Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Les Etats-Unis expulsent 60 "espions" russes dans l'affaire Skripal

L'ambassade russe à Londres, le 12 mars 2018.

Les Etats-Unis ont annoncé lundi l'expulsion de 60 "espions" russes dans le cadre d'une action coordonnée entre pays occidentaux pour répondre à l'empoisonnement au gaz innervant d'un ex-agent russe et de sa fille en Grande Bretagne dont ils accusent Moscou.

Un haut responsable de l'administration américaine a indiqué que 48 "agents de renseignement connus" du consulat de Russie à Seattle (nord-ouest des Etats-Unis) et 12 de plus à la mission russe de l'ONU ont sept jours pour quitter les Etats-Unis.

"Les Etats-Unis sont prêts à coopérer pour bâtir une meilleure relation avec la Russie, mais cela ne peut que se produire si le gouvernement russe change d'attitude", souligne un communiqué de presse de la Maison Blanche.

La Maison Blanche a aussi annoncé la fermeture du consulat de Seattle citant la proximité d'une base de sous-marin et d'une grande partie des installations industrielles de Boeing.

Le Canada a également expulsé quatre diplomates russes. Le gouvernement canadien a par ailleurs rejeté trois demandes de personnel diplomatique supplémentaires présentées par le gouvernement russe, a dit Mme Freeland dans un communiqué.

14 pays de l'UE ont décidé d'expulser des diplomates russes ​

Quatorze pays de l'Union européenne ont décidé d'expulser des diplomates russes à la suite de l'empoisonnement en Grande-Bretagne de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, a annoncé le président du Conseil européen Donald Tusk.

"De manière concertée, 14 pays de l'UE ont décidé d'expulser des diplomates russes", a déclaré M. Tusk, de Varna, en Bulgarie, où il doit participer à une réunion des dirigeants de l'UE avec le président turc Recip Tayyip Erdogan. "Des mesures supplémentaires, incluant de nouvelles expulsions, ne sont pas exclues dans les prochains jours et (les prochaines) semaines", a ajouté M. Tusk.

L'Allemagne

L'Allemagne a expulsé quatre diplomates russes à la suite de l'empoisonnement en Grande-Bretagne de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères allemand.

"Nous avons expulsé aujourd'hui quatre diplomates russes. Car la Russie n'a toujours pas contribué à éclaircir l'empoisonnement de Salisbury", a indiqué le ministère sur son compte twitter, confirmant des informations de médias allemands.

La France

La France a annoncé l'expulsion de quatre diplomates russes, en solidarité avec la Grande-Bretage après l'empoisonnement d'un ex-espion Serguei Skripal, dans le cadre d'une initiative commune avec d'autres pays européens et les Etats-Unis.

"Nous avons notifié aujourd'hui aux autorités russes notre décision d'expulser du territoire français quatre personnels russes sous statut diplomatique, dans un délai d'une semaine", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian dans un communiqué.

L'Italie

L'Italie a décidé d'expulser deux diplomates russes.

"A la suite des conclusions adoptées lors du Conseil européen des 23 et 24 mars, en signe de solidarité avec le Royaume-Uni (...) le ministère des Affaires étrangères a notifié aujourd'hui la décision d'expulser du territoire italien d'ici une semaine deux fonctionnaires de l'ambassade de la Fédération russe", indique un communiqué officiel.

Le Danemark

Le Danemark a annoncé l'expulsion de deux diplomates russes.

"Notre solidarité envers la Grande-Bretagne est univoque", a indiqué lors d'une conférence de presse Anders Samuelsen, ministre des Affaires étrangères du pays nordique, le seul de la région membre à la fois de l'Union européenne et de l'Otan.​

>> Lire aussi : Poutine estime qu'accuser la Russie est "du grand n'importe quoi" dans l'affaire Skripal

La Pologne et la Lituanie

La Pologne et la Lituanie ont annoncé l’expulsion de diplomates russes.

La Pologne a déclaré persona non grata quatre diplomates russes, alors que la Lituanie en fait partir trois. "La date du départ de Pologne des quatre diplomates russes a été fixée au 3 avril à minuit. La note avec les quatre noms a été remise à l'ambassadeur de Russie", a déclaré à la presse le chef de la diplomatie polonaise Jacek Czaputowicz.

L'Ukraine

L'Ukraine a annoncé l'expulsion de 13 diplomates russes, se joignant à l'action de Washington et de 14 pays de l'UE pour répondre à l'empoisonnement d'un ex-agent russe en Grande-Bretagne dont l'Occident accuse Moscou.

"Dans un esprit de solidarité avec nos partenaires britanniques et nos alliés transatlantiques et en coordination avec les pays de l'UE, l'Ukraine a pris la décision d'expulser de son territoire 13 diplomates", a indiqué le président ukrainien Petro Porochenko dans une déclaration diffusée par son service de presse.

La Tchèquie

La République Tchèque a également annoncé trois expulsions.

See all News Updates of the Day

Le département d'Etat américain se dit toujours «prêt à dialoguer» avec Pyongyang

Le département d'Etat américain se dit toujours «prêt à dialoguer» avec Pyongyang
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Trump exulte à la publication du rapport de l'enquête russe

Trump exulte à la publication du rapport de l'enquête russe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Le département d'Etat se dit toujours "prêt à dialoguer" avec Pyongyang

Le président des États-Unis, Donald Trump, serre la main du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors de leurs premières rencontres au resort de Capella sur l'île de Sentosa, le 12 juin 2018 à Singapour.

Le département d'Etat américain s'est dit jeudi toujours prêt à coopérer avec la Corée du Nord, alors que Pyongyang a demandé un peu plus tôt le retrait du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo des discussions sur le nucléaire.

"Les Etats-Unis restent prêts à dialoguer avec la Corée du Nord dans le cadre de négociations constructives", a déclaré un porte-parole du département d'Etat.

Ce porte-parole a précisé que les Etats-Unis étaient au courant de la demande de Pyongyang d'écarter M. Pompeo, mais ne l'a pas directement commentée.

Accusant le chef de la diplomatie américaine de manquer de prudence et de maturité, un haut responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a demandé la désignation d'un nouvel interlocuteur américain.

"Je crains que si M. Pompeo participe encore aux discussions, l'atmosphère sera mauvaise et les discussions vont à nouveau s'engluer", a déclaré le directeur général du département des Affaires américaines au ministère nord-coréen des Affaires étrangères Kwon Jong Gun, selon l'agence KCNA.

Le secrétaire d'Etat américain s'est rendu quatre fois en Corée du Nord en 2018 et, s'il a espéré pouvoir conclure un accord avec la Corée du Nord, il s'est montré ferme sur son exigence de dénucléarisation complète avant tout allégement des sanctions américaines à l'encontre du régime reclus.

Trump se réjouit du rapport Mueller, dénonce une "arnaque"

Le président des États-Unis, Donald Trump, s'exprime lors du forum des dirigeants de la NRA-ILA lors de la réunion annuelle et des expositions du NRA au Kay Bailey Hutchison Convention Center à Dallas, Texas, 4 mai 2018.

Le président américain Donald Trump s'est réjoui jeudi des conclusions de l'enquête russe, qui a confirmé l'absence d'entente entre son équipe de campagne électorale et Moscou, mais ne le blanchit pas des soupçons d'entrave à la justice.

"C'est un bon jour pour moi", a lancé Donald Trump à la Maison Blanche au moment de la publication de ce rapport de plus de 400 pages après 22 mois d'enquête qui ont empoisonné ses deux premières années de mandat.

"Il ne faudra jamais que cela arrive à un autre président, cette arnaque", a-t-il ajouté à propos d'une enquête qu'il qualifie de "chasse aux sorcières".

Plus tôt, Donald Tump avait exulté sur Twitter en faisant une référence à la célèbre série "Game of Thrones".

"Pas de collusion, pas d'obstruction. Pour les rageux et les démocrates de la gauche radicale, c'est Game Over", était-il écrit sur une image de lui imitant une affiche de la série, où on le voit de dos sur fond d'un épais brouillard.

Le rapport final du procureur spécial Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016, a été publié jeudi par le ministère américain de la Justice.

Le document de plus de 400 pages est expurgé de ses données confidentielles.

Robert Mueller établit l'absence d'entente entre l'équipe de campagne électorale de Donald Trump et Moscou mais conclut ne pas être "en mesure" d'exonérer le président américain des soupçons d'entrave à la justice.

Trump: "Pas d'obstruction, pas de collusion"

Trump: "Pas d'obstruction, pas de collusion"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG