Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Procès imminent contre un ancien candidat à la présidentielle de 2016

André Okombi Salissa, un des candidats malheureux à la présidentielle de 2016 au Congo, sur une photo publiée sur sa page Facebook le 10 septembre 2016. (Facebook/ André Okombi Salissa)

Le procès d'André Okombi Salissa, un des candidats malheureux à la présidentielle de 2016 au Congo, accusé notamment d'atteinte à la sécurité intérieure de l'État, est imminent, a annoncé vendredi son avocat

"Il y a eu audience aujourd'hui (vendredi) devant la chambre d'accusation près la Cour d'appel. Cette dernière a pris une ordonnance et a renvoyé mon client devant la Cour criminelle" de Brazzaville qui est en pleine session, a déclaré Me Yvon Éric Ibouanga.

"Au regard de la célérité de son dossier, son procès est imminent", a-t-il ajouté.

L'opposant André Okombi Salissa, 56 ans, a été candidat malheureux à la présidentielle contestée de 2016 remportée par le président Denis Sassou Nguesso, 75 ans, qui cumule 34 ans à la tête du Congo.

Il a vécu dans la clandestinité au lendemain de ce scrutin avant d'être arrêté le 10 janvier 2017.

"Il est toujours gardé à la Direction générale de surveillance du territoire (DGST)", a précisé M. Ibouanga.

M. Okombi Salissa est accusé d'atteinte à la sécurité intérieure de l'État, détention illégale d'armes et munitions de guerre.

Natif de Lékana, dans les Plateaux (centre), M. Okombi Salissa a été ministre du président Sassou Nguesso de façon ininterrompue entre 1997 et 2012.

Il a viré à l'opposition à l'approche de la dernière présidentielle de 2016.

Un autre ancien candidat malheureux à cette présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, 71 ans, a été jugé et condamné en mai dernier à 20 ans d'emprisonnement ferme également pour atteinte à la sécurité intérieure de l'État.

Dans la même période, le général Norbert Dabira, 67 ans, ancien inspecteur des Forces armées congolaises (FAC) a été jugé et condamné à 5 ans d'emprisonnement ferme pour avoir voulu renverser le régime de Brazzaville.

Toutes les actualités

Le gouvernement congolais agrée un parti proche du général Mokoko

Anatole Limbongo Ngoka, président du PARADIS, un proche du général Mokoko, le 21 juin 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Au Congo-Brazzaville, un compagnon du général Jean Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle de 2016, et jusqu'ici en prison, Anatole Limbongo Ngoka a obtenu l'autorisation des autorités pour créer un nouveau parti politique, le Paradis.

Anatole Limbongo Ngoka, qui a également fait la prison, estime ainsi poursuivre le combat de Jean Marie Michel Mokoko et n'hésitera pas de se lancer dans la course de la présidentielle en 2021.

L'homme politique a été le coordonnateur national des comités de soutien du général Mokoko pendant la campagne présidentielle de 2016. Après avoir passé 30 mois en prison, à la suite de cette élection, il a créé son parti, le Paradis, pour poursuivre les idéaux de l'officier général, condamné à 20 ans de réclusions.

Le Paradis, nouveau parti politique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Le parti d'Anatole Limbongo Ngoka a été agréé par le gouvernement. Le compagnon du général Mokoko a ensuite écrit au chef de file de l'opposition, Pascal Tsaty Mabiala, pour lui annoncer l'existence de ce parti qui ne cache pas ses ambitions pour la présidentielle de 2021.

"Si le général Mokoko restait en prison jusqu'à cette date, alors nous serions candidat, pour libérer le général et le Congo tout entier", a indiqué Limbongo Ngoka, qui estime toujours que Denis Sassou Nguesso reste un président de fait qui n'a pas gagné les élections de 2016.

Une dizaine de compagnons du candidat malheureux Jean Marie Michel Mokoko ont été libérés en octobre 2018, Limbongo Ngoka est le seul qui s'affiche politiquement aujourd'hui.

Le Paradis, nouveau parti politique

Le Paradis, nouveau parti politique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Des étudiants congolais rapatriés de Cuba

Des étudiants congolais rapatriés de Cuba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Les huissiers d'Afrique et d'Europe réunis à Brazzaville

Les huissiers d'Afrique et d'Europe réunis à Brazzaville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Brazzaville défend les accords signés avec Moscou

Brazzaville défend les accords signés avec Moscou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG