Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Poutine espère un "point final" à l'affaire Skripal


Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre Dmitri Medvedev, près du mur du Kremlin, à Moscou, en Russie, le 23 février 2018.

Le président russe Vladimir Poutine a dit espérer mardi que la réunion de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), prévue mercredi, pourra mettre un "point final" à l'enquête sur l'empoisonnement d'un ex-espion russe au Royaume-Uni, imputé par Londres à Moscou.

"Cela suscite de l'étonnement, la vitesse avec laquelle une campagne antirusse a été lancée" après cet empoisonnement, a déclaré M. Poutine lors d'une visite à Ankara. "Demain, nous convoquons une réunion de l'OIAC pour étudier cette situation de la manière la plus détaillée possible (…). J'espère que cela permettra de mettre le point final", a-t-il ajouté.

"Selon des experts internationaux, de telles substances neuroparalytiques peuvent être fabriquées dans une vingtaine de pays du monde", a assuré M. Poutine.

>> Lire aussi : Poutine en Turquie pour parler nucléaire et Syrie avec Erdogan

"Nous avons l'intérêt à une enquête complète et à ce que la Russie soit autorisée à participer à cette enquête", a-t-il insisté.

L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients le 4 mars sur un banc à Salisbury, les autorités britanniques affirmant qu'ils étaient victimes d'un empoisonnement à un agent neuroparalytique de fabrication russe selon Londres. Ces accusations ont cependant été démenties avec véhémence par Moscou.

En raison de cet empoisonnement, le Royaume-Uni et ses alliés, notamment de l'Union européenne et de l'Otan, ont annoncé plus de 150 expulsions de diplomates russes de leurs territoires.

Les Etats-Unis mènent ce mouvement, Donald Trump ayant validé depuis l'appel du 20 mars l'expulsion de 60 "espions" russes, la plus importante expulsion de diplomates russes en poste aux États-Unis.

>> Lire aussi : Moscou lance ses représailles contre les Occidentaux dans le cadre de l'affaire Skripal

La Russie, qui nie toute responsabilité dans cet empoisonnement et dénonce "une provocation" et "une campagne antirusse", a riposté par des mesures identiques envers un nombre équivalent de diplomates de ces Etats.

Bien que la Turquie soit membre de l'Otan, elle s'est tenue à l'écart de ces expulsions coordonnées, le président turc Recep Tayyip Erdogan déclarant qu'il refusait d'agir contre la Russie "sur la base d'une allégation".

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG