Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Washington et les Occidentaux expulsent plus de 110 diplomates russes

L'ambassade de la Fédération de Russie à Paris, le 14 février 2017.

Les Etats-Unis ont annoncé "la plus importante expulsion" d'"espions" russes de l'Histoire, dans le cadre de représailles coordonnées du camp occidental qui replongent le monde au temps de la Guerre froide, après l'empoisonnement d'un ex-agent russe au Royaume-Uni, attribué par Londres à Moscou.

L'Australie s'est jointe mardi au mouvement, en annonçant l'expulsion de deux diplomates russes, portant à au moins 116 le nombre de diplomates russes qui doivent être expulsés dans 23 pays, dont 16 de l'Union européenne.

Moscou, qui nie être à l'origine de l'empoisonnement à l'agent innervant de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury (sud de l'Angleterre), a immédiatement dénoncé un "geste provocateur" et promis de riposter à son tour. "La Russie n'a jamais eu et n'a rien à voir avec cette affaire", a répété le Kremlin.

>> Lire aussi : Les Etats-Unis expulsent 60 "espions" russes dans l'affaire Skripal

Washington mène, et de loin, le mouvement, avec l'expulsion de 60 diplomates russes considérés comme des "agents de renseignement" (48 dans diverses missions aux Etats-Unis, et 12 à la mission russe auprès de l'ONU) et la fermeture du consulat de Russie à Seattle, sur la côte Ouest, en raison de la proximité de la plus grosse base de sous-marins nucléaires américains.

Il s'agit de la manifestation de "solidarité" américaine la plus marquée avec Londres depuis l'empoisonnement attribué par Londres à la Russie, et ce malgré les réticences persistantes du président Donald Trump, qui ne s'est pas exprimé sur le sujet, à critiquer frontalement son homologue russe Vladimir Poutine.

Déplorant un "grave coup à la fois quantitatif et qualitatif" à la présence russe aux Etats-Unis, l'ambassadeur de Russie Anatoli Antonov a estimé sur le site d'information public Sputnik que Washington avait "réduit à néant le peu qu'il restait encore des relations russo-américaines".

D'autres expulsions possibles

"Les Etats-Unis sont prêts à coopérer pour bâtir une meilleure relation avec la Russie, mais cela ne peut se produire que si le gouvernement russe change d'attitude", a commenté la Maison Blanche.

Très offensive, l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Nikki Haley, a elle affirmé qu'à New York, "la Russie utilise les Nations unies comme un refuge pour des activités dangereuses à l'intérieur de nos propres frontières".

Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a estimé que l'attaque de Salisbury participait d'un "schéma de comportement dangereux et délibéré de l'Etat russe qui constitue une menace croissante pour la sécurité internationale".

>> Lire aussi : L'Europe appuie Londres et rappelle son ambassadeur en Russie dans l'affaire Skripal

Le président du Conseil européen Donald Tusk a prévenu que "de nouvelles expulsions" n'étaient "pas exclues" après cette opération "concertée".

"Pour la première fois depuis la Deuxième guerre mondiale, une arme chimique a été employée en Europe", a souligné le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas.

La France, l'Allemagne et la Pologne ont demandé chacune à quatre diplomates russes de partir, suivies notamment par les pays baltes, la Hongrie ou encore l'Espagne. L'Ukraine, en guerre avec des séparatistes pro-russes depuis 2014, en a chassé 13, et plusieurs autres pays, membres de l'Otan pour la plupart, en ont déclaré d'autres persona non grata.

L'Islande a de son côté annoncé, à l'instar de Londres, un boycott diplomatique de la Coupe du monde de football en Russie en juin-juillet.

"Réponse extraordinaire"

Le Royaume-Uni, qui avait déjà expulsé 23 diplomates russes, a salué la "réponse extraordinaire" de ses alliés. Cela "constitue le plus grand mouvement d'expulsion d'agents russes de l'histoire", s'est réjoui le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson, tandis que la Première ministre Theresa May a estimé que la Russie était ainsi avertie qu'elle ne peut plus "bafouer le droit international".

Le président américain s'était jusque-là montré moins catégorique. Son appel à Vladimir Poutine pour le féliciter de sa réélection, la semaine dernière, a même été critiqué aux Etats-Unis car Donald Trump avait évité ce sujet délicat, préférant évoquer une possible rencontre pour désamorcer des tensions sans précédent depuis la Guerre froide.

"Bien s'entendre avec la Russie (et d'autres) est une bonne chose, pas une mauvaise chose", avait déclaré M. Trump, dont la promesse de rapprochement avec Moscou s'est heurtée depuis son arrivée à la Maison Blanche début 2017 à l'enquête sur des soupçons de collusion entre son équipe de campagne et le Kremlin avant son élection en 2016.

Mais les élus du Congrès des deux bords, qui réclament un durcissement de ton, semblent avoir eu raison de ses réticences.

"Nous prenons ces mesures pour démontrer notre solidarité indéfectible avec le Royaume-Uni, et pour imposer à la Russie de sérieuses conséquences pour ses violations continuelles des normes internationales", a expliqué le département d'Etat américain.

L'annonce a été "applaudie" par un ex-ambassadeur américain à Moscou sous la présidence du démocrate Barack Obama, Michael McFaul.

Pour Michael Carpenter, du centre de réflexion Atlantic Council, il s'agit d'un "message fort", "décuplé" par la "coordination entre les deux rives de l'Atlantique", mais "symbolique" car la Russie va répliquer du tac au tac.

L'administration Obama avait expulsé 35 agents russes fin 2016 pour punir Moscou de son ingérence présumée dans l'élection présidentielle américaine, démentie par Moscou.

Dans un premier temps, le président russe Vladimir Poutine avait choisi de ne pas riposter, laissant sa chance au nouveau président américain. Mais devant l'absence d'embellie dans les relations, la guerre des sanctions avait été relancée à l'été 2017.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Donald Trump veut sévir contre les "dépassements de visa"

Donald Trump veut sévir contre les "dépassements de visa"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

L'EI a revendiqué les attentats qui ont tué plus de 320 personnes au Sri Lanka

L'EI a revendiqué les attentats qui ont tué plus de 320 personnes au Sri Lanka
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Le groupe État islamique revendique les attentats de Pâques au Sri Lanka

Enterrement d'une victime des attentats-suicides dans un cimetière près de l'église Saint-Sébastien à Negombo, au Sri Lanka, le 23 avril 2019.

Le groupe jihadiste État islamique (EI) a revendiqué mardi les attaques suicides contre des églises et hôtels de luxe qui ont fait plus de 320 morts et 500 blessés le dimanche de Pâques au Sri Lanka, attentats parmi les plus meurtriers depuis le 11 septembre 2001.

"Les auteurs des attaques ayant visé des ressortissants des pays de la Coalition (anti-EI) et les chrétiens au Sri Lanka avant-hier sont des combattants de l'EI", a annoncé l'organisation jihadiste sur son agence de propagande Amaq.

Des kamikazes ont provoqué un carnage le dimanche de Pâques dans trois hôtels de luxe et trois églises, en pleine messe, à Colombo et ailleurs dans le pays. Les autorités ont attribué le bain de sang au mouvement islamiste local National Thowheeth Jama'ath (NTJ), qui ne l'a pas revendiqué, et cherchent à savoir s'il a bénéficié d'un soutien logistique international.

Les éléments de l'enquête dont l'AFP a eu connaissance mardi permettent d'éclaircir la chronologie et les circonstances de ces Pâques sanglantes.

Sur les huit explosions de bombes au total ce jour-là, les six premières, en début de matinée, sont des attentats suicides contre trois églises et trois hôtels de luxe, le Cinnamon Grand Hotel, le Shangri-La et le Kingsbury. Deux explosions ultérieures, survenues en début d'après-midi à Colombo, sont le fait de suspects qui se sont donné la mort pour échapper à l'arrestation.

Deux frères sri-lankais musulmans, figurant parmi les kamikazes, ont joué un rôle-clé dans ce déchaînement de violence, au cours duquel un autre attentat suicide a échoué dans un quatrième hôtel de luxe à Colombo, ont révélé mardi des sources proches de l'enquête.

Selon les policiers, ces deux frères, d'une vingtaine d'années et dont les noms n'ont pas été révélés, opéraient une "cellule terroriste" familiale et jouaient un rôle-clé au sein du NTJ. Les enquêteurs ignorent toutefois encore si les attaques sont le fait de cette seule "cellule", ou d'équipes séparées mais coordonnées.

Un quatrième hôtel de luxe de la capitale sri-lankaise, adjacent aux trois frappés, figurait sur la liste des objectifs du dimanche de Pâques. Pour une raison inconnue, le sac à dos rempli d'explosifs du kamikaze chargé de cette cible n'a pas explosé et il a pris la fuite, ont indiqué des sources policières à l'AFP.

Cerné par les forces de l'ordre quelques heures plus tard dans la banlieue sud de Dehiwala, le suspect s'est alors fait exploser, causant la mort de deux passants. À peu près au même moment, dans le nord de la ville, à Orugodawatta, la femme d'un des frères kamikazes a actionné des explosifs lorsque les forces de l'ordre sont arrivées à leur résidence familiale, tuant avec elle-même ses deux enfants et trois policiers.

- Larmes et deuil -

Le Sri Lanka a rendu mardi un hommage poignant aux 321 morts des attentats, selon un nouveau bilan. Parmi les tués figurent au moins 39 étrangers - dont une personne de nationalité française, selon Colombo - et 45 enfants et adolescents.

L'île de 21 millions d'habitants est restée silencieuse durant trois minutes à 08H30 locales (03H00 GMT), heure de la première explosion d'un kamikaze deux jours auparavant, à l'église catholique Saint-Antoine de Colombo.

Des Sri-Lankais laissaient libre cours à leur douleur mardi lors de messes en hommage aux morts de ces attentats, les pires violences qu'ait connu le pays depuis, il y a dix ans, la fin de la guerre civile entre la majorité cinghalaise et la rébellion indépendantiste tamoule.

Anéantis, des proches de victimes s'effondraient dans les bras de leurs voisins.

"Nous n'avons pas ressenti une telle tristesse depuis la guerre", a assuré Rashmi Fernando, une femme de 36 ans, qui participait à l'une de ces cérémonies.

Le gouvernement a décrété une journée de deuil national. Les magasins vendant de l'alcool sont fermés, les drapeaux sont en berne et les radios et télévisions doivent adapter leur programmation musicale.

À l'église Saint-Antoine, des dizaines de personnes ont prié en silence, des bougies à la main, certaines retenant à grand peine leurs larmes. À l'issue des trois minutes de silence, la foule a entamé une prière à voix haute.

À une trentaine de kilomètres plus au nord, dans la localité de Negombo, une messe commémorative a eu lieu à l'église Saint-Sébastien, autre lieu d'un attentat suicide. Des cercueils étaient portés à tour de rôle sur des tables, devant des proches secoués de sanglots.

"Il y a tant de corps que nous ne pouvons pas les présenter tous en même temps", a expliqué à l'AFP Anthony Jayakody, évêque auxiliaire de Colombo qui célébrait la messe.

- Rivalités au sommet de l'État -

Les premiers éléments de l'enquête montrent que ces attentats ont été commis en représailles au récent massacre des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande (50 morts), a annoncé mardi le vice-ministre sri-lankais de la Défense Ruwan Wijewardene.

L'organisation NTJ avait fait il y a dix jours l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle elle préparait des attentats suicides contre des églises et l'ambassade d'Inde à Colombo.

D'après le porte-parole du gouvernement, cette alerte n'avait pas été transmise au Premier ministre Ranil Wickremesinghe ou à d'autres ministres de haut rang. Un élément qui pourrait relancer la crise au sommet de l'État sri-lankais.

La police est en effet de la juridiction du président Maithripala Sirisena, en conflit ouvert avec son chef de gouvernement. Il l'avait limogé à l'automne mais avait été forcé de le réinvestir après sept semaines de chaos politique. Les deux têtes de l'exécutif se vouent une animosité réciproque.

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, un pays majoritairement bouddhiste (70%) qui compte aussi 12% d'hindous et 10% de musulmans.

Les ambassades étrangères au Sri Lanka ont recommandé à leurs ressortissants d'éviter tout déplacement non impératif. Les États-Unis ont, dans leurs conseils aux voyageurs, évoqué la possibilité de nouvelles attaques.

De nouvelles pressions sur Téhéran

De nouvelles pressions sur Téhéran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00

Le Sri Lanka traque les responsables des attentats

Le Sri Lanka traque les responsables des attentats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:30 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG