Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Pyongyang exhibe ses missiles intercontinentaux à la veille des JO

Un militaire salue le leader nord-coréen Kim Jong Un et sa femme Ri Sol Ju, lors d'une parade militaire a Pyongyang, Corée du Nord, le 8 février 2018.

La Corée du Nord a organisé un défilé militaire jeudi à Pyongyang pour célébrer le 70ème anniversaire de ses forces armées, mettant en scène ses missiles balistiques intercontinentaux à la veille de l'ouverture des jeux Olympiques au Sud.

Pyongyang profite des JO de Pyeongchang pour mener une offensive de charme, envoyant au Sud des artistes, des centaines de pom-pom girls ainsi que la soeur de son dirigeant Kim Jong Un.

Mais des régiments de soldats ont défilé au pas de l'oie sur la place Kim Il Sung, suivis par des camions, de l'artillerie, des chars et finalement les missiles géants.

>> Lire aussi : Les Etats-Unis n'écartent pas une rencontre avec la Corée du Nord lors des JO 2018

A la différence du dernier défilé militaire d'avril 2017, la télévision officielle nord-coréenne n'a pas fait de direct, diffusant les images des heures après l'événement.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, son épouse Ri Sol Ju et le chef de l'Etat de Corée du Nord Kim Yong Nam, qui dirigera la délégation nord-coréenne aux JO vendredi, ont pris place à la tribune au milieu des feux d'artifice.

"Nous sommes devenus capables de faire la démonstration devant la planète de notre statut de puissance militaire de classe mondiale", a lancé le dirigeant nord-coréen. L'armée doit se tenir prête à empêcher des envahisseurs de violer la souveraineté du Nord "y compris de 0,001 mm", a-t-il ajouté.

"Longue vie", se sont écriés les militaires rassemblés. Certains étaient montrés avec des larmes aux yeux à la vue du dirigeant nord-coréen.

Le Nord a annoncé le mois dernier qu'il célébrerait cette année le 70e anniversaire de son armée le 8 février, au lieu du 25 avril.

La nouvelle a pris les capitales étrangères de court après le spectaculaire revirement diplomatique amorcé par Pyongyang début janvier.

D'après les analystes, le Nord entend avec cette double approche normaliser son statut "d'Etat nucléaire de facto", tenter d'obtenir l'adoucissement des sanctions et enfoncer un coin dans la relation Séoul/Washington.

Pyongyang est sous le coup de multiples trains de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU à cause des ses programmes nucléaire et balistique. L'an passé, le Nord a tiré des ICBM capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis et mené un sixième essai nucléaire, son plus puissant à ce jour.

Le Nord invite généralement des centaines de journalistes étrangers à ces manifestations, ce qui n'a pas été le cas cette fois-ci, peut-être le signe qu'il entendait garder la haute main sur la perception de l'événement.

Outre Kim Yong Nam, qui occupe les fonctions honorifiques de chef de l'Etat, la délégation du Nord attendue au Sud pour la cérémonie d'ouverture des jeux comprendra la soeur de M. Kim, Kim Yo Jong, personnage de plus en plus influent au sommet du pouvoir.

Les Nord-Coréens déjeuneront en outre samedi avec le président sud-coréen Moon Jae-in.

Le vice-président américain Mike Pence, attendu pour sa part jeudi en Corée du Sud, assistera lui aussi à la cérémonie d'ouverture des JO de Pyeongchang.

Il pourrait donc se retrouver dans la même pièce que Kim Yong Nam lors de la réception préalable des dirigeants. Ce qui pourrait présager d'une rencontre à haut niveau entre deux pays dont les dirigeants échangeaient l'année dernière insultes personnelles et menaces apocalyptiques.

Mais Cho Yong Sam, haut responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, a exclu toute rencontre avec les autorités américaines.

"Nous n'avons pas la moindre intention de rencontrer des responsables américains pendant notre visite au Sud", a-t-il dit selon l'agence officielle KCNA. "Nous n'avons jamais mendié un dialogue avec les Etats-Unis, et nous ne le ferons jamais".

Il n'a cependant pas exclu formellement une rencontre éventuelle, et M. Pence, qui vient de tirer sur le Nord à boulets rouges, non plus.

"Il pourrait y avoir une possibilité de rencontre avec les Nord-Coréens", formelle ou non, a-t-il dit. "Il faudra attendre de voir ce qu'il va se passer exactement".

Les JO, organisés à tout juste 80 kilomètres au sud de la Zone démilitarisée qui divise la péninsule, ont permis d'amorcer un rapprochement éclair entre les deux camps, après deux années de tensions.

Mais les analystes jugent que le réchauffement a peu de chances de durer.

Au Sud, d'aucuns accusent le gouvernement d'avoir fait trop de concessions à Pyongyang.

Le chargé d'affaires des Etats-Unis à Séoul Marc Knapper a balayé l'éventualité que le Nord parvienne à affaiblir les liens de Washington avec le Sud.

"Il en faudra plus qu'une délégation olympique nord-coréenne pour porter atteinte à cette alliance. Plus les Nord-Coréens seront nombreux à venir constater la réussite du Sud mieux ce sera".

See all News Updates of the Day

La pollution plastique continue de s’aggraver dans le monde malgré les initiatives

La pollution plastique continue de s’aggraver dans le monde malgré les initiatives
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

La politique d'investissements de Pékin inquiète Macron

La politique d'investissements de Pékin inquiète Macron
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:43 0:00

Manifestations à travers la Syrie contre la décision américaine sur le Golan

Des Syriens contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan le 26 mars 2019.

Des manifestations ont eu lieu mardi dans de nombreuses villes de Syrie pour protester contre la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté israélienne sur la partie occupée et annexée du plateau du Golan.

Le président américain Donald Trump a signé lundi à la Maison Blanche, en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, un décret reconnaissant la souveraineté israélienne sur ce territoire conquis en 1967 par l'Etat hébreu et annexé en 1981. L'ONU n'a jamais reconnu cette annexion.

Le gouvernement syrien avait dénoncé dès lundi "une violente attaque contre l'intégrité territoriale" de la Syrie.

Mardi, des Syriens sont descendus dans la rue pour protester contre la décision américaine à Homs (centre), Qamichli et Hassaké, dans le nord-est du pays sous administration kurde, à Alep (nord), Deir Ezzor (est) ainsi que dans la capitale Damas et les fiefs du président Bachar al-Assad à Lattaquié et Tartous (ouest), selon l'agence de presse officielle Sana.

Ils ont brandi des portraits du président ainsi que des drapeaux syriens et palestiniens, selon la même source.

"Le parti pris éhonté des Etats-Unis en faveur d'Israël ne changera pas l'identité syrienne du Golan", a affirmé le ministre de l'Information Imad Sara à la télévision d'Etat syrienne lors de la manifestation à Damas.

"Le Golan est arabe et syrien que ça leur plaise ou non", a déclaré à l'AFP un des manifestants, Mohammad Shaaban, à Alep.

"L'Amérique est maintenant le premier ennemi des Arabes", a dénoncé dans une déclaration lue devant le palais de justice de Damas un représentant de l'ordre des avocats syriens, selon des images de la télévision d'Etat. A Hama (centre), les avocats ont interrompu les audiences pendant une heure en signe de protestation, selon Sana.

La Russie et l'Iran, alliées du régime syrien, ainsi que plusieurs Etats arabes ont rejeté la décision des Etats-unis.

Prévues de longue date, des consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur la force de l'ONU (Fnuod) déployée sur le plateau du Golan doivent se tenir mercredi à New York. Dès mardi, une réunion mensuelle publique du Conseil sur le Proche-Orient devrait aussi permettre aux membres de l'instance de l'ONU d'évoquer la décision américaine.

Nouvelles frappes à Gaza en riposte d’un tir de roquette

Nouvelles frappes à Gaza en riposte d’un tir de roquette
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:36 0:00

Nouvelle coupure d'électricité massive au Venezuela

Nouvelle coupure d'électricité massive au Venezuela
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:36 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG