Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Des centaines d'enfants des rues évacués de Kano pour éviter la propagation du virus au Nigeria

Policiers dans les rues de Kano au Nigeria le 19 mai 2014.

La plupart d'entre eux sont des élèves d'écoles coraniques controversées que l'on voit généralement mendier dans les rues dans le nord majoritairement musulman du pays.

Pour freiner la propagation du coronavirus, les autorités locales ont décidé d'évacuer quelque 250.000 enfants de la ville de quatre millions d'habitants, pour les renvoyer dans leurs villages.

"Pour l'instant, nous allons évacuer 1.595 enfants", a déclaré à l'AFP Muhammad Sanusi Kiru, ministre de l'Education de Kano, alors que les premiers bus s'apprêtaient à partir mardi. "C'est un processus graduel, nous le faisons par phases, nous les récupérons petit à petit".

Les rues de cette cité commerçante d'ordinaire bouillonnante d'activité - qui compte pour l'instant 73 cas officiellement confirmés de coronavirus et un décès - sont vides depuis le confinement décrété la semaine dernière.

Le gouvernement de Kano, qui estime le nombre d'enfants mendiants à plusieurs millions dans tout l'Etat, craint une propagation du virus qui pourrait s'avérer catastrophique dans une ville comme Kano, aux infrastructures de santé largement défaillantes.

- "Conditions désastreuses" -

Dans cette région, de nombreux parents envoient leurs fils dès l'âge de six ans apprendre le Coran auprès de maitres religieux dans des écoles non agréées, appelées Almajiri.

Les cours sont gratuits, mais les enfants doivent se débrouiller seuls, généralement en mendiant ou en effectuant des petits boulots.

Ces écoles - qui font aussi office de "maisons de correction" pour les jeunes toxicomanes - ont fait scandale l'année dernière, lorsque plusieurs raids de la police dans des villes du nord ont mis à jour les conditions inhumaines dans lesquelles y vivaient nombre d'enfants et de jeunes hommes.

Certains ont été retrouvés enchaînés, des centaines vivaient entassés dans des pièces sales où la torture et le viol étaient généralisés.

Dans une lettre ouverte en mars, une ONG nigériane, Almajiri Child Right Initiative, demandait que les enfants qui le pouvaient soient ramenés chez eux, et que des aides alimentaires soient distribuées à ceux qui restaient.

"Les écoles officielles ont été suspendues partout dans le pays pour contrôler la propagation probable de la pandémie (...) mais aucune mesure similaire n'a été appliquée dans les écoles Almajiri", selon l'ONG.

Compte tenu des conditions "désastreuses" dans lesquelles ces enfants vivent, "nous pensons qu'il n'y a pas pire environnement" pour eux.

- "Volontaires" -

Kano imite ainsi les Etats voisins de Kaduna et Nasarawa, qui ont déjà évacué des grandes villes des centaines d'enfants, dans le cadre d'une résolution prise par 19 gouverneurs du nord, pour lutter contre la mendicité dans le contexte de crise sanitaire.

Selon les autorités de Kano, qui ont appelé les leaders religieux à évacuer leurs élèves via des messages diffusés à la radio, la première vague de 1.595 garçons part sur une base "volontaire".

"Les enseignants qui ont amené ces enfants à Kano sont ceux qui nous appellent volontairement pour venir les chercher", assure le ministre Kiru. "Nous ne les obligeons pas à quitter l'Etat".

Pour l'activiste Saminu Dala, les 250.000 jeunes mendiants identifiés jusque-là "ne représentent qu'une fraction de leur nombre réel".

"Dans une situation d'urgence comme celle-ci, vous devez être sévère et utiliser la puissance régalienne pour évacuer ces enfants", de force si besoin, a-t-il dit à l'AFP.

En février, avant même que le coronavirus arrive dans la région, la mendicité de rue avait été interdite. La police chargée de faire appliquer la charia, la Hisbah, avait reçu l'ordre d'arrêter les religieux et les parents qui enfreignaient la nouvelle mesure.

Seuls 1.500 enfants avaient initialement regagné leurs foyers, mais au bout de quelques semaines, la répression s'était essoufflée.

Toutes les actualités

Des hommes armés massacrent 53 personnes dans 6 villages nigérians

Des membres d'une bande de bandits avec des armes dans leur cachette forestière dans le nord-ouest de l'État de Zamfara, au Nigeria, le 22 février 2021.

Des voleurs de bétail armés ont tué 53 personnes dans six villages de l'Etat de Zamfara dans le Nord-Ouest du Nigeria, ont indiqué samedi la police et des habitants.

Des dizaines d'hommes armés arrivés sur des motos ont envahi les villages de Kadawa, Kwata, Maduba, Ganda Samu, Saulawa et Askawa dans le district de Zurmi district, avant de tuer leurs habitants.

Ils ont attaqué les victimes qui travaillaient dans leurs fermes avant de se lancer à la poursuite de ceux qui tentaient de s'échapper.

Le porte-parole de la police de Zamfara Mohammed Shehu a déclaré que quatorze corps avaient été emmenés dans la capitale de l'Etat de Zamfara.

"Des policiers ont été déployés dans cette zone après les attaques", a ajouté le porte-parole.

"Nous avons évacué 14 dépouilles et nous les avons conduites jusqu'à Gusau vendredi soir où elles ont été inhumées au cimetière d'Unguwar Gwaza", a ajouté le porte-parole.

Des habitants ont indiqué de leur côté que 39 autres cadavres avaient été inhumés dans la ville voisine de Dauran.

"Nous avons retrouvé 28 corps hier et 11 autres ce matin dans les villages avant de les enterrer ici", a déclaré un habitant de Dauran, Haruna Abdulkarim.

"C'était dangereux d'organiser des funérailles à cause des bandits qui se cachent dans la forêt de Zurmi et qui auraient pu revenir pour attaquer les funérailles", a déclaré un autre habitant, Musa Arzika, qui a fait état du même bilan de victimes.

Les villages situés dans la région de Zurmi sont régulièrement ciblés par des bandes criminelles pouvant rassembler des centaines de bandits. Ces violences ont poussé les habitants à manifester leur mécontentement et à bloquer le principal axe routier local la semaine dernière, appelant les autorités à faire cesser les attaques.

Le Nord-Ouest et le Centre du Nigeria ont été le théâtre au cours des dernières années d'attaques menées par des gangs de voleurs de bétail et des kidnappeurs qui mènent des raids dans des villages, tuent et enlèvent des habitants, volent le bétail après avoir pillé et incendié leurs maisons.

Des gangs criminels ont récemment réorienté leurs raids contre des écoles, enlevant élèves et étudiants contre rançon.

Plus de 850 élèves ont été enlevés depuis décembre dernier mais la grande majorité d'entre eux ont été libérés après le versement d'une rançon.

Les gangs sont largement motivés par l'appât du gain, sans idéologie particulière, mais les observateurs craignent qu'ils ne soient infiltrés par des jihadistes, qui mènent une violente insurrection dans le nord-est du pays depuis 12 ans.

Les opérations militaires et les offres d'amnistie n'ont pas mis un terme à ces attaques.

Le gouverneur de l'Etat de Zamfara, Bello Matawalle, a appelé vendredi les habitants à se défendre eux-mêmes "contre les bandits assassins".

Pour Nollywood, Netflix c'est une aubaine de taille

Pour Nollywood, Netflix c'est une aubaine de taille
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:47 0:00

VOA60 du 11 juin 2021

VOA60 du 11 juin 2021
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

La suspension de Twitter fait débat parmi les Nigérians

La suspension de Twitter fait débat parmi les Nigérians
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Twitter doit s’enregistrer comme entreprise une nigériane, selon un ministre

Twitter doit s’enregistrer comme entreprise une nigériane, selon un ministre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG