Liens d'accessibilité

L'Otan déploie 200 hommes dans le nord de l'Afghanistan


Le général John Nicholson est à la tête de la section de l'OTAN en Afghanistan, ici lors d'une conférence de presse à Kaboul, le 27 juillet 2016.

L'Otan en Afghanistan a commencé à déployer 200 soldats italiens et américains dans la province de Farah (ouest) en soutien aux forces régulières, à la demande des autorités locales, a indiqué dimanche un porte-parole.

Depuis le retrait de la majorité des forces étrangères d'Afghanistan fin 2014, c'est la deuxième annonce d'un déploiement occidental en moins de deux jours, cette fois dans une province frontalière de l'Iran où sont signalés des talibans et des membres de l'organisation Etat islamique (EI).

Le Pentagone a annoncé vendredi que 300 Marines américains seraient envoyés au printemps dans le Helmand (sud), la "province du pavot", dont dix des quatorze districts sont contrôlés ou disputés par les talibans.

"A la demande du Gouverneur provincial de Farah, le général John Nicholson (commandant de l'opération Resolute Support de l'Otan, ndlr) a autorisé l'envoi d'un corps expéditionnaire d'environ 200 troupes de la coalition en soutien aux Forces de défense et de sécurité afghanes", a précisé le porte-parole de l'Otan ajoutant qu'il s'agissait d'Italiens.

Selon lui, ils ont pour tâche de "conseiller, sécuriser et réapprovisionner" les forces afghanes pendant une mission d'"approximativement une semaine".

Selon le porte-parole du gouverneur Mohammad Naser Meri, "environ 200 troupes de la coalition, principalement des Italiens et des Américains, sont arrivés ces deux derniers jours à Farah pour renforcer les forces afghanes face aux talibans".

Les dernières troupes étrangères avaient évacué la province de Farah en 2012, mais la région est de nouveau confrontée à une présence active des talibans qui ont récemment pris le contrôle de deux districts, et des combattants du groupe Etat islamique ont été également signalés, selon le gouverneur.

L'Opération Resolute Support compte un peu plus de dix mille hommes, majoritairement des Américains, dont le président Barack Obama a prévu de maintenir 8.400 soldats en raison de la dégradation de la situation.

Le général Nicholson a reconnu récemment que les positions des forces régulières avaient reculé et qu'elles ne contrôlaient plus, officiellement, que 64% du territoire, contre 68% il y a quelques mois.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG