Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Togo

L’ananas, une petite filière togolaise au futur prometteur

Un champ d'ananas à Ze (Bénin), le 29 septembre 2017.

Dans son Plan national de développement 2018/2022, le Togo a choisi des filières porteuses afin de les rendre plus compétitives. C’est le cas de l’ananas, une filière qui, au vu de ses caractéristiques, a un avenir prometteur.

En 2018, le Togo a produit 30.000 tonnes d’ananas, dont 65% biologiques. L’ananas, loin d’être une grande filière au Togo comme le maïs, dispose d’une chaîne de valeur en développement.

Le Togo parie sur l'ananas pour relancer son industrie agricole
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00


L’une des grandes difficultés à son éclosion demeure la disponibilité du marché. Les producteurs d’ananas biologiques qui n’ont pas de marché à l’extérieur se plaignent, car sur les marchés locaux, les ananas bio s’achètent au même prix que les conventionnels.

Agbadji komla, un producteur d’ananas dans la préfecture de Yoto, au Togo. (VOA/Kayi Lawson)
Agbadji komla, un producteur d’ananas dans la préfecture de Yoto, au Togo. (VOA/Kayi Lawson)

"Nous ne trouvons pas de marchés pour écouler nos produits. Et encore le prix ne varie jamais entre le bio et le conventionnel", se plaint Agbadji Komla, un producteur d’ananas dans la préfecture de Yoto.

Il ajoute que la culture de l’ananas bio est difficile à faire mais demeure peu rentable compte tenu d'une faible demande sur le plan national.

Afin de savoir quel levier manier pour rendre la filière compétitive, une étude a été commanditée sur l’analyse de la chaîne de valeur dans le pays. Cette étude repose sur 4 axes principaux, a fait savoir Gustavo Saldarriaga, chef de mission pour l'étude.

Gustavo Saldarriaga, chef de mission pour l'étude de la filière ananas au Togo. (VOA/Kayi Lawson)
Gustavo Saldarriaga, chef de mission pour l'étude de la filière ananas au Togo. (VOA/Kayi Lawson)

"Le premier c’est l’analyse fonctionnelle qui permet de savoir comment se comporte la filière. Deuxième c’est l’analyse économique qui est orientée à montrer si la filière contribue à la croissance économique du pays. Le troisième, c’est l’analyse sociale et finalement une analyse environnementale, orientée à montrer si la filière est durable du point de vue environnemental", détaille M. Saldarriaga.

De cette étude, il en ressort que l’ananas togolais a un véritable potentiel pour être compétitif. "La caractéristique la plus importante, c’est que la plupart de la production soit 65% est bio. Et les 35% restants, c’est bio par défaut. C’est-à-dire que le futur de la filière ananas au Togo, c’est la production bio et le marché de niche, aussi bien à l’exportation du fruit qu’à la transformation", a fait noter M. Saldarriaga.

Environ 60% des ananas produits au Togo sont exportés, essentiellement vers l’Europe, en frais ou sous forme de produit transformés. Pour s’assurer que les produits à destination de l’Europe répondent aux normes, la délégation de l’Union européenne au Togo appuie la filière.

Bruno Hanses, le chargé d’affaires à la délégation de l’UE, au Togo. (VOA/Kayi Lawson)
Bruno Hanses, le chargé d’affaires à la délégation de l’UE, au Togo. (VOA/Kayi Lawson)


Cet appui, explique Bruno Hanses, le chargé d’affaires à la délégation de l’UE au Togo, vise à structurer la production, la transformation ainsi que l’exportation. "C’est un cadre d’ensemble qui vise surtout à améliorer la régularité et la qualité aussi de la production", a-t-il soutenu. Et de préciser que l’objectif général est de contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois chez les jeunes et chez les femmes.

Pour pouvoir atteindre cet objectif, les producteurs estiment que le plus important est l’investissement. "On doit nous financer et ainsi on aura de l’argent pour changer nos conditions de vie", a laissé entendre le producteur Agbadji Komla.

"Nous attendons des investissements. Des investisseurs qui peuvent nous venir en aide dans les difficultés financières que nous rencontrons dans la production. Plus nous avons des investissements, plus nous allons employer des jeunes et aussi augmenter notre chiffre d’affaires", a renchéri Awli Yébi, producteur d’ananas à Notsè, à environ 100 kilomètres au nord de Lomé.

La chaîne de valeur ananas au Togo contribue à moins 1% au PIB agricole du pays. Mais il est indiqué que le développement récent des activités de conditionnement pour l’exportation et de transformation en produits dérivés a permis de doubler la valeur ajoutée de cette filière.

Toutes les actualités

Des mesures socio-économiques pour limiter la propagation du virus

Des mesures socio-économiques pour limiter la propagation du virus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Les autorités togolaises décrètent état d'urgence sanitaire et couvre-feu

Devanture du CHR (Centre hospitalier régional) Lomé-Commun, réquisitionné pour le traitement des personnes atteintes de Covid-19, Lomé, 31 mars 2020. (VOA/Kayi Lawson)

Le président togolais Faure Gnassingbé a décrété mercredi soir, "l’état d’urgence sanitaire" et un couvre-feu pour éviter la propagation du coronavirus, qui a déjà fait deux morts dans le pays pour 36 cas recensés.

"Face à la gravité de la situation et en conformité avec les dispositions constitutionnelles, je décrète l’état d’urgence sanitaire au Togo pour une période de trois mois", a déclaré M.Gnassingbé dans un message télévisé.

"Cette disposition de notre Constitution, jamais mise en œuvre dans l’histoire récente de notre nation, est la preuve de la gravité de la situation à laquelle nous sommes confrontés", a-t-il indiqué.

"Un couvre-feu sera mis en place à compter du 2 avril 2020 et ce, jusqu’à nouvel ordre entre 19h00 et 6h00 du matin", a-t-il souligné.

Par ailleurs, M. Gnassingbé a annoncé la création d’une unité spéciale anti-pandémie composée de 5.000 agents des forces de défense et de sécurité.

Ces derniers seront déployés sur l’ensemble du pays, pour faire respecter les mesures prises par les autorités.

Le gouvernement entend également prendre des mesures de soutien à la consommation, à la production et à la sauvegarde de l’emploi à hauteur de 400 milliards de francs CFA (609,797 millions d'euros).

"Ce fonds sera alimenté par l’apport du gouvernement, les mobilisations auprès des partenaires internationaux, du secteur privé national et international et de toutes les bonnes volontés", a précisé M. Gnassingbé.

Le gouvernement togolais avait déjà annoncé le 16 mars, une série de mesures strictes de protection dont la suspension pour deux semaines depuis le 20 mars, de toutes les liaisons aériennes, en provenance des pays à haut risque, à savoir l'Italie, la France, l'Espagne et l'Allemagne".

Tout rassemblement de plus de 100 personnes est interdit sur l'ensemble du pays pour un mois et un auto-isolement de 14 jours est obligatoire pour toute personne arrivant au Togo et ayant séjourné dans un pays à haut risque.

Les autorités ont corsé ces mesures le 21 mars en fermant toutes les frontières terrestres, les églises, les mosquées et tous les établissements scolaires et universitaires.

Les funérailles et les enterrements sont limités à 15 personnes et les activités culturelles et sportives de masse sont suspendues. Le port de masques de protection est obligatoire dans les marchés du pays.

Le secteur de la santé est particulièrement fragile au Togo, qui manque de structures hospitalières et de matériel de santé.

Le respect des mesures sanitaires varie chez les Togolais

Entrée du Centre hospitalier régional de Lomé-Commun, réquisitionné pour le traitement des personnes atteintes de Covid-19, Lomé, 31 mars 2020. (VOA/Kayi Lawson)

Le Togo fait partie des 46 pays africains touchés par le nouveau coronavirus, Covid-19. Au 1er avril, le pays a enregistré 36 cas positifs dont 24 actifs, 10 totalement guéris et 2 décès. Le respect des mesures dans le pays varie.

Les dispositions prises par le gouvernement togolais sont relativement respectées, constate-t-on sur place dans le pays. Depuis le 5 mars où le premier cas de Covid-19 a été recensé au Togo, le pays ne cesse de multiplier les mesures pour limiter la propagation du virus.

La fermeture des frontières terrestres et des églises, des mosquées, des écoles et universités, et le bouclage de certaines villes où des cas positifs ont été répertoriés. A part la fermeture des écoles et universités, les autres mesures ne sont que partiellement respectées.

Le président du Mouvement Martin Luther King (MMLK), le pasteur Edoh Komi, dénonce ce qu’il qualifie de l’indifférence de la part de la population togolaise.

"Nous avons atteint le sommet de l’indifférence. En ville un peu partout, les gens ne portent pas les masques. Pas de gants. On se moque même des gens qui portent le gant", a-t-il indiqué. Revenant sur la fermeture des lieux de culte, le pasteur Edoh Komi se désole que ses pairs religieux ne respectent pas les consignes.

"Vendredi, il y a eu une descente pour fermer les mosquées. Ce dimanche, il y a eu encore une descente pour fermer les églises", a-t-il laissé entendre, invitant à plus de prise de conscience.

La circulation interurbaine entre les villes infectées se poursuit, pourtant c’est interdit. Sokodé, située à 340 kilomètres du nord de Lomé, une ville infectée, où des mesures de protection devraient être au maximum.

La Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH) dénonce une certaine négligence au niveau de la prison.

"A la prison civile de Sokodé aucune mesure n’est prise, à l’entrée de la prison, pour protéger les détenus contre d’éventuelles infections venues de l’extérieur. Contrairement à ce qui est mis en place au niveau de la prison civile de Lomé, où les visiteurs sont obligés de mettre les gants, les masques et de laver les mains à l’entrée avant de voir les détenus", relate Me Célestin Agbogan, président de la LTDH.

Durant cette période, le pays tourne au ralenti. Les consignes incitent à privilégier l’utilisation des moyens technologiques au détriment des contacts physiques. C’est dans ce contexte que la Ligue des consommateurs du Togo (LCT) fait une doléance à l’attention des opérateurs de téléphonie mobile.

"Nous demandons d’aller vers la gratuité pour le transfert d’argent via le mobile money. Parce que les gens n’ont pas assez d’argent pour qu’on puisse encore continuer à faire des prélèvements de frais de transfert. Certains opérateurs de téléphonie mobile vendent la data, 300 mégas à 500Fcfa. Nous voulons les inviter à peut-être nous les vendre en augmentant le méga. Au lieu de 300 mégas, qu’on puisse aller vers 600 mégas pour le même prix", explique Emmanuel Sogadji, président de la LCT.

L'association demande également la réduction des frais de communication et le report des échéances de paiement des anciennes factures.

Au vu de la virulence de ce nouveau coronavirus et de l’indifférence observée au niveau de la population, le Mouvement Martin Luther King demande à l’Etat de prendre des mesures fortes.

"Il va falloir qu’on aille vers l’état d’urgence et le couvre-feu. On pouvait rapidement arriver au confinement", a proposé le président de ce mouvement, qui se réclame la voix des sans voix.

Par ailleurs, le pasteur Edoh Komi souhaite la fermeture des marchés.

"Dans les marchés, on voit un attroupement ordinaire comme si de rien n'était. Et là c'est la force qui doit primer. Je crois que c'est le moment de faire descendre les forces de sécurité, les militaires même dans l'arène pour faire respecter les consignes, et il faut quand même que ça soit de manière régulière", a-t-il soutenu.

Des journaux suspendus après une plainte de l'ambassade de France

Des journaux suspendus après une plainte de l'ambassade de France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Les dispositions prises par le gouvernement sont respectées

Les dispositions prises par le gouvernement sont respectées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG