Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Pas de procès Mokoko et Okombi à la session criminelle de Brazzaville


Ce matin au Palais de justice de Brazzaville où est jugé le général Mokoko. (Ngouela Ngoussou/VOA)

Au Congo-Brazzaville, la session criminelle qui s’est ouverte la semaine dernière ne s’occupe pas de deux affaires emblématiques : les cas du général Jean Marie Michel Mokoko et le ministre André Okombi Salissa, pourtant tant attendus dans le pays. Leurs avocats appellent simplement à leur libération et les juristes demandent le respect du pouvoir judiciaire.

La session criminelle s’est ouverte à Brazzaville, avec une centaine d’affaires. Mais rien sur les gros dossiers politiques, notamment les procès de Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa, deux anciens candidats à la présidentielle de 2016.

Reportage de Ngouela Ngoussou, correspondant à Brazzaville pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:49 0:00

Encore moins sur le pasteur Ntumi, chef de la milice ninjas dans le Pool, sur lequel pèse toujours un mandat d’arrêt et la charge d’atteinte à la sureté de l’Etat.​

>> Lire aussi : Le général Mokoko refuse de répondre à la convocation d'un juge au Congo-Brazzavile

Clément Mierassa a milité aux côté du général Mokoko.

Clément Mierassa, soutien du général Mokoko dénonce une justice aux ordres, à Brazzaville, le 3 avril 2018. (VOA/Ngouela Ngoussou)
Clément Mierassa, soutien du général Mokoko dénonce une justice aux ordres, à Brazzaville, le 3 avril 2018. (VOA/Ngouela Ngoussou)

​"Nous avons suivi la cassette de Tony Moudilou qui dit que Mokoko n’est pas concerné par cette affaire de coup d’Etat après qu’il ait annoncé sa candidature, mais il serait concerné par l’affaire d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, puisque les Congolais découvrent que c’est le gros crime, alors qu’il y a de vraies situations de crimes et de vols qui ne préoccupent nullement", indique-t-il.

Maitre Yvon Eric Ibouanga, avocat dans les deux affaires politiques, dit ne pas être surpris par l’absence de ces dossiers.

Me Yvon Eric Ibouanga, avocat de Mokoko et Okombi Salissa, appelle à leur libération, à Brazzaville, le 3 avril 2018. (VOA/Ngouela Ngoussou)
Me Yvon Eric Ibouanga, avocat de Mokoko et Okombi Salissa, appelle à leur libération, à Brazzaville, le 3 avril 2018. (VOA/Ngouela Ngoussou)

​"Ces dossiers sont totalement vides, il n’y a pas un seul dossier qui soit en l’état d’être présenté en session criminelle. Il y a plus d’une année le général Jean Marie Michel Mokoko et l’ancien ministre André Okombi Salissa sont en détention préventive, en violation de la loi. Ces dossiers défraient la chronique, ils devraient donc passer en premier lieu. Ils doivent simplement être libérés", demande-t-il.

>> Lire aussi : Un officier proche de Sassou Nguesso interpellé à Brazzaville

Le juriste Christian Bouanga, à Brazzaville, le 3 avril 2018. (VOA/Ngouela Ngoussou)
Le juriste Christian Bouanga, à Brazzaville, le 3 avril 2018. (VOA/Ngouela Ngoussou)

​Pour Christian Bouanga, juriste proche du gouvernement, la justice fait correctement son travail, et le politique ne devrait pas influencer le pouvoir judiciaire.

"L’exécutif a émis un vœu, puisqu’il monte au niveau de la population une certaine grogne sur la longue attente de ces procès. C’est pourquoi le chef de l’Etat a émis le vœu que ces questions soient examinées en cette période. Mais le politique n’influence pas le judiciaire. Il faut attendre", exhorte-t-il.

La session criminelle va durer un mois, et il n’est pas exclu, d’après les magistrats, que les affaires politiques y arrivent avant la clôture.

Ngouela Ngoussou, correspondant à Brazzaville

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG