi les acteurs privés, doivent investir massivement dans les infrastructures. Les besoins sont estimés à 114 milliards de dollars annuels, trois fois ce qui est dépensé actuellement, sans prendre en compte les coûts de fonctionnement et d'entretien.

L'une des vedettes de Game of Thrones a un sosie pakistanais

Le co-réalisateur George R.R. Martin dans la première saison de HBO's "Game of Thrones"

Le serveur pakistanais Rozi Khan n'avait jamais entendu parler de la série américaine Game of Thrones, ni d'un de ses principaux personnages Tyrion Lannister, jusqu'à ce que la ressemblance entre les deux hommes lui vale son heure de gloire.

Agé de 25 ans, Rozi Khan ressemble tant à l'acteur Peter Dinklage, qui joue le rôle d'un noble spirituel et audacieux depuis le lancement de la série en 2010, qu'on l'arrête souvent pour une photo ou un selfie.

"Cela ne me dérange pas. Beaucoup de photos de moi ont été prises. C'est pourquoi je suis devenu très connu partout", affirme-t-il.

Khan et Dinklage n'ont pas seulement les mêmes pommettes saillantes, barbe épaisse et cheveux ondulés. Ils font aussi la même taille : environ 1,35 mètre.

Si l'acteur a les yeux bleus quand ceux du serveur sont marrons, si le nez de l'Américain est plus droit et sa peau plus claire, Rozi Khan ne peut plus circuler tranquillement depuis que des photos des deux hommes, le visage côte à côte, ont envahi les réseaux sociaux.

"Où que j'aille, quelqu'un me dit toujours : "Monsieur, qui est l'homme avec vous sur Facebook ? " Je réponds qu'il est mon ami. "Il vous ressemble. Alors je dis qu'il est mon frère", sourit Rozi Khan, vêtu d'un habit et d'un chapeau traditionnels pakistanais.

Game of Thrones a remporté 47 Emmy awards, plus qu'aucune autre série dans l'histoire de la télévision américaine, dont deux pour Peter Dinklage en tant que meilleur second rôle (2015 et 2018).

L'acteur américain de 49 ans, près du double de son sosie pakistanais, a également ravi en 2012 un Golden globe, l'une des principales récompenses de cinéma aux Etats-Unis.

Quand la huitième et dernière saison de la série culte démarrera le 17 avril prochain, Rozi Khan servira vraisemblablement des plats de mouton et des curries d'épinard dans le restaurant où il travaille à Rawalpindi, grande ville voisine de la capitale Islamabad.

"Il y a toujours une foule ici, mais la fréquentation a augmenté à cause de lui", se félicite son patron Malik Aslam Pervez, qui le décrit comme un travailleur acharné.

"Quand il prend un jour de congé ou qu'il est malade, les gens le cherchent et demandent où il se trouve. Ils se mettent en colère. Ils l'aiment", ajoute-t-il.

Les clients ont ainsi l'impression d'être servis par un Tyrion Lannister en chair et en os.

"Quand je le vois, je suis heureux. J'ai l'impression d'avoir rencontré le vrai Lannister", se réjouit Zain Hadri, 20 ans.

Game of Thrones, une série médiévale et fantastique, raconte dans sa première saison l'histoire de familles nobles luttant pour le contrôle du Trône de fer. Tyrion, méprisé par sa famille, est surnommé "singe démoniaque", "le gnome" ou encore "Demi-homme".

Né à Mansehra, dans le nord du Pakistan, Khan voudrait rencontrer Dinklage. "Il a ma taille, dit-il, donc je l'aime beaucoup."

Voir plus

XS
SM
MD
LG