Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Rejet du recours du président de la cour suprême

Les avocats défendant le président de la cour suprême Walter Onnoghen devant le Tribunal du code d'éthique à Abuja, Nigeria, le 22 janvier, 2019.

Une cour de justice nigériane a rejeté mercredi le recours intenté par le président de la cour suprême, accusé de fraudes et suspendu de ses fonctions par le président la semaine dernière, à moins de trois semaines de la présidentielle.

Walter Onnoghen, président de la cour suprême, était poursuivi depuis deux semaines par un tribunal du code de conduite, spécialisé pour juger des questions éthiques.

Le chef de l'Etat, Muhammadu Buhari, l'a suspendu sans attendre son audition, provoquant la colère de l'opposition et du monde de la justice, qui ont dénoncé une dérive autoritaire et un "coup d'Etat contre l'appareil judiciaire".

M. Onnoghen avait intenté un recours devant la cour d'appel d'Abuja pour tenter d'annuler son procès par le tribunal du code de conduite, mais sa demande a été rejetée mercredi à l'unanimité.

Il est accusé d'avoir dissimulé des comptes en devises étrangères, mais les détracteurs du chef de l'Etat voient dans ces accusations et cette suspension une chasse aux sorcières menées contre les opposants du parti au pouvoir.

Les élections de février s'annoncent très disputées entre le président sortant, candidat du Congrès des progressistes (APC), et le principal mouvement de l'opposition, le Parti populaire démocratique, représenté par Atiku Abubakar, un ancien vice-président.

Le juge de la cour suprême a autorité de départager les candidats en cas de litiges et d'accusation de fraudes par l'un ou l'autre des partis.

Avec AFP

Toutes les actualités

Un réseau de 80 arnaqueurs sévissant sur des sites de rencontre démantelé

Un réseau de 80 arnaqueurs sévissant sur des sites de rencontre démantelé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Investiture du nouveau gouvernement Buhari

Investiture du nouveau gouvernement Buhari
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Buhari présente officiellement un nouveau gouvernement qui ressemble au précédent

Le président nigérian Muhammadu Buhari salue à descente d’avion, de retour des vacances du Royaume-Uni, à Abuja, Nigeria, 18 août 2018. (Twitter/Bashir Ahmad)

Le président nigérian Muhammadu Buhari, réélu en février, a officiellement présenté mercredi son nouveau gouvernement, qui voit ses principaux ministres conserver leurs portefeuilles.

Fort de 43 membres, le gouvernement a été présenté lors d'une cérémonie à la résidence présidentielle d'Abuja, presque trois mois après la prestation de serment du chef de l'Etat pour un nouveau mandat de quatre ans.

Les portefeuilles des Affaires étrangères (Geoffrey Onyeama), des Finances (Zanaib Ahmed), des Transports (Rotimi Amaechi) et du Logement (Babatunde Fasholane) ne changent pas de titulaires

Muhammadu Buhari, 76 ans, a décidé de continuer à s'attribuer le ministère stratégique du Pétrole, avec comme vice-ministre Timipre Silva, ancien gouverneur de l'Etat riche en pétrole de Bayelsa (Sud).

Le président Buhari a été vivement critiqué ces dernières semaines par les commentateurs politiques, qui ont regretté que 14 des ministres choisis appartenaient déjà au précédent gouvernement (2015-2019), ne laissant ainsi présager aucune réforme de fond ou changement de cap

Et les autres sont dans leur quasi-totalité des anciens de la scène politique nigériane, issus du parti présidentiel, le Congrès de tous les progressistes (APC).

Le clientélisme est une des composantes essentielles de la politique nigériane depuis la fin de la colonisation britannique, souvent aux dépens du développement du pays et de la lutte anti-corruption.

Il n'y a que sept femmes dans le gouvernement, dans un pays qui détient déjà le record de la plus faible représentation des femmes au Parlement pour toute l'Afrique subsaharienne, selon un rapport de l'ONG américaine International Republican Institute (IRI) de 2019.

Réseaux sociaux et médias ont aussi dénoncé la moyenne d'âge des ministres, 60 ans, dans un pays jeune où l'âge médian est de 18 ans.

Le Nigeria, un pays de 190 millions d'habitants gangrené par la corruption et à l'économie fragile malgré une production de deux millions de barils de pétrole par jour, est l'objet de nombreux défis sécuritaires, dont l'insurrection meurtrière des islamistes de Boko Haram.

"Notre pays continue d'être confronté à d'âpres difficultés mais nous sommes prêts à y faire face", a assuré Muhammadu Buhari lors d'un discours retransmis à la télévision.

Le ministre des Finances Zanaib Ahmed a précisé à l'AFP qu'accroître les revenus de l'Etat sera l'une des priorités du gouvernement.

"Le gouvernement tout entier se vouera à améliorer nos revenus", a-t-il expliqué.

Le retour-surprise vendredi de Sheikh Ibrahim El Zakzaki, chef du mouvement shiite du pays

Le retour-surprise vendredi de Sheikh Ibrahim El Zakzaki, chef du mouvement shiite du pays
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

La science-fiction fait son entrée à Nollywood

La science-fiction fait son entrée à Nollywood
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG