Liens d'accessibilité

Le Conseil de sécurité condamne le tir d'un missile nord-coréen au-dessus du Japon

  • VOA Afrique

Lancement d'un missile balistique intercontinental Hwasong-14, ICBM, dans le nord-ouest de la Corée du Nord, testé, selon la Corée du Nord, le 4 juin 2017.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné mardi "fermement" et de manière unanime le tir par la Corée du Nord d'un missile balistique ayant survolé le Japon, dans une déclaration approuvée après trois heures de réunion.

A l'issue de cette session convoquée en urgence à la demande des Etats-Unis et du Japon, l'ambassadeur japonais auprès des Nations unies a laissé entendre qu'une nouvelle résolution prévoyant des sanctions pourrait suivre cette déclaration.

"La prochaine étape commence maintenant. On ne peut en prédire l'issue mais j'espère bien sûr une résolution forte après cette déclaration", a affirmé Koro Bessho.

Dans la matinée, le président américain Donald Trump avait assuré que "toutes les options étaient sur la table". Mais son ton était resté très mesuré par comparaison avec "le feu et la colère" promis récemment à Pyongyang. Son ambassadrice à l'ONU, Nikki Haley, avait réclamé peu après "quelque chose de fort" après le tir nord-coréen, sans préciser ce que cela pourrait être.

Dans sa déclaration mardi, écrite par les Etats-Unis, le Conseil de sécurité "demande à tous les Etats membres d'appliquer strictement et pleinement" les résolutions de l'ONU, dont celles imposant des sanctions économiques à la Corée du Nord.

Autres sanctions possibles

La dernière salve de sanctions décidées par l'ONU remonte au 5 août. Un mois de négociations entre notamment les Etats-Unis et la Chine, premier partenaire économique de la Corée du Nord, avait été nécessaire pour aboutir à une résolution votée à l'unanimité des 15 membres du Conseil.

Les mesures visent à priver la Corée du Nord d'un milliard de dollars de recettes tirées de ses exportations de charbon, de fer, de minerai de fer et de sa pêche.

Selon des sources diplomatiques, l'ONU garde en réserve d'autres possibilités de sanctions, comme le renvoi en Corée du Nord des travailleurs nord-coréens employés à l'étranger ou des mesures touchant au secteur du pétrole.

La Corée du Nord, qui a admis avoir tiré un missile de moyenne portée au-dessus du Japon, a invoqué le droit à l'autodéfense face aux "intentions hostiles" affichées par les Etats-Unis qui participent actuellement à des manoeuvres militaires annuelles avec Séoul.

C'est la première fois que Pyongyang admet avoir envoyé un missile au-dessus du territoire japonais.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG