Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Sur le lieu d'une tuerie, le président malien récuse tout "conflit interethnique"

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, examine les dégâts après l'attaque par des hommes armés à Ogossagou, au Mali, le 25 mars 2019.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a récusé toute notion de "conflit interethnique" et promis la confiscation des armes illicites dans le centre du pays ensanglanté par les violences entre communautés, lors d'un déplacement dans un village dogon frappé par une tuerie.

Depuis l'apparition en 2015 dans cette région du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs "groupes d'autodéfense".

"Il n'y a aucune espèce de conflit interethnique dans notre pays", a déclaré le président Keïta, lors de sa visite dans le hameau de Sobane Da, près de Bandiagara, où une attaque dans la soirée du 9 juin a fait 35 morts, dont 24 enfants.

Il a en revanche reconnu "des manipulations et des actes odieux aux fins de déstabiliser le Mali", appelant à un "sursaut salvateur" de tous les Maliens.

Les violences dans le centre du Mali avaient culminé avec le massacre le 23 mars, attribué à des chasseurs dogons, de quelque 160 Peuls, dans le village d'Ogossagou, près de la frontière avec le Burkina Faso.

Lors d'une rencontre avec les habitants, M. Keïta a annoncé le "désarmement de tous ceux qui détiennent illégalement les armes", sous peine de sanctions. Il a mis en garde les jeunes contre la tentation de la vengeance. "N'acceptez pas de vous enrôler dans une milice quelconque", leur a-t-il lancé.

L'attaque n'a pas été revendiquée, mais des habitants ont dit soupçonner des Peuls venus de localités voisines et présumés appartenir à des groupes jihadistes.

Arrivé à bord d'un hélicoptère de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), avec notamment la cardinal Jean Zerbo, archevêque de Bamako, et plusieurs ministres, dont celui de la Défense, M. Keïta s'est aussitôt dirigé vers la fosse commune où les 35 corps ont été inhumés.

Là, Mgr Zerbo a prié pour les victimes, en présence du chef de l'Etat. La population du village se compose essentiellement de catholiques, portant le même nom de famille, "Dara", alors que les Maliens, toutes communautés confondues, sont très majoritairement musulmans.

Enquêteurs de l'ONU sur place

Selon un enseignant de la localité voisine de Sangha, qui assistait à la visite, Moussa Touré, la population a été "bouleversée" par l'attaque des "terroristes". "Mais là où ils ont échoué, c'est qu'il s'attendaient à déclencher une guerre civile", a-t-il dit à l'AFP.

Par ailleurs, la Minusma a annoncé jeudi soir avoir dépêché dans le village "une équipe composée d'enquêteurs de sa division des droits de l'homme et de la protection, mais aussi de la police des Nations unies et de son unité de police technique et scientifique".

Le gouvernement a proclamé mercredi un deuil national de trois jours et révoqué le gouverneur de la région de Mopti (centre), où se concentre l'essentiel des violences dans le pays, le général Sidi Alassane Touré.

Quelques heures auparavant, une nouvelle attaque visant deux villages essentiellement dogons du secteur de Bankass, plus au sud, a fait au moins deux morts et des blessés, selon un élu local et une source de sécurité malienne.

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU mercredi, le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, a jugé que "le cycle infernal de la violence devait être arrêté" afin d'éviter que "chacun ne se fasse justice par lui-même".

Le ministre malien des Affaires étrangères, Tiébilé Dramé, a pour sa part réclamé "une présence accrue" des Casques bleus dans le centre du pays. "Cette présence accrue est la condition du succès du processus politique que nous allons engager dans les prochains jours", a-t-il ajouté, sans autre précision.

Mais il a demandé que ce redéploiement ne se fasse pas "au détriment des régions du Nord" où les opérations militaires, notamment de la force française Barkhane, continuent à se dérouler.

Le nord du Mali était tombé en 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, en grande partie dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, malgré la signature en 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes.

Toutes les actualités

Des milliers de personnes soutiennent l'armée, 20 corps découverts dans le centre

Général Keba Sangaré lors de la revue des troupes, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bamako à l'appel de l'opposition pour soutenir l'armée malienne et réclamé un meilleur équipement militaire au gouvernement, qui a le même jour annoncé la découverte de vingt corps dans le centre du pays.

"Vingt corps, dont certains abandonnés dans des puits, ont été retrouvés" mercredi à la suite d'une fouille de l'armée dans des "campements voisins" du village de Peh, dans le cercle de Bankas (région de Mopti, centre), a indiqué vendredi le gouvernement malien dans un communiqué.

Cette découverte fait suite à une intervention de soldats mercredi dans cette zone à la suite "d'informations faisant état d'attaque" du village de Peh "par des individus non identifiés, habillés en tenue de chasseurs". Ils "ont abandonné les troupeaux volés et se sont repliés" au moment de l'arrivée des soldats, selon le gouvernement qui ne précise pas les circonstances de la mort de ces vingt personnes.

A Bamako, environ 15.000 manifestants selon les organisateurs, "plusieurs milliers" selon la police, ont participé vendredi au rassemblement de soutien de l'armée, ont rapporté des journalistes de l'AFP.

"Non au détournement de nos fonds!", "Vive les FAMA" (forces armées maliennes)", pouvait-on lire sur les banderoles et calicots des manifestants.

"L'armée malienne a été trahie. Nos militaires sont mal équipés. Nous devrions nous battre pour que nos militaires soient à la hauteur. La corruption a empêché d'équiper aussi nos militaires", a déclaré le chef de l'opposition, Soumaïla Cissé.

"On doit combattre la corruption au sein de l'armée. Les militaires et les ministres qui sont à la base de cette corruption doivent être jugés", a dit l'ancien Premier ministre et opposant, Mohamed Aly Bathily.

MM. Cissé et Bathily faisaient allusion notamment à un achat controversé de matériel militaire, dont deux hélicoptères livrés en 2018 à l'armée malienne puis tombés en panne peu après. Une information judiciaire a été ouverte à ce sujet en octobre à Bamako.

Un rassemblement similaire, le 8 novembre dans la capitale, avait réuni des milliers de personnes.

Ces manifestations sont organisées après la perte ces dernières semaines par l'armée malienne d'une centaine de soldats dans les deux attaques djihadistes les plus meurtrières depuis des années.

Ces revers et la dégradation de la situation sécuritaire ont renforcé les interrogations sur la capacité de l'armée à faire pièce aux agissements djihadistes et aux autres violences auxquelles ce vaste pays est en proie depuis 2012 et qui ont fait des milliers de morts, civils et combattants.

Des manifestants ont scandé des slogans antifrançais pour dénoncer, selon eux, "le jeu ambigu" de Paris au Mali où est présente la force française Barkhane, qui mobilise 4.500 militaires français au Sahel.

"Si Paris ne fait rien pour que la crise prenne fin, c'est parce que Paris soutient les rebelles. Si les rebelles sont toujours à Kidal, c'est la faute de Paris", a déclaré à la presse Ouleymatou Diarra, 34 ans, enseignante dans un lycée privé de Bamako.

Kidal, ville du nord-est du Mali sous le contrôle d'ex-rebelles séparatistes touareg, échappe de facto à l'autorité de l'Etat malien.

«Lutter contre une culture n’est pas facile», Salif Keita

«Lutter contre une culture n’est pas facile», Salif Keita
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:13:30 0:00

Sahel: un boom aurifère suscite la convoitise croissante de divers groupes armés

Sahel: un boom aurifère suscite la convoitise croissante de divers groupes armés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00

Lutte contre les groupes terroristes : les FAMa réajustent leur dispositif

IBK à Gao, le 9 novembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Les Maliens sont en colère depuis l'attaque terroriste contre le camp des forces armées maliennes FAMa à indelimane. Une attaque qui a 54 morts côté malien.

Des marches ont été organisées à Bamako et Kati. Sur le théâtre des opérations, les FAMa sont en train de réajuster leurs positions en réunissant les unités isolées.

Situé dans la région de Gao, Indelimane se trouve à 200 km au nord d'Ansongo, sur la route de Ménaka.

Les populations en colère depuis l'attaque d’Indelimane
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00


Basé là-bas depuis 2018, le poste mixte des forces armées maliennes (Fama) a été attaqué le vendredi, 1er novembre 2019. " Face à une attaque, on avait besoin d'une réponse urgente et forte. Sur la sécurisation des camps, sur l'équipement des camps, il n'est pas normal que des soldats soient cantonnés sans eau et sans électricité", souligne Maître Mountaga Tall, membre de l'opposition.

"Nous sommes en guerre. Les comportements doivent changer, les postures doivent changer. Ils guettent et la moindre erreur est exploitée contre nous", a déclaré le président malien IBK, qui s'est rendu à Gao le 7 novembre dernier. Il étyait dans le camp Firhoun des FAMa.

La colère des Maliens

Pour le chef de file d'opposition Souamaïla Cissé, "la responsabilité du président de la République est engagée dans les différentes attaques contre l'armée malienne". Selon lui, IBK "a banalisé la mort des civils et militaires, en caché le nombre réel, est incapable d'avoir une couverture aérienne et le minimum d'équipement pour nos troupes, cela engage la responsabilité du chef suprême des armées".

Certains parents des soldats victimes ont protesté dans la ville garnison de Kati. Comme Traoré Lalya Bah, qui explique : ''Nous savons qu'il y a une trahison, il y a comme une force obscure, mais la vérité va se savoir. Nous sommes révoltés contre Barkhane et la Minusma. Nos enfants, Papas, et frères meurent sans raison".

À Bamako, le boulevard de l'Indépendance a été investit par des jeunes et femmes en soutien aux FAMa, selon Amadou Cissé, un manifestant. Ils sont sortis pour soutenir les FAMa "et dire que trop, c'est trop, nous soutenons nos soldats, parce que nous ne pouvons que compter sur nos forces d'abord".

Changement de stratégie des FAMa

Sur le théâtre des opérations, les FAMa réajustent leur dispositif. C'est ce qui ressort d'un communiqué du chef d'Etat-major général des armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly.

"C'est ainsi que les postes d'Anderaboukane et d'Indelimane ont replié sur Ménaka, ce 9 novembre 2019. Le poste de Labbezanga a replié sur Ansongo", explique Abdoulaye Coulibaly.

"Dans ce choix opérationnel, d'autres unités seront également concernées. Cette décision s'inscrit dans l'exécution d'un nouveau concept d'opération qui vise à mieux adapter la stratégie à la menace des terroristes et autres narcotrafiquants. Il n'est nullement question d'abandonner les populations".

Mali: l'armée dit mener une vaste offensive dans le centre du pays

Mali: l'armée dit mener une vaste offensive dans le centre du pays
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG