Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Les Nigérians en émoi après la contamination de plus 40 agents de santé

Le Ministre Nigerian de la santé Osagie Ohaniré, à Abuja, le 26 avril 2020. (VOA/Gilbert Tamba)

La contamination de plus 40 agents de santé testés positifs au nouveau coronavirus a provoqué une certaine panique dans les milieux sanitaires. Le pays le plus peuplé d’Afrique a dépassé plus de 1.000 personnes infectées ce week-end.

La situation avait obligé le Centre national de contrôle des maladies (NCDC) à fermer temporairement le laboratoire de test au Covid-19 à Kano dans le Nord-Est en raison du nombre élevé des agents infectés.

Pour le ministre de Santé, Osagie Ohanire, les agents de santé doivent être vigilants. "N’essayez pas de traiter les patients sans utiliser les équipements de protection individuelle adéquats”, a-t-il martelé.

"Ce conseil est nécessaire à cause du nombre d’agents de santé testés positifs. Ils sont plus de 40 maintenant et d'autres aussi ont été mis en quarantaine ces deux dernières semaines suite à leur exposition au virus", a expliqué le ministre Ohanire.

La puissante centrale syndicale des travailleurs du Nigeria (LNC) est aussi préoccupée par la situation des agents de santé qui sont quotidiennement en contact avec les malades.

Son président Ayuba Wabba explique la complexité de la situation. "Il y a deux variantes à prendre en compte. La première est que plusieurs personnes se rendent dans les hôpitaux sans annoncer leur diagnostique réel. Quelqu’un peut venir et vous dire qu’il a le paludisme et il demande de le traiter pour le paludisme et en fin compte l’agent de santé va le faire. Le second problème est qu’il y a manque d’équipements de protection. Particulièrement dans les centres de santé primaire, ce qui expose le personnel."

Pour le gouvernement fédéral, le manque d’expérience chez certains infirmiers présentement en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 explique les cas de contamination au sein des agents de santé.

Le coordinateur de la commission sur le Covid-19, Sani Aliyu, à Abuja, le 26 avril 2020. (VOA/Gilbert Tamba)
Le coordinateur de la commission sur le Covid-19, Sani Aliyu, à Abuja, le 26 avril 2020. (VOA/Gilbert Tamba)


Pour remédier à la situation, le coordinateur de la Commission nationale sur le Covid-19, Sani Aliyu, évoque le début d’une formation sur la protection individuelle.

"Il faut savoir te protéger toi même. Non seulement la question de la disponibilité des équipements de protection dans tout le pays vient en deuxième position, mais il faut assurer l’utilisation correcte des équipements. Parce que vous pouvez être contaminé si vous n’êtes pas formé et si vous ne savez pas comment porter des équipements".

Lagos reste l'épicentre de la pandémie dans le pays avec 689 cas confirmés, Abuja la capitale fédérale compte 138 cas, Kano 77.

L’augmentation des cas de contamination à Kano la seconde ville la plus peuplée au Nigeria après Lagos devient un autre défit des autorités fédérales.

Selon la commission nationale sur le Covid-19, quelque 5.000 agents de santé sont présentement sur le terrain pour soutenir les malades au Nigeria.

Toutes les actualités

Une artiste nigériane utilise la peinture pour combattre les violences sexuelles

Une artiste nigériane utilise la peinture pour combattre les violences sexuelles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Un musicien nigérian accusé de blasphème condamné à mort

Un musicien nigérian accusé de blasphème condamné à mort
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:19 0:00

Somalie: fusillade dans une prison, 4 morts

Somalie: fusillade dans une prison, 4 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Retour à Bamako de l'envoyé spécial ouest-africain Goodluck Jonathan

L'ancien dirigeant nigérians Goodluck Jonathan salue la foule à Abuja, Nigeria, le 29 mai 2015. REUTERS/Afolabi Sotunde

L'envoyé spécial des pays ouest-africains au Mali, l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, est arrivé lundi à Bamako pour assister à la prestation de serment des nouveaux membres de la Cour constitutionnelle et rencontrer divers acteurs de la crise que traverse ce pays.

Après avoir assisté à la prestation de serment des nouveaux membres de la Cour constitutionnelle, M. Goodluck Jonathan devrait rencontrer l'imam Mahmoud Dicko, figure de proue du mouvement qui conteste le pouvoir au Mali, selon un de ces proches.

Il doit aussi recevoir une délégation de la société civile malienne. Par ailleurs, l’ancien président nigérian se rendra mardi à Nioro, dans le nord-ouest, pour y rencontrer le chérif Bouyé Haïdara, le mentor de l'imam Mahmoud Dicko.

La médiation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) n'a jusqu'ici pas réussi à mettre fin à la crise politique au Mali. La contestation a d’ailleurs prévu, mardi, de nouvelles manifestation contre le président Ibrahim Boubacar Keïta, malgré la mise en place d’une nouvelle Cour constitutionnelle.

​Les 9 nouveaux membres de cette cour ont été nommés vendredi conformément aux recommandations de la Cédéao fin juillet pour tenter sortir le pays de la crise politique.​

La formation d'une nouvelle Cour constitutionnelle était une des recommandations de la CEDEAO pour sortir de la crise.

L'ancienne cour est considérée comme ​l'un des éléments déclencheurs de la crise politique actuelle, après qu'elle ait invalidé fin avril une trentaine de résultats des élections législatives de mars-avril, dont une dizaine en faveur de la majorité du président Keïta, élu pour la première fois en 2013, puis réélu en 2018.

Dans le Nord du Nigeria, au moins 21 villageois ont été tués et trois blessés

Dans le Nord du Nigeria, au moins 21 villageois ont été tués et trois blessés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG