Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Les manifestants nigérians battent en retraite, mais n'abandonnent pas

Les gens sont obligés de marcher les mains sur la tête lorsqu'ils passent les points de contrôle de sécurité, au marché d'Obalende, Lagos, Nigéria, le 24 octobre 2020.

La répression brutale de semaines de manifestations contre les violences policières n'a pas altéré l'envie de changement ni la colère de la jeunesse nigériane, même si pour l'instant personne ne sait quelle suite donner au mouvement.

"Les autorités ont tué des manifestants pacifiques de sang-froid, nous sommes toujours sous le choc", confie Leo DaSilva, manifestant de 28 ans.

Ces trois semaines de manifestations contre les violences policières et de contestation contre le pouvoir ont fait près de 60 morts dans tout le pays, dont au moins 10 au péage de Lekki, à Lagos, selon Amnesty International, déclenchant une vague d'émotion à travers le monde.

Après trois jours de chaos, le calme est revenu et pour les participants au mouvement, l'heure est à la réflexion sur les moyens de continuer à faire vivre la cause malgré les restrictions et la peur.

Feyikemi Abudu et Jola Ayeye, connues sous le nom de FK et Jollz, fondatrices de la Coalition féministe, l'une des nombreuses organisations nigérianes ayant collecté des fonds et aidé à organiser le mouvement, se réjouissent que ce mouvement ait pu "ouvrir le champ des possibles sur tout ce qui peut se produire dans ce pays".

Unité

Anita Izato, avocate de 24 ans basée à Abuja, la capitale fédérale, est particulièrement fière d'avoir participé à ces manifestations.

"Notre plus grande victoire, c’est l’unité. Et créer l’unité, ce n'est pas une mince affaire ici au Nigeria", explique-t-elle à l'AFP.

Dans le pays le plus peuplé d'Afrique, qui compte plus de 250 groupes ethniques et 500 langues, des religions et des cultures différentes, la jeunesse -essentiellement du sud- s'est entendue sur un objectif commun.

Les manifestants se sont organisés à une vitesse fulgurante, grâce aux réseaux sociaux, certains offrant une aide juridique, ou psychologique, d'autres en payant des factures médicales, ou des frais de transport.

"Il n’y avait peut-être personne à la tête de ce mouvement, mais ils ont fait preuve d'un grand leadership", note Aisha Yusuf, 46 ans, et militante de longue date pour la défense des droits de l'Homme.

Le chef de l’État nigérian a reconnu que les manifestations des jeunes sont légitimes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

"Ils ont acheminé des ambulances, se sont préoccupés du bien et de la sécurité des gens, presque comme le ferait un gouvernement!", confie-t-elle à l'AFP.

Les Nigérians de la diaspora ont également pris part au mouvement, organisant leurs propres manifestations à Londres, New York ou Paris, et portant le message de leurs concitoyens auprès de célébrités comme Rihanna, Kanye West ou Lewis Hamilton.

Mais le 20 octobre, les forces de l'ordre ont tiré sur un millier de manifestants pacifiques au péage de Lekki, faisant plusieurs morts et de nombreux blessés et mettant un coup d'arrêt à la contestation.

"Nous avons arrêté de manifester tout simplement parce que nous voulons rester en vie", poursuit Anita. "Nous faisons de notre mieux pour nous faire entendre, et le Nigeria est notre pays. Mais il ne vaut pas la peine de mourir".

Désormais, comment exprimer sa voix ? L'un des défis d'un mouvement sans leader est que chacun y apporte ses propres revendications: certains veulent la création de groupes de réflexion, d'autres un parti politique. Des voix encouragent d'ailleurs les jeunes à se concentrer sur les prochaines élections, en 2023.

Révélation

Le Parti démocratique de la jeunesse du Nigeria (Nigeria's Youth Democratic Party) est né de ce mouvement, et bien qu'il ne soit pas enregistré en tant que parti officiel, il espère gagner de nombreux membres d'ici trois ans.

"Ce mouvement était une révélation. La bataille vient de commencer. Nous rendrons le Nigeria grand", promet le nouveau parti.

Les idées pour l'avenir du mouvement fusent. "Mes DM (messages directs sur Twitter) sont pleins de messages et de suggestions, on a même reçu un article de trois pages avec des idées pour une nouvelle constitution", plaisantent FK et Jollz de la Coalition Féministe, dans un podcast largement partagé sur les réseaux sociaux.

Pour l'instant, l'avenir immédiat du mouvement dépendra surtout de la manière dont le gouvernement répondra aux revendications et des efforts déployés pour réformer les services de sécurité.

"Nous sommes une génération incroyablement intelligente, mais ne soyons pas arrogants", ont déclaré FK et Jollz. "Nous devons engager le dialogue avec eux."

Le gouvernement a promis une série de réformes, mais beaucoup restent sceptiques.

"Pour le moment, le dialogue et l'engagement avec le gouvernement sont la voie à suivre", explique Dipo Awojide, 35 ans, qui a aidé à organiser des manifestations à Londres.

"Mais s'ils ne sont pas sincères et s'ils ne sont pas disposés à mettre en œuvre des changements", ajouté Dipo Awojide, "alors je pense qu'il est tout à fait normal d'envisager de retourner dans la rue."

Toutes les actualités

Le contrôleur général des finances du Nigeria arrêté pour détournement présumé

Le contrôleur général des finances du Nigeria arrêté pour détournement présumé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Le contrôleur des finances arrêté pour détournement présumé au Nigeria

Le président Muhammadu Buhari inaugure le nouvel immeuble de l'Agence de lutte contre la corruption et les crimes financiers (EFCC) à Abuja, 15 mai 2018. (Twitter/EFCC Nigeria)

Le contrôleur général des finances publiques du Nigeria a été arrêté pour son implication présumée dans une affaire de détournement de fonds publics d'environ 80 milliards de nairas (184 millions d'euros), a annoncé l'agence anti-corruption.

Convoqué à plusieurs reprises, Ahmed Idris, responsable administratif du Trésor public nigérian depuis 2015, a été arrêté lundi, a précisé la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) dans un communiqué publié lundi soir.

Il doit répondre des accusations de fraude et de blanchiment d'argent.

Selon l'EFCC, M. Idris "a soutiré des fonds par le biais de fausses sociétés de conseil et d'autres activités illégales en utilisant des mandataires, des membres de sa famille et des associés proches".

Ces fonds, selon la Commission, ont ensuite été investis par M. Idris dans des biens immobiliers à Abuja, la capitale, et dans son Etat natal de Kano, dans le nord du Nigeria. Ahmed Idris n'a pas commenté ces accusations.

Le président Muhammadu Buhari, ancien général de l'armée, a été élu en 2015 sur la promesse de lutter contre la corruption endémique dans le pays, premier producteur de pétrole du continent.

Sous sa direction, l'EFCC a obtenu une série de condamnations très médiatisées, notamment de ministres, de gouverneurs d'Etat, de hauts fonctionnaires et de personnalités politiques de premier plan.

L'année dernière, la Commission a ainsi déclaré avoir récupéré près de 750 millions de dollars (714 millions d'euros).

Mais ses détracteurs accusent l'EFCC, créée en 2003, de mener une chasse aux sorcières contre les opposants du président.

Manifestation au domicile d'une Nigériane accusée de blasphème

Manifestation au domicile d'une Nigériane accusée de blasphème
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Le Portugais José Peseiro nouveau sélectionneur du Nigeria

Jose Peseiro lors du match de phase de groupes de la Copa America 2021 entre le Venezuela et la Colombie au stade olympique de Goiania, au Brésil, le 17 juin 2021.

Le Portugais José Peseiro a été nommé à la tête de l'équipe nationale du Nigeria, a annoncé dimanche la Fédération nigériane de football (NFF) dans un communiqué.

M. José Santos Peseiro est nommé "nouveau sélectionneur de l'équipe nationale masculine senior des Super Eagles", a indiqué la NFF, qui précise que le Portugais prend ses fonctions immédiatement.

Agé de 62 ans, le nouveau sélectionneur succède à Augustine Eguavoen, qui avait démissionné début avril après avoir manqué la qualification du pays pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Le public et les fans avaient été très critiques de l'approche tactique d'Eguavoen, qui avait pris ses fonctions par intérim après le limogeage fin 2021 du Franco-Allemand Gernot Rohr après cinq ans et demi de présence.

Les triples champions d'Afrique avaient également été éliminés en seizièmes de finale lors de la dernière Coupe d'Afrique des nations disputée en Cameroun en janvier.

Le nouveau sélectionneur José Peseiro est un ancien attaquant, qui a entraîné par le passé les équipes nationales de l'Arabie saoudite et du Venezuela, mais aussi le club portugais du Sporting.

Il mènera son équipe aux Etats-Unis dès la fin du mois de mai pour disputer un match amical contre le Mexique, puis contre l’Équateur début juin.

Candidats, 10 ministres nigérians démissionnent

Candidats, 10 ministres nigérians démissionnent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG