Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Ouverture du 2e Forum national inclusif tchadien sous le signe du boycott


Deuxième forum national inclusif en vue au Tchad, le 28 octobre 2020. (VOA/André Kodmadjingar)

Le 2e Forum national inclusif tchadien s'ouvre jeudi et devrait prendre fin vendredi. Le forum, convoqué par le président Idriss Déby Itno, est censé évaluer les résolutions issues de la constitution de la 4e république.

Plus de 70 résolutions issues du 1er forum de 2018 qui n’ont pas été traduites en actes seront remises sur la table. Le statut des institutions telles que la Cour des comptes et le Conseil constitutionnel, devenu chambre de la Cour suprême, doit être défini pendant ce forum.

Des dispositions de la constitution seront modifiées pour intégrer le statut de maréchal accordé cette année au chef de l’Etat.

La grande centrale syndicale du Tchad annonce déjà qu’elle ne participera pas à ce 2e Forum.

"Nous avons proposé plusieurs fois des pistes pouvant alléger les conditions de vie des populations. Mais jamais le pouvoir n’en a tenu compte. C’est pour toutes ces raisons que l’UST informe qu’elle ne participera pas à ce Forum pour légitimer ce qui n’apportera aucun résultat profitable aux couches populaires", a fait observer Gounou Vaïma Gafaré, le secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad.

Pour le G24, un regroupement des partis politiques de l’opposition démocratique, c’est de façon unilatérale que le pouvoir veut tenir cette rencontre puisque l’opposition n’a pas été, dit-il, consultée au préalable.

"Le premier forum qui a eu lieu en 2018, est un fiasco total, à la limite un recul de 2 ans pour le Tchad", fustige-t-il. "C’est une pure perte de temps et le G24 ne peut pas s’associer à une œuvre de tâtonnement", a déclaré Poddi Mahamat Bichara, le coordonnateur du G24.

Le chef de file de l’opposition, Félix Nyalbé Romadoumngar, estime que la politique de la chaise vide ne peut pas arranger la situation. Pour lui, "aller au forum n’est pas légitimer un mandat qui est déjà légitime et ceux qui tiennent de tels propos ne connaissent pas le fonctionnement de l’Etat", a-t-il dit. Et d'ajouter: "Mais moi en tant que chef de l’opposition je suis partant".

Dans les coulisses on parle de propositions pour la création d’un poste de vice-président et la modification du drapeau. S’agissant de la modification du drapeau tchadien, Poddi Mahamat Bicahara, coordonnateur du G24, est on ne peut plus clair.

"En quoi le problème du drapeau dérange les Tchadiens ? C’est parce qu’il n’y a plus rien à proposer donc il faut occuper les Tchadiens avec ça, c’est tout", s’enflamme-t-il.

Pour Félix Nyalbé Roumadoumnagr, la vice-présidence porte des germes de division et donc le président Déby ne peut pas commettre cette erreur.

"A moins qu’on copie le système du Nigeria qui prévoit une alternance Nord-Sud. Donc je pense bien que c’est un débat et nous allons nous affronter", a averti le chef de file l’opposition tchadienne.

Sur plus de 88 partis politiques de l’opposition légalement reconnus, 40 sont invités à ce forum. Question de respecter les mesures barrières.

Le gouvernement va organiser un 2ème forum national inclusif du 29 au 31 octobre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

XS
SM
MD
LG