Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

59ème anniversaire de l’accession du Tchad à la souveraineté internationale

Dr Succès Masra président du parti les Transformateurs, N’Djamena, Tchad, le 11 août 2019. (VOA/André Kodmadjingar)

Le Tchad célèbrait le 11 août 2019, le 59ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Le défilé militaire a été reporté pour le lundi 12 août à N’Djamena. Mais à quoi ont servi les 59 ans d’indépendance aux Tchadiens. Les avis des acteurs de la vie publique sont partagés.

"Tchadiens, crions notre joie, il est minuit. Je proclame solennellement que le Tchad est indépendant et souverain". C'était la déclaration de François Ngarta Tombalbaye, premier président tchadien, le 11 août 1960.

Une indépendance qui, pour les uns, est un état d’esprit et pour d’autres, une conquête permanente au regard des défis d’aujourd’hui et de l’avenir.

59ème anniversaire de l’indépendance du Tchad
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Avec un regard critique, docteur Succès Masra, président du parti les "Transformateurs" fustige le comportement des régimes qui se sont succédés au pouvoir face à leur responsabilité vis-à-vis de leurs concitoyens.

"Si les pères fondateurs de notre pays n’ont pas pu modeler une république, terre d’opportunité pour tous, reconnaissons ensemble, qu’ils ont fait ce qu’ils pouvaient avec leurs forces et leurs faiblesses", a déclaré Succès Masra​.

"Malheureusement, 59 ans après l’indépendance, environ 4 millions de Tchadiens sont encore victimes de la famine. Ces millions de Tchadiens ne se nourriront pas du nombre de forums ici et là avec les conditions de climat d’affaires au Tchad", a-t-il poursuivi.

"L’indépendance célébrée avec lampes torches c’est pour aboutir à moins d’un Tchadien sur 10 ayant accès à l’électricité, seulement 5% de la population qui ait accès à Internet et 4,5 millions d’enfants sortant du système scolaire avant 15 ans. Et nous les politiques, nous offrons à nos compatriotes le spectacle d’un film, d’une sorte de théâtre mais en fait nous ne sommes responsables de rien quand il s’agit de la vie des Tchadiens", a-t-il conclu.

En 59 ans d’indépendance, le président Déby seul totalise environ 30 ans de pouvoir. Pour Bourkou Louise Ngaradoumri, présidente du parti rassemblement pour le progrès et la justice sociale, membre de la majorité présidentielle, si aujourd’hui le peulpe ne mange pas à sa faim, c’est parce que le président a consacré plus de la moitié de son règne à gérer des conflits sanglants.

"Si ce n’est pas la rébellion qui attire l’attention du gouvernement pour chercher les moyens et aller les combattre, c’est le problème entre éleveurs et agriculteurs", explique Bourkou Louise Ngaradoumri​.

"Donc le Tchad était perturbé par cette violence politique et de conflit de pouvoir. C’est ça qui a affaibli le régime MPS. Aujourd’hui, c’est complété avec la guerre que nous impose la secte Boko Haram. Donc il a fallu investir beaucoup d’argent pour pouvoir stabiliser la situation".

Dobian Assingar, président d'honneur de la ligue tchadienne des droits de l'homme, N’Djamena, Tchad, le 11 août 2019. (VOA/André Kodmadjingar)
Dobian Assingar, président d'honneur de la ligue tchadienne des droits de l'homme, N’Djamena, Tchad, le 11 août 2019. (VOA/André Kodmadjingar)

Pour Dobian Assingar, président d’honneur de la ligue tchadienne des droits de l’Homme, l’indépendance a été octroyée aux Tchadiens par la France qui continue de tirer les ficelles à travers ses ingérences politiques et militaires. Il se rappelle encore de la modification de la constitution en 2005.

"Un constitutionaliste français dont je ne me rappelle pas le nom m’a obligé à changer de constitution", confie-t-il à VOA Afrique. "Où est la souveraineté et où est l’indépendance du Tchad ? On peut dire même que c’est une haute trahison. C’est de l’ingérence tout simplement. Comment le Tchad peut-il maintenant sortir de cette ingérence ?"

Jean-Bernard Padaré, secrétaire national aux affaires juridiques et politiques du parti au pouvoir, N’Djamena, Tchad, le 11 août 2019. (VOA/André Kodmadjingar)
Jean-Bernard Padaré, secrétaire national aux affaires juridiques et politiques du parti au pouvoir, N’Djamena, Tchad, le 11 août 2019. (VOA/André Kodmadjingar)

Pour le secrétaire national aux affaires juridiques et politiques du parti au pouvoir, Jean-Bernard Padaré, la France a demandé à Déby de modifier la constitution simplement pour l’aider à lutter contre Boko Haram dans la sous-région.

La France et certains Tchadiens qui aspirent au changement estiment que le président Déby est un homme de situation qu’il faut maintenir au pouvoir a-t-il dit.

"A l’époque, il a dit cette phrase quand des journalistes français l’accusaient de s’éterniser au pouvoir et il a simplement dit 'Mais écoutez ! Quand j’ai modifié la constitution en 2005, c’est parce que j’ai vu qu’effectivement la nation était en danger. C’est pourquoi j’ai accepté. Quand un ami constate que quelque chose de dangereux peut vous arriver et qu’il suggère d’améliorer cela, vous pensez que c’est une ingérence?'", rappelle Jean-Bernard Padaré​.

Toutes les actualités

La tentative d'interpellation d'un opposant tchadien vire au drame: 2 morts

Le siège du parti UNDR de l’opposant Saleh Kebzabo investi par les éléments du GMIP (groupement mobile d’intervention de la police), le 31 octobre 2020. Le 28 février 2021, une tentative d'interpellation a viré au drame au domicile d'un autre opposant, Yaya Dillo Djerou.

Au moins deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dimanche dans la capitale tchadienne N'Djamena dans des échanges de tirs au cours d'une tentative d'interpellation d'un opposant candidat déclaré à la présidentielle du 11 avril, a annoncé le gouvernement dans un communiqué.

"Il y a eu deux morts et cinq blessés dont trois parmi les forces de l'ordre", lors d'une tentative d'interpeller l'opposant Yaya Dillo Djerou à son domicile, a indiqué Chérif Mahamat Zene, porte-parole du gouvernement.

Pour l'heure, l'identité des victimes n'a pas été confirmée par les autorités. Mais d''après la journaliste Hawa Séméga, les deux victimes sont la mère et le fils de Yaya Dillo Djerou.

"Les forces de défense et de sécurité (...) ayant essuyé des tirs d'armes" venant du domicile de l'opposant, elles "n'ont pas eu d'autres choix que de riposter en légitime défense", a-t-il affirmé.

"Le gouvernement condamne avec la dernière énergie cette rébellion armée au cœur de la capitale, qui n’est qu’une tentative de déstabilisation des institutions de l’État fomentée de longue date", a accusé le porte-parole.

Dans la nuit, Yaya Dillo, un ancien chef rebelle devenu ministre après avoir rallié le président Idriss Déby Itno, a indiqué sur sa page Facebook que sa maison à N'Djamena était encerclée par l'armée et la police.

"Ils viennent de tuer ma mère et plusieurs de mes parents", a-t-il dit quelques minutes plus tard. "Un blindé a enfoncé ma porte principale. La lutte pour la justice doit continuer pour sauver notre pays. (...) Mes chers compatriotes levons nous!", a-t-il ajouté, dans un dernier post publié au lever du jour.

Ces informations n'ont pu être confirmées de source indépendante et les autorités n'ont pour l'heure pas donné suite aux sollicitations de l'AFP. De même, dimanche en milieu d'après-midi, il était impossible de savoir si M. Dillo avait été arrêté.

Internet et les réseaux téléphoniques étaient très perturbés à N'Djamena. Des blindés et militaires quadrillaient les axes menant au domicile de Yaya Dillo, dans le quartier Karkadjiye, dans la commune du 5ème arrondissement, a constaté l'AFP.

M. Dillo est sous le coup de deux mandats d'arrêt, après avoir été visé par une plainte pour diffamation et injures à l'encontre de la Première dame Hinda Déby Itno. Il avait notamment dénoncé une convention signée entre l'épouse du chef de l'Etat et le gouvernement dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de coronavirus.

"Suite à un refus systématique depuis 48 heures de Monsieur Yaya Dillo, appuyé d’un groupe de personnes armées, de répondre à deux mandats judiciaires", celui-ci "a vertement défié l’autorité de l’État en opposant une résistance armée", a justifié le porte-parole du gouvernement.

Sensibilisation à N'Djamena sur l’importance de l’acte de naissance

Sensibilisation à N'Djamena sur l’importance de l’acte de naissance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00

G5 Sahel: "l'heure est à l'action"

G5 Sahel: "l'heure est à l'action"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

35 morts dans des affrontements entre éleveurs et agriculteurs tchadiens

35 morts dans des affrontements entre éleveurs et agriculteurs tchadiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Sahel: le Tchad va envoyer des renforts

Sahel: le Tchad va envoyer des renforts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG