Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

Quatre militaires tués par Boko Haram dans l'Ouest

Des soldats camerounais patrouillent le Lac Tchad le 1er mars 2013.

Le groupe jihadiste Boko Haram a tué quatre militaires de l'armée tchadienne lors d'une attaque menée lundi contre un poste récemment établi sur les rives du lac Tchad (Ouest), a appris l'AFP lundi auprès de l'armée et de l'administration.

"Nous avons tué 13 éléments de Boko Haram et nous déplorons la mort de quatre militaires et trois blessés" après une attaque survenue vers une heure du matin, a déclaré à l'AFP une source militaire. Ce bilan a été confirmé à l'AFP par le gouverneur de la province du lac Tchad, Nouki Charfadine.

Autour du lac Tchad, où se rejoignent le Tchad, le Niger, le Nigeria et le Cameroun, Boko Haram maintient des camps d'entraînement et multiplie enlèvements et attaques.

"Nous avions créé ce poste militaire, entre (la localité de) Ngouboua et (le village de) Bagassoula après l'enlèvement" d'un médecin, d'un infirmier et de leur chauffeur dans cette zone le 31 octobre, a précisé le gouverneur.

Outre ces enlèvements, cinq villageois avaient été tués mi-novembre.

Début septembre, Boko Haram avait tué sept personnes en une semaine, quatre civils et trois militaires, dans cette province.

Le 14 août, une kamikaze de Boko Haram, selon l'armée, avait tué six personnes en faisant exploser sa veste piégée dans la cour d'un chef traditionnel de la province.

Depuis 2015, les pays de la région luttent contre ces jihadistes au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition militaire régionale engagée autour du lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance composés d'habitants.

Toutes les actualités

Entretien: l'artiste Mawndoé et son nouveau projet AU NOM DE L"ART

Entretien: l'artiste Mawndoé et son nouveau projet AU NOM DE L"ART
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Réactions des personnalités politiques au sujet de la déclaration du président Macron

Réactions des personnalités politiques au sujet de la déclaration du président Macron
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Barkhane : les Tchadiens réagissent aux déclarations du président français

Dr Succès Masra, président du parti les transformateurs, 9 décembre 2019. (VOA/André Kodmadjingar).

Le président français Emmanuel Macron a demandé aux chefs d’Etat Africains membres du G5 Sahel de clarifier leur position par rapport au maintien de la force Barkhane déployée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Réactions des personnalités politiques au sujet de la déclaration du président Macron
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00


Le président Emmanuel Macron justifie sa déclaration par le fait qu’une partie de l’opinion de ces pays réclament le départ des troupes françaises.

"Je ne peux, ni ne veux avoir des soldats français sur quelques sols du Sahel que ce soit alors même que l’ambiguïté persiste à l’égard des mouvements antifrançais, parfois portée par des responsables politiques", a déclaré le président français.

Bourkou Louise Ngaradoumri, présidente du parti le Rassemblement pour le Progrès et la Justice sociale, 9 décembre 2019. (VOA/André Kodmadjingar).
Bourkou Louise Ngaradoumri, présidente du parti le Rassemblement pour le Progrès et la Justice sociale, 9 décembre 2019. (VOA/André Kodmadjingar).


Répondant au président français, Bourkou Louise Ngaradoumri, présidente du parti le Rassemblement pour le Progrès et la Justice sociale, membre de la majorité présidentielle, estime que les hommes politiques qui ne veulent pas de la présence des militaires français en Afrique, ne font que dénoncer le comportement des militaires français sur leurs territoires. Elle assimile ces actes à l'expression d'un sentiment patriotique.

Mme Ngaradoumri déclare que le Tchad a tellement investi dans la lutte contre le terrorisme qu’aujourd’hui, son économie est en berne. Ce qui, selon elle, a mécontenté les gens parce que le pays a beaucoup perdu, mais sans rien obtenir en retour.

Ce sont donc ces lacunes-là qui poussent certaines personnes à rejeter la présence des militaires français, ajoute Mme Bourkou. Cette dernière invite les dirigeant africains à régler certains problèmes avec Macron, "parce que ce sont des pays qui sont indépendants et dotés de constitutions".

Le président Macron invite le 16 décembre prochain les 5 chefs d’Etat africains concernés à Paris pour apporter des réponses précises sur cette question. Une condition nécessaire pour le maintien de la force Barkhane dans le Sahel.

Mais selon des sources proches de la direction de la communication de la présidence de la République, le président Déby n’a pas encore donné son accord pour sa participation à cette rencontre.

Demba Karyom, syndicaliste et activiste, 9 décembre 2019. (VOA/André Kodmadjingar).
Demba Karyom, syndicaliste et activiste, 9 décembre 2019. (VOA/André Kodmadjingar).


Pour la syndicaliste et activiste Demba Karyom, Emmanuel Macron fait du chantage aux dirigeants africains. Pour elle, si aujourd’hui, les populations des pays du G5 Sahel sont dans cette situation critique, cela est dû à la France. Demba Karyom a fait observer que depuis l’intervention de la force Barkhane, la pauvreté a augmenté, et les gens se sont plus radicalisés.

Ce revirement de Macron ne se justifie et la France doit plier bagage, a-t-elle insisté. Le Tchad, le Burkina et le Mali, devront constituer des bataillons en terme de milices pour défendre la zone sahélienne, renchérit la syndicaliste.

Pour l’heure, la réalité est que les forces des États du Sahel, mal formées et mal équipées, peinent à faire face aux assauts quotidiens des bandes djihadistes.

Dr Succès Masra, président du parti les transformateurs lance un appel aux Africains : "Je voudrais parler aux peuples africains, de ne pas avoir l’obsession d’autre puissance mais plutôt l’obsession de nous engager nous-mêmes dans nos pays. Il y a des situations pour lesquelles nous pouvons et nous avons le devoir de nous engager".

Il invite les Africains à ne pas chercher à identifier des ennemis et des adversaires extérieures. "Elevons nos capacités d’indignation face à des situations d’injustice. A mon intime conviction, ce dont il est question, c’est d’avoir une intelligence collective en changeant ce qui nécessite d’être changé. Ce qui doit nous amener à être responsable, à ne même pas attendre qu’on nous convoque pour essayer de dire ce que nous pouvons dire", a-t-il conclu.

Aucun commentaire pour le moment au niveau du gouvernement du Tchad, ni du côté du parti au pouvoir. Cependant, le président Déby a réitéré ce week-end à Rome en Italie, au Forum du dialogue méditerranéen, un appel à l’endroit des partenaires pour appuyer plutôt les efforts des pays du G5 que de les orienter dans ce qu’ils doivent faire en matière de sécurité.

"Nous connaissons mieux que quiconque, nos réalités et nos besoins pour agir en conséquence contre les menaces qui pèsent sur notre espace", a-t-il dit.

Promouvoir le vivre-ensemble au Tchad

Promouvoir le vivre-ensemble au Tchad
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Un défenseur des droits de l’homme placé sous mandat de dépôt

Un défenseur des droits de l’homme placé sous mandat de dépôt
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG