Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Publication d'un rapport onusien sur la violation des sanctions par Pyongyang


Le rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Corée du Nord Tomas Ojea Quintana assiste lors d'une conférence de presse à Genève, Suisse, 12 mars 2018.

L'ONU a rendu public un volumineux rapport de ses experts chargés des sanctions contre la Corée du Nord, selon lequel Pyongyang a exporté entre janvier et septembre 2017 des produits interdits lui générant des revenus estimés à près de 200 millions de dollars, selon des diplomates.

Les conclusions de ces experts avaient été révélées début février par plusieurs agences de presse, dont l'AFP.

Le document d'environ 200 pages a connu des avaries techniques retardant sa publication. Après des problèmes de traduction dans les différentes langues pratiquées à l'ONU, il a fait disjoncter encore cette semaine des ordinateurs lors des tentatives de mise en ligne sur le site des Nations unies, a précisé un diplomate sous anonymat.

Il est cependant désormais accessible en mettant sur un moteur de recherche "Documents.un.org" et le numéro de système S/2018/171, a précisé un autre diplomate.

>> Lire aussi : Des mesures commerciales contre Pékin bientôt examinées par Trump

Comme révélé début février, le rapport souligne la poursuite d'exportation de charbon nord-coréen en dépit des sanctions. Il évoque des pavillons de navire trompeurs, des transferts en mer de produits illicites entre navires et de la documentation frauduleuse destinée à masquer l'origine du charbon.

La Corée du Nord s'affranchit aussi des interdictions de l'ONU en matière d'approvisionnement en pétrole via différents canaux, en s'appuyant sur des étrangers, des entreprises étrangères et sur le système bancaire international.

L'adoption entre fin 2016 et 2017 de quatre trains de sanctions économiques a fait émerger des "marchés lucratifs" pour des trafiquants cherchant à fournir du pétrole à Pyongyang et à lui faire exporter ses ressources naturelles, précise le rapport.

>> Lire aussi : Washington assure que son intransigeance a poussé Pyongyang à négocier

Le document pointe aussi des projets de coopération militaire avec la Corée du Nord repérés en Afrique comme dans la région Asie-Pacifique, ainsi qu'avec la Syrie et la Birmanie dans le domaine des missiles balistiques. Concernant la Syrie, les experts parlent d'une aide à la construction d'un bâtiment destiné à abriter de l'armement.

Les diplomates nord-coréens dans le monde continuent de jouer un rôle-clé dans le développement de programmes d'armement nord-coréens interdits. Ils fournissent un appui logistique à des transferts d'armes, des techniciens militaires et contribuent à des opérations de renseignement.

Des espions et d'autres individus utilisent des comptes bancaires au profit de Pyongyang en Europe et en Asie-Pacifique, en recourant à des passeports diplomatiques et des voitures portant des plaques diplomatiques afin de se jouer des frontières terrestres et aériennes, selon les experts de l'ONU.

>> Lire aussi : Xi Jinping apprécie les efforts "diplomatiques" de Washington en Corée du Nord, selon Trump

En 2017, à l'initiative de Washington, le Conseil de sécurité a imposé trois séries de sanctions économiques à la Corée du Nord qui touchent notamment ses exportations de charbon, de fer, sa pêche et son textile et limitent ses approvisionnements en pétrole. Ces mesures ont été décidées après des tirs de missiles et un essai nucléaire menés par Pyongyang, jugés menaçants pour la stabilité internationale.

En dépit du dégel récemment intervenu entre les deux Corées d'une part et avec Washington d'autre part, les Etats-Unis ont réclamé à l'ONU le maintien des sanctions imposées à Pyongyang.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG