Liens d'accessibilité

Une action militaire contre la Corée du Nord n'est pas le "premier choix", selon Trump


Une combinaison de photos montrant le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, 31 mars 2017, à droite, et son homologue chinois Xi Jinping à Beijing, Chine, 1er décembre 2016.

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi qu'une action militaire contre la Corée du nord n'était pas le "premier choix" de son administration, même s'il ne l'a pas exclue.

Après une conversation téléphonique avec son homologue chinois, Xi Jinping, consacré à la crise sur la péninsule coréenne, M. Trump n'a pas totalement écarté l'idée de frappes militaires.

"Nous allons voir ce qui va se passer", a-t-il dit, tout en laissant entendre que d'autres voies seraient auparavant explorées pour que la Corée du Nord respecte les injonctions de la communauté internationale.

Régler la question nucléaire par le dialogue, dit le président chinois à Trump

Dans le même temps, le président chinois Xi Jinping a, selon l'agence Xinhua, rappelé à son homologue américain Donald Trump la volonté de Pékin de résoudre la question nucléaire nord-coréenne par des négociations en vue d'un règlement pacifique,.

Au cours d'un entretien téléphonique, le président chinois a également affirmé que la Chine restait engagée en faveur d'une dénucléarisation de la Corée du Nord, qui a procédé dimanche à un sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour.

"Xi a dit que la Chine insiste sur la préservation de la non-prolifération nucléaire internationale, le maintien de la paix et de la stabilité sur la péninsule (coréenne) et la résolution de la question nucléaire par des négociations", indique l'agence de presse officielle.

"Le président chinois a affirmé que l'orientation générale devrait être celle d'un règlement pacifique du problème" et ajouté que "le dialogue assorti de mesures globales est la meilleure façon de rechercher une solution de long terme", ajoute Xinhua (Chine nouvelle).

Le président américain a affirmé mercredi qu'une action militaire contre Pyongyang n'était pas le "premier choix". Quelques heures plus tôt, son secrétaire à la Défense Jim Mattis avait toutefois promis que "toute menace contre les Etats-Unis, leurs territoires ou leurs alliés recevraient une réponse militaire, effective et écrasante".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG